Mister Arkadin

Articles avec #acteurs

MARILOU, GÉRALDINE, CHRISTIAN, FÉLIX, AGATHE ET LES AUTRES

30 Décembre 2014, 19:06pm

Publié par Mister Arkadin

Dans un très instructif article sur « Hollywood face au nazisme. 1933-1939 », paru dans le numéro 646 de la revue qu'il dirige (Positif, décembre 2014), Michel Ciment rappelle, page 68, qu' « hormis Darryl F. Zanuck, tous les grands patrons de studios [hollywoodiens] étaient juifs, William Fox, Louis B. Mayer, Adolf Zukor (Paramount), Harry Cohn (Columbia), Carl Laemmle (Universal), Jack et Harry Warner », cette « prééminence économique » étant confirmée, dans une moindre mesure, au niveau inférieur, puisque, « sur les 85 noms engagés dans la production, 53 étaient juifs dans les années 30 ». 

Pourquoi l'établissement d'une telle liste, à propos d'une époque révolue, paraît-elle acceptable alors que la liste ci-dessous, publiée dans Faits & Documents (n°388, 15 décembre 2014, p.11), paraîtrait sans doute déplacée dans une revue ayant "pignon sur rue" ?

 http://c4.staticflickr.com/8/7506/15518405824_b3eb2bc739_z.jpg

Et la liste des "fils-et-fille-de", dans un film à venir, a-t-on le droit de la dresser pour suggérer qu'un certain népotisme règne au sein du cinéma français ?

 

http://images.allocine.fr/r_640_600/b_1_d6d6d6/pictures/14/11/14/18/00/137355.jpg


Compléments :

(23 janvier 2015) « "Ces dernières années, l'académie des oscars, a été à 93 % blanche, 76 % masculine et âgée en moyenne de 63 ans, aucune association aux Etats-Unis n'a d'avantage besoin de sang neuf que ce pilier hollywoodien. [...] Quelques mois après les tragédies de Ferguson et [d'autres] un peu partout dans le pays, la question raciale continue toujours d'être un élément de division entre les citoyens." 

David Carr du New York Times, qui a réagi à la blanchitude des oscars 2015 et au peu de nominations obtenues par Selma, le biopic sur Martin Luther King »

(25 janvier 2015)

http://c1.staticflickr.com/9/8629/16176561508_08f3aa6183_z.jpg


Voir les commentaires

VEDETTES D'ANTAN

15 Décembre 2014, 16:27pm

Publié par Mister Arkadin

Assisté samedi dernier à la passionnante soutenance de thèse en Sorbonne de Myriam Juan, l'un des piliers d'un des groupes les plus dynamiques de jeunes chercheurs en études cinématographiques, "Les Trois Lumières".

http://c2.staticflickr.com/6/5128/5314803257_1a142a4124_z.jpg

Le sujet, « "Aurons-nous un jour des stars ?". Une histoire culturelle du vedettariat cinématographique en France (1919-1940) », m'intéressait, mais je craignais tout de même de trouver un peu longuettes les plus de trois heures que promettait de durer (et que dura) la soutenance, vu le nombre de membres du jury - d'autant que cela me faisait manquer un colloque dont le sujet ("La critique française de cinéma face à l'animation") est plus proche de mes propres recherches (à tel point que deux de ses organisateurs et participants m'avaient demandé d'y contribuer, ce à quoi j'avais dû renoncer).

Que nenni ! Cette soutenance a constitué l'exemple cardinal de ce qui peut se faire de mieux en matière d'échanges entre universitaires : érudition, réflexion , clarté dans l'exposition, absence de jargon n'excluant pas l'élaboration des concepts, stimulation des uns par les autres, générosité dans la transmission de l'information (et des documents, si l'on en juge par le volume de cette thèse de plus de mille feuillets, qui serait bourrée de données et de pièces d'archives sans que cela nuise pour autant à la lisibilité), etc.

Et finalement, bonne pioche, la médiatisation étant l'un des fils conducteurs de cette thèse, j'ai pu glaner quelques informations qui me seront directement utiles pour mon propre travail.

Chacun aimant retrouver ses dadas, j'observe que Myriam Juan a déclaré que, pour mieux appréhender l'engagement dans la vie publique des acteurs, il conviendrait d'explorer les pages non cinématographiques de la presse généraliste.

Enfin, pour apporter ma petite pierre à cette recherche de très grande envergure, je publie, sur le blog que j'ai créé sur la vie et l'oeuvre d'Émile Vuillermoz, un article de cet auteur sur le sujet.


PS : On s'imagine fréquemment qu'une soutenance de thèse est plombée par un sérieux de tous les instants. Les moments savoureux n'ont cependant pas manqué, loin de là. Mon préféré : quand la présidente du jury a remarqué qu'il fallait aller chercher dans les "vrais films populaires" pour trouver des femmes émancipées, Les Dactylos par exemple (si mes souvenirs sont bons - ce qui fait écho à ce billet), et non dans des films à la Marcel L'Herbier. A l'objection que ce film ne les montrait pas franchement en situation d'égalité sociale par rapport aux hommes, la présidente répondit en substance : « au moins sont-elles actives » (citation de mémoire) !


Voici un document qu'il me semble avoir déjà publié sur ce blog, mais que je ne retrouve pas, dont l'écho avec l'actualité est trop évident pour que je le souligne par quelque commentaire que ce soit (sinon pour préciser que les archives du sixième des acteurs les plus payés selon le classement ci-dessous sont conservées à Los Angeles - genre de petit détail dont les chercheurs sont friands dans une thèse comme celle de Myriam Juan) :

http://c1.staticflickr.com/9/8621/16034401411_86b7a4dc22_z.jpg

Voir les commentaires

BOOMERANG : "GOING PLACES"

16 Décembre 2012, 20:50pm

Publié par Mister Arkadin

 

http://img15.hostingpics.net/pics/341283LesValseuses.jpg

A l'invocation proprement pétainiste à la Patrie du premier ministre de François Hollande (qui nous promeut, parallèlement, le "mariage gay" comme un hommage à la Famille ; ne manque même pas l'exaltation du Travail, sans compter la Morale), le grand Gégé répond : « Nous n'avons plus la même patrie, je suis un vrai européen, un citoyen du monde, comme mon père me l'a toujours inculqué », et comme l'Internationale socialiste et le gauchisme l'ont toujours proné. Beau retour à l'envoyeur, le plus hypocrite des deux n'étant pas forcément celui qu'on croit !

http://www.leparisien.fr/images/2012/12/16/2411533_lettredepardieu.jpeg

Voir les commentaires

GREG CENTAURO (10 JANVIER 1977 – 26 MARS 2011)

19 Avril 2011, 23:06pm

Publié par Mister Arkadin

http://farm6.static.flickr.com/5265/5632970368_b4e6d442cb_z.jpgDommage que je n’aie pu participer au dernier LJC, je me serais fait un devoir d’y annoncer la disparition de Greg Centauro. Mentionner un acteur de l’industrie cinématographique au micro d’une chaîne réputée être catholique intégriste est un tout petit plaisir, que je suis trop gourmand pour négliger et donc pour ne pas regretter de n’avoir pu me l’offrir. Ô, certes, je ne guette pas les nécrologies dans Hot Video pour pouvoir provoquer quelque réprobation à l’antenne de Radio Courtoisie, mais, en l’occurrence, je l’aurais bien fait, l’acteur en question ayant été la vedette masculine du seul porno, La Collectionneuse, sur lequel j’ai écrit, ici.http://www.leboncoinducadeau.com/images/produits/big/BLUE%20ONE-Clara%20Morgane%20:%20La%20collectionneuse-kdo-Pixmania-a39bd94c6df32206472fb536a2d44f7f.jpg

Voir les commentaires

ASCENSEUR POUR LA DISSIDENCE

28 Avril 2010, 23:02pm

Publié par Mister Arkadin

MM.jpg

Quelqu’un a-t-il un jour entrepris de compter le nombre de photos prises de Marilyn Monroe ? Tâche sans doute impossible. Cette femme a-t-elle, à partir d’un certain moment, été soustraite un seul instant au regard des objectifs ? On a beau en avoir vu des milliers et des milliers, on en découvre sans cesse de nouvelles. Et j’en viens à me dire, en pensant que je n’avais jamais vu la photo de Marilyn lisant que je reproduis ci-dessus, trouvée très récemment, qu’on en a tant vues qu’on finit par en oublier une grande partie. La raison n’en est probablement pas que la plupart seraient anodines, mais que, au contraire, Marilyn était dotée d’une photogénie tellement extraordinaire que l’on croit en découvrir bon nombre que l’on a en fait déjà vues, tant le choc constamment renouvelé de sa splendeur s’apparente au choc de sa découverte.

Je me suis fait cette même réflexion en voyant la  magnifique page de promotion parue dans le dernier numéro d’Éléments (n°135, avril-juin 2010, p.2) que je reproduis ci-dessous.

http://farm5.static.flickr.com/4028/4518312719_824d058c59.jpg

Cela me donne l’occasion de saluer, avec un peu de retard mais de bon cœur, le remarquable Bréviaire de cinéphilie dissidente qu’a publié Ludovic Maubreuil, qui, en plus de la chronique cinématographique d’Éléments, tient l’excellent blog "Cinématique".

Voir les commentaires

"FRAÎCHE ET BELLE ET NATURELLE"

11 Avril 2010, 23:22pm

Publié par Mister Arkadin

On aurait pu croire que la récente exposition sur Brigitte Bardot, organisée à Boulogne, serait l’occasion pour la presse de lâcher les chiens, comme c’est devenu l’habitude quand il est question de la plus grande vedette du cinéma français.

http://s.plurielles.fr/mmdia/i/97/8/eclair-brigitte-bardot-chez-fauchon-4055978eugwo_1350.jpg?v=1

Rien de tel, finalement. Certes, une personnalité de cette envergure aurait sans doute mérité plus qu’un éclair de chez Fauchon à son effigie. Si l’événement n’a guère suscité qu’un assez long entretien dans Valeurs actuelles, quelques émissions par ci par là (notamment à Radio Courtoisie) et une mise en accusation sur Europe 1, il a, de manière plus étonnante, permis à un journaliste d’un organe d’extrême-gauche de déclarer sa flamme :

« Niveau. Au fait, Brigitte Bardot, me direz-vous ? Notre BB nationale qu’on célèbre à l’envi pour ses 75 ans. Eh bien, regardez-la, cette friponne au corps parfait qui fit fantasmer des millions d’hommes (et sans doute aussi de femmes), voyez comme elle était fraîche et belle et naturelle ; et comparez donc avec les bimbos d’aujourd’hui, ces "velines" siliconées qui peuplent les écrans italiens (pas seulement) et agrémentent les fêtes du "papounet". Comme dit l’autre, le niveau monte ! » (« Bloc-notes » de Bernard Langlois, Politis, 1er octobre 2009, p.34).

Et le Nouvel Observateur s’est lui aussi fendu d’une brève plutôt élogieuse dans son édition du 29 octobre 2009 (p.118, « En hausse : Bardot pour tous », par Sophie Delassein) :

« Née artistiquement en 1956 avec "Et Dieu créa la femme" de Roger Vadim, Brigitte Bardot est aussitôt devenue sulfureuse, mais avec candeur. Cinquante ans après, elle l’est toujours. L’exposition qui la célèbre s’arrête à sa période faste, aux années "insouciance" (Musée des Années 30, Boulogne-Billancourt, jusqu’au 31 janvier). En ouverture du catalogue très illustré de cette manifestation dont l’auteur n’est autre que le commissaire de l’expo, Henry-Jean Servat, figure une préface de la comédienne. BB résume ces années-là avec lucidité : "Portée par un courant que je n’ai pas maîtrisé, ma vie a basculé, bousculant tout ce qui fut mon enfance et mon éducation." Sur les photographies, qu’elle pose avec Micheline Presle, Michèle Morgan, Michèle Mercier, Claudia Cardinale ou Isabelle Adjani, elle reste de loin la plus époustouflante. »

C’est peu ; mais au moins n’est-ce pas venimeux, ce que l’on aurait pu attendre de la part de ces magazines. Heureusement, Marianne y est allé de son coup de pied de l’âne, dans le cadre d’un dossier sur les faux iconoclastes (14-20 novembre 2009, p.27, « Brigitte Bardot, la Tatie Danielle de Saint-Trop ») :

« L’ermite de "La Madrague" a renoncé à vivre en société. Sous couvert de liberté de ton, Bardot déverse désormais l’aversion qu’elle éprouve pour ses contemporains. L’art est "devenu de la merde", les chômeurs "sont des paresseux planqués", les homosexuels "sont des phénomènes de foire", les sans-papiers, des "gueux qui profanent nos églises"… Le mépris. Théoricienne d’un adage cher aux personnes âgées aigries, selon lequel "il y a des bêtes qui valent bien certains hommes", la Tatie Danielle de Saint-Trop est devenue une figure muséale que seuls les journalistes en mal de scoop visitent encore. »

Ouf, l’honneur de la presse française fut sauf, Marianne s’étant dévoué !

Voir les commentaires

1 2 3 > >>