Mister Arkadin

Articles avec #acteurs

"FRAÎCHE ET BELLE ET NATURELLE"

11 Avril 2010, 23:22pm

Publié par Mister Arkadin

On aurait pu croire que la récente exposition sur Brigitte Bardot, organisée à Boulogne, serait l’occasion pour la presse de lâcher les chiens, comme c’est devenu l’habitude quand il est question de la plus grande vedette du cinéma français.

http://s.plurielles.fr/mmdia/i/97/8/eclair-brigitte-bardot-chez-fauchon-4055978eugwo_1350.jpg?v=1

Rien de tel, finalement. Certes, une personnalité de cette envergure aurait sans doute mérité plus qu’un éclair de chez Fauchon à son effigie. Si l’événement n’a guère suscité qu’un assez long entretien dans Valeurs actuelles, quelques émissions par ci par là (notamment à Radio Courtoisie) et une mise en accusation sur Europe 1, il a, de manière plus étonnante, permis à un journaliste d’un organe d’extrême-gauche de déclarer sa flamme :

« Niveau. Au fait, Brigitte Bardot, me direz-vous ? Notre BB nationale qu’on célèbre à l’envi pour ses 75 ans. Eh bien, regardez-la, cette friponne au corps parfait qui fit fantasmer des millions d’hommes (et sans doute aussi de femmes), voyez comme elle était fraîche et belle et naturelle ; et comparez donc avec les bimbos d’aujourd’hui, ces "velines" siliconées qui peuplent les écrans italiens (pas seulement) et agrémentent les fêtes du "papounet". Comme dit l’autre, le niveau monte ! » (« Bloc-notes » de Bernard Langlois, Politis, 1er octobre 2009, p.34).

Et le Nouvel Observateur s’est lui aussi fendu d’une brève plutôt élogieuse dans son édition du 29 octobre 2009 (p.118, « En hausse : Bardot pour tous », par Sophie Delassein) :

« Née artistiquement en 1956 avec "Et Dieu créa la femme" de Roger Vadim, Brigitte Bardot est aussitôt devenue sulfureuse, mais avec candeur. Cinquante ans après, elle l’est toujours. L’exposition qui la célèbre s’arrête à sa période faste, aux années "insouciance" (Musée des Années 30, Boulogne-Billancourt, jusqu’au 31 janvier). En ouverture du catalogue très illustré de cette manifestation dont l’auteur n’est autre que le commissaire de l’expo, Henry-Jean Servat, figure une préface de la comédienne. BB résume ces années-là avec lucidité : "Portée par un courant que je n’ai pas maîtrisé, ma vie a basculé, bousculant tout ce qui fut mon enfance et mon éducation." Sur les photographies, qu’elle pose avec Micheline Presle, Michèle Morgan, Michèle Mercier, Claudia Cardinale ou Isabelle Adjani, elle reste de loin la plus époustouflante. »

C’est peu ; mais au moins n’est-ce pas venimeux, ce que l’on aurait pu attendre de la part de ces magazines. Heureusement, Marianne y est allé de son coup de pied de l’âne, dans le cadre d’un dossier sur les faux iconoclastes (14-20 novembre 2009, p.27, « Brigitte Bardot, la Tatie Danielle de Saint-Trop ») :

« L’ermite de "La Madrague" a renoncé à vivre en société. Sous couvert de liberté de ton, Bardot déverse désormais l’aversion qu’elle éprouve pour ses contemporains. L’art est "devenu de la merde", les chômeurs "sont des paresseux planqués", les homosexuels "sont des phénomènes de foire", les sans-papiers, des "gueux qui profanent nos églises"… Le mépris. Théoricienne d’un adage cher aux personnes âgées aigries, selon lequel "il y a des bêtes qui valent bien certains hommes", la Tatie Danielle de Saint-Trop est devenue une figure muséale que seuls les journalistes en mal de scoop visitent encore. »

Ouf, l’honneur de la presse française fut sauf, Marianne s’étant dévoué !

Voir les commentaires

EYES WIDE SHUT

21 Octobre 2009, 23:12pm

Publié par Mister Arkadin

« Saïda m’a ouvert les yeux sur la différence », déclare Gérard Jugnot dans Vsd (n°1677, 14-20 octobre 2009, p.32-35), et un peu partout ailleurs, à propos de sa compagne depuis six ans. Bravo à elle, en effet, y’avait du boulot vu qu’il est donc resté les yeux fermés pendant plus de cinquante ans... À part ça : « Ma seule révolte personnelle, elle est contre cette image de beauf qui me colle à la peau depuis mes débuts. »

Voir les commentaires

ÉLOGE CRUEL

20 Septembre 2009, 23:05pm

Publié par Mister Arkadin

Une « actrice enfin révélée », tel est l’avis à peu près unanime de la presse, synthétisé dans « Les choix de "Libé" » (Libération, 16 septembre 2009, supplément « Cinéma », p.VIII), à propos de la prestation de Chiara Mastroianni dans Non ma fille, tu n’iras pas danser. La couverture de Télérama, entre autres, est de la même eau. Doit-on vraiment y voir un compliment ? Peut-être. Mais ô combien cruel ! Comment mieux signifier que cette même presse jugeait préférable de s’abstenir d’évaluer ses prestations antérieures (une bonne trentaine, tout de même…), par délicatesse pour une actrice qu’elle trouvait jusqu’à présent insignifiante ?

Voir les commentaires

MARILYN, THE VOICE

28 Juillet 2009, 23:44pm

Publié par Mister Arkadin

Sept ans de réflexion ce soir sur France 2, à 22h15, mais sans Marilyn Monroe : bravo le service dit "public" ! Dans l'autre créneau horaire réservé aux films de répertoire, c'est également une contrefaçon (dite "version française") de Duel qui est passée samedi à 23h55. C'est à ces coups bas portés aux générations actuelles d'adolescents, sacrifiées sur l'autel des Castaldi, Arthur, Skyrock et autres MTV, que l'on mesure la chance d'être né avant le délabrement orchestré de la culture populaire !

Je profite de ce coup de sang pour noter l'adresse Deezer de quelques-unes des plus belles chansons de MM : http://www.deezer.com/fr/#music/marilyn-monroe/the-very-best-of-144607

Et, pour faire bonne mesure, je signale aussi, parmi les innombrables sites consacrés à Marilyn, l'un de mes préférés, principalement parce qu'il permet de retrouver un nombre impressionnant de couvertures de périodiques qu'elle a illustrées : "Marilyn Magazines".

Voir les commentaires

VINGT GLORIEUSES

6 Mars 2009, 13:11pm

Publié par Mister Arkadin

Plusieurs de mes confrères blogueurs ont publié en décembre dernier des photos de leurs vingt actrices préférées, Ludovic Maubreuil notamment (avec en tête Juliette Binoche !?). Je pensais leur emboîter rapidement le pas, avec gourmandise, puis n'ai pas eu trop le temps d'y réfléchir. Mais peut-être fallait-il plutôt ne mentionner que les "glorieuses" qui nous viennent à l'esprit immédiatement, sans y réfléchir. Voici donc les premières auxquelles je pense aujourd'hui (1) ; la liste serait complétée progressivement pour arriver à vingt (à moins qu'il me faille au contraire en éliminer, je n'ai pas compté !) :


Silvana Mangano (suivre le lien pour voir la séquence la plus érotique de toute l'histoire du cinéma, qu'affectionne tout particulièrement Nanni Moretti dans Journal intime)






Barbara Stanwick






Joan Crawford




Bette Davis




Veronica Lake






Rita Hayworth






Claudia Cardinale





Florence Guérin





Grace Kelly





Deborah Kerr






Jennifer Connelly





Kim Novak







Marianne Basler





Marilyn Monroe





Sandrine Bonnaire







Maureen O'Hara




Sophie Duez





Ava Gardner




Gene Tierney





Su Shi







Andie MacDowell





(1) Tout en sachant que cette liste serait différente si je l'avais dressée hier et que celle de demain diffèrerait aussi.

Voir les commentaires

OBAMA, QUE D'ABSURDITÉS ON DIT EN TON NOM

22 Novembre 2008, 00:02am

Publié par Mister Arkadin

Combien d'âneries auront-elles été proférées au sujet de l'accession de Mister Obama à la Présidence des USA ? Y a-t-il un journal français, un médiacrate, un intellocrate ou une starlette infatuée qui n'ait dit ou écrit qu'il serait temps qu'en France il y ait enfin des Noirs ici ou là ? Ce n'est pas le lieu de les relever au niveau politique, quoiqu'il y aurait beaucoup à dire (cela rejoint un peu ce que j'ai écrit dans « Georges Frêche, Lilian Thuram et Alou Diarra, même combat : une équipe de France de football doit-elle être "aux couleurs de la France" ? »). En ce qui concerne le cinéma, ou plus exactement l'audiovisuel, cela aura été l'occasion de ressortir divers plans ou études sur la "diversité" devant désormais prévaloir sur les écrans. Cela aura aussi permis au courrier de Télérama de faire une nouvelle fois la preuve de sa prééminence en matière de bien-pensance auto-satisfaite : « Obama président. Peut-être verra-t-on enfin des Noirs dans les films de Woody Allen. Peut-être... » (19 novembre 2008, p.7) (1). Il est admirable de voir à quel point l'assurance de bien penser prémunit contre toute curiosité, contre toute vérification, contre tout scrupule dans ce que l'on énonce. Passons sur le fait que Woody Allen fait partie de ces artistes qui s'inspirent prioritairement de leur propre expérience et qu'il n'a jamais caché qu'il vivait dans un petit milieu d'artistes juifs new-yorkais. Et notons, pour en finir avec ce billet déjà trop long vu la bêtise de son prétexte, que c'est dans le formidable Mélinda et Mélinda (en ce moment adapté au théâtre, soit dit en passant, comme je le note dans « Cinéastes et cinéma sur scène »), que j'ai découvert, en amant de la succulente et trop rare Radha Mitchell, le très bon Chiwetel Ejiofor, comédien revu ensuite avec plaisir dans la remarquable série britannique Trust (passée postérieurement sur le câble français, bien que sa réalisation soit antérieure à Mélinda), dans She Hate Me et Inside Man (beaucoup de Noirs décidément dans la plupart des films de Spike Lee, s'rait pas imp'tipeu communautariste cui-là ?), ainsi que dans American Gangster.

 


(1) Pour être honnête, précisons que le courrier de Télérama est ce jour là assez équilibré, deux lecteurs cédant à l'Obamania, deux autres la moquant ou la mettant en perspective (le parcours de Gaston Monnerville étant opportunément rappelé, en oubliant cependant que, non seulement il était président du Sénat quand Martin Luther King fut assassiné, mais qu'il fut à deux doigts d'assumer la Présidence de la République - par intérim, certes, mais tout de même, cela relativise les discours amnésiques et culpabilisateurs d'aujourd'hui).

Voir les commentaires

CYD CHARISSE (8 MARS 1921 - 17 JUIN 2008)

13 Octobre 2008, 23:09pm

Publié par Mister Arkadin

Au moment de la mort de la merveilleuse Cyd Charisse, je n'avais pas réussi à trouver pour illustrer ce blog la photo publiée en médaillon en une de Libération. Allez savoir pourquoi je suis particulièrement content d'avoir pu la scanner, même médiocrement, dans un numéro de La Croix que l'on vient de me donner (merci encore au généreux donateur !). 

Voir les commentaires

ENTRE ROMI ET SARA

8 Octobre 2008, 22:28pm

Publié par Mister Arkadin


Lundi soir, j'ai le choix entre un train Sara et un Romi.
Même sur le quai d'une gare parisienne, pas moyen d'échapper au cinéma quand on a l'esprit déformé par des années de cinéphilie ! 

Voir les commentaires

DOMINIQUE ZARDI

10 Juillet 2008, 05:30am

Publié par Mister Arkadin

Bel entretien la semaine dernière sur Radio Courtoisie avec Dominique Zardi, "gueule" du cinéma français, à l'occasion de la sortie de son dernier livre, Le Monde des truands. Du cinéma à la réalité. Émission à récupérer ici, dans laquelle il est également question de Félix Fénéon Si je continue à publier des articles de plus en plus courts, il faudrait que je songe à m'inspirer du virtuose des nouvelles en trois lignes  !

Complément (5 mars 2010) : j'apprends que Dominique Zardi s'appellait en fait Emile Jean Cohen-Zardi. Ce n'est pas le Cohen (que je n'ignorais pas) qui m'intéresse en l'occurrence, mais les deux prénoms Emile Jean, qui se trouvent être les mêmes que ceux de Jean Emile Vuillermoz, personnage auquel j'ai consacré une bonne partie de mes recherches et publications.

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 > >>