Mister Arkadin

Articles avec #films - sorties

DE L'EFFICACITE DE L'AFFICHAGE PUBLICITAIRE : "UN POUR TOUS, ET TOUS POUR UN !"

30 Août 2021, 11:34am

Publié par Mister Arkadin

On se figure parfois que la saturation de l'environnement publicitaire, la profusion d'affiches, de spots, d'encarts dans les journaux, de pastilles de réclame constellant les pages web, etc., rendent ce matraquage inopérant. En bref, qu'à force que notre attention soit sollicitée, au-delà de toute mesure, par des messages à caractère publicitaire, nous finissons par ne plus du tout y être réceptifs, qu'ils glissent sur nous sans nous affecter, si blasés que nous sommes devenus. Peut-être est-ce le cas en ce qui concerne les adultes, dans une certaine mesure. Mais, tout parent en a fait l'expérience, les antennes des enfants sont encore hypersensibles pour repérer illico les messages qui leur sont destinés. Je ne compte plus les fois où mon mioche m'a signalé une affiche de film sur un bus ou sur la devanture d'un bar, qui m'avait complétement échappé alors même qu'elle était entrée dans mon champ de vision de manière aussi intrusive que dans le sien. Ainsi en a-t-il été quand nous nous sommes rendus récemment à la formidable librairie La Table des matières.

Au détour d'une rue, le marmot a sursauté : "Oh, je veux voir ça !"

D'Artagnan et les trois mousquetaires, de quoi raviver mes souvenirs de films de cape et d'épée, de Gene Kelly et Stewart Granger, et me donner envie de les lui faire découvrir. Pourquoi ne pas commencer, afin de ne pas me complaire dans mon profil de rétrograde ne jurant que par la "Dernière séance" et autres programmations d'un autre siècle, par ce film d'animation sorti le 25 août, avec le secret espoir que cette version animée ne sera pour lui qu'un avant-goût des versions de l'âge d'or hollywoodien. N'étant pas disponible pour le voir à Paris, ou dans quelques autres grandes villes, durant la période suivante, je suis reconnaissant à l'agence de communication s'occupant de ce film de m'avoir fourni un autre moyen de le visionner ; privilège dont, en tant que critique, je puis profiter, mais dont je n'ai guère abusé jusqu'à présent (préférant voir les films en salles, si possible au milieu d'un public "normal", et non en compagnie de confrères, lors des projections de presse - dont nous pouvons au passage noter qu'elles sont désormais de plus en plus fréquentées par des cinéphiles alimentant non plus les tribunes de la presse "classique", au demeurant de plus en plus rares et réduites à la portion congrue, mais des sites ou des chaînes Internet).

Comme je l'ai expliqué précédemment à plusieurs reprises sur ce blog, je tâche, sans y parvenir systématiquement, d'y signaler (ou à défaut sur ma page Facebook), toutes les productions ou manifestations (films et livres ; expositions) qu'il m'a été donné l'occasion de voir ou d'acquérir par "service de presse" : ceci ne préjuge pas de mon avis sur le film ou le livre en question ; et si jamais je n'ai ensuite pas le temps d'en parler plus abondamment, cela ne veut pas forcément non plus dire que je ne l'aurai pas apprécié (idem pour le kid !).

 

Voir les commentaires

LAISSEZ-PASSER LA LOI DE TÉHÉRAN

27 Juillet 2021, 14:43pm

Publié par Mister Arkadin

Vu un lot d'affiches la semaine dernière (provenant du cinéma de Vanves, dans le 92), dans la librairie du Panthéon, la dernière librairie de cinéma à Paris, ou presque.

Très étonné de n'en avoir quasiment pas trouvé une seule vraiment belle ou originale. Le prix étant modique, j'en ai tout de même pris une, celle d'un Tavernier que j'avais beaucoup aimé (c'est rare !), Laissez-passer (cela ferait un bon titre pour un film sur l'époque actuelle, soit dit en passant) :

Toutes les autres affiches valant vraiment le coup avaient dû être raflées par quelqu'un d'autre. Car, intuitivement, on se dit qu'en règle générale, les distributeurs ont intérêt à particulièrement les soigner. Ainsi en est-il pour le film La Loi de Téhéran, que j'ai la chance de pouvoir voir en avant-première, raison pour laquelle je relaie par courtoisie sa bande-annonce : https://www.youtube.com/watch?v=bYzBf7zo6RI

Ceci ne préjuge pas de mon avis sur le film ; si jamais je n'ai ensuite pas le temps d'en parler plus abondamment, cela ne voudra pas forcément non plus dire que je ne l'aurai pas apprécié.

Voir les commentaires

LIBRE JOURNAL DU CINÉMA : ACTUALITÉS, AVEC RICHARD DE SEZE ET ARTHUR DE WATRIGANT

31 Juillet 2020, 16:56pm

Publié par Mister Arkadin

Actualité des films, avec Richard de Sèze (critique cinématographique à Monde & Vie) et Arthur de Watrigant (critique cinématographique du magazine L’Incorrect)

Ont été évoqués, parmi les films en salles :

- Le Sel des larmes, de Philippe Garrel
- Land of Murders, de Christian Alvart
- Irrésistible, de Jon Stewart
- Les Parfums, de Gregory Magne
- The Light of my Life, de Casey Affleck
- De Gaulle, de Gabriel Le Bomin
- Effacer l’historique, de Gustave Kervern et Benoît Delépine
- The King of Staten Island, de Judd Appatow.

Reprise en salles :

- Pluie noire, de Shohei Imamura

En DVD :

- L'Homme d'à côté, de Mariano Cohn
- El Chino, de Sebastián Borensztein
- Medianeras, de Gustavo Taretto

Séries :

- Destination Dangers
- La Quatrième dimension
- The Mandalorian.

Film ancien :

- Belle Starr, de Irving Cummings (cf. chronique "Travelling arrière" d'Aristide Leucate, dans Politique Magazine, juillet-août 2020).

Nécrologies :
- Ennio Morricone.

Publications :

- une nouvelle revue de cinéma, Apaches, dont le n°1 comporte deux dossiers, l’un sur les mac-mahoniens, l’autre sur Fritz Lang ;
- Paris Berry nouvelle vague, récit de Thomas Morales (Éditions La Thébaïde, juin 2020).

Illustration musicale :
- Et pour quelques dollars de plus (Sergio Leone / Ennio Morricone).

 

Voir les commentaires

UN AVANT ET UN APRÈS (LA RÉOUVERTURE DES SALLES) ?

8 Juillet 2020, 15:39pm

Publié par Mister Arkadin

J’ai cru que l’abstinence contrainte que nous avons connue allait raviver mon désir de cinéma.

De manière similaire à Ted (Ben Stiller) dans Mary à tout prix, j’avais d’ailleurs anticipé la réouverture des salles (le 22 juin dernier) en demandant un service de presse afin de découvrir à l’avance un film nouveau la semaine précédente. Ainsi ai-je visionné sur petit écran Bluebird, disponible uniquement en vod depuis le 10 juin 2020. Le film avait été choisi quasiment au hasard, seulement au vu de l’affiche, sans me renseigner plus sur son contenu, son réalisateur, sa distribution (au deux sens du terme), dont l’affolante Lola Le Lann, etc.

Puis, le jour J, je me suis précipité voir Vivarium, choisi également sans trop réfléchir parmi les films proposés par le cinéma le plus pratique pour moi.

Le personnage principal du premier est un homme qui vient de sortir de prison et qui tente de refaire sa vie depuis une chambre d’hôtel dont il ne doit pas trop s’éloigner et qu’il doit rejoindre le soir, contrôlé qu’il est via un bracelet électronique. Le second se concentre presque exclusivement sur un couple qui n’arrive pas à s’extraire d’un lotissement aux maisons toutes semblables à celle qu’ils étaient venus visiter dans le cadre de la recherche d’un nouveau logement.

Soit deux films de confinement. «  Quelle sacrée coïncidence ! », s’est dit le benêt que je suis.

Réflexion faite, la probabilité de voir au sortir de la période de confinement un, voire plusieurs films présentant des situations de ce type était élevée, leur nombre, quelle que soit l’époque, étant important. Maints journalistes n’ont guère eu de mal à en dresser une liste, loin d’être exhaustive, tel Nicolas Ungemuth dans sa chronique « Nous vivons une époque formidable » (Le Figaro Magazine, 17 avril 2020, p.20, « Restez chez vous ! »). Il y mentionne Le Chat, Fenêtre sur cour, Le Locataire, Le Limier et Shining.

Ai-je repris depuis plus fréquemment qu’avant le chemin des salles ? Que nenni. Au contraire, même. Je n’ai pas non plus redemandé un service de presse pour recevoir un lien permettant de disposer à domicile d’un autre film nouveau. Retour à l’anormale normale, donc, pour le cinéphile et critique que je suis censé être.

Dans le même ordre d’idées, L’Express, qui ne rendait plus du tout compte des films nouveaux dans sa nouvelle maquette, amincie et sortie avant le confinement (exemple de numéro dénué de page Cinéma : le 3580 du 13 février 2020), ne s’est pas remis à en parler régulièrement depuis fin juin. Idem pour Marianne (dont le n°1196 du 14 février 2020 ne comportait pas non plus de page sur les films nouveaux) ? Ce serait à vérifier.

Le cinéma déserterait-il autant les hebdomadaires que ce blog ? Peut-être y déserte-t-il aussi les salles, qu’on y projette ou non des suites d’images numériques.

Voir les commentaires

LIBRE JOURNAL DU CINÉMA DU 24 OCTOBRE 2019 : « LA PROMESSE D’UN CINÉMA CHRÉTIEN ET INDÉPENDANT » ; ACTUALITÉ

17 Novembre 2019, 21:39pm

Publié par Mister Arkadin

Le principal invité du "Libre journal du cinéma" du 24 octobre 2019, que j’ai animé sur Radio Courtoisie, était Daniel Rabourdin (cinéaste, réalisateur de La Rébellion cachée), pour son film Promesse. La légende des cimes, en pré-production.

 

A ensuite été évoqué l’actualité, avec Jean-Max Méjean (critique à Jeune cinéma et à "iletaitunefoislecinema.com").

 

Il a été question de quelques films sortis en salles récemment à Paris :

- L’Acre parfum des immortelles (Jean-Pierre Thorn)

- Alice et le maire (Nicolas Pariser)

- Ceux qui travaillent (Antoine Russbach)

- Joker (Todd Phillips)

- Martin Eden (Pietro Marcello)

- Mathias et Maxime (Xavier Dolan)

- Sorry We Missed You (Ken Loach)

de la publication suivante : Jeune cinéma, n°396-397, octobre 2019.

 

Voir les commentaires

LIBRE JOURNAL DU CINÉMA DU 3 JUILLET 2019 : ACTUALITÉ

16 Juillet 2019, 20:55pm

Publié par Mister Arkadin

Le "Libre journal du cinéma" du 3 juillet 2019 a été consacré à l’actualité (films cannois à Paris, films de l’été, exposition « Quand Fellini rêvait de Picasso » à la Cinémathèque française), avec Jean-Max Méjean (critique de cinéma à la revue Jeune Cinéma et au site Internet "Il était une fois le cinéma") et Arthur de Watrigant (critique de cinéma au mensuel L’Incorrect).

 

Ils ont commencé par évoquer leur rapport au festival de Cannes (cf. tribune de JMM ; palmarès des palmarès de AdW).

 

 

Puis ont parlé d’un grand nombre de films, dont voici les titres et les dates de sortie à Paris :

- The Dead don’t Die (Jim Jarmusch) [cf. Version en ligne du CR d’Anne Vignaux-Laurent dans la revue Jeune cinéma, n°395, été 2019, p.20-23], sortie le 15/05/2019

- Douleur et gloire (Pedro Almodovar) – 17/05/2019

- Le Jeune Ahmed (Luc et Jean-Pierre Dardenne) – 22/05/2019

- Sybil (Justine Triet) – 24/05/2019

- Parasite (Bong Jong-Ho) – 05/06/2019

- Le Daim (Quentin Dupieux) – 19/06/2019

- Noureev (Ralph Fiennes) – 19/06/2019

- Conséquences (Darko Stante) – 26/06/2019

- Rojo (Benjamin Naishtat) – 26/06/2019

- The Mountain, une odyssée américaine (Rick Alverson) – 26/06/2019

- Toy Story 4 (Josh Cooley) – 26/06/2019

- So Long, My Son (Wang Xiaoshuai) – 03/07/2019

- Yesterday (Dany Boyle) – 03/07/2019

- L'Œuvre sans auteur (Florian Henckel von Donnersmarck) – 17/07/2019

- Halte (Lav Diaz) – 31/07/2019

- Pour les soldats tombés (Peter Jackson) – 03/07/2019

- Attaque à Mumbai (Anthony Maras), en vod le 04/07/2019

- Roubaix, une lumière (Arnaud Desplechin) – 21/08/2019

- Sorry We Missed You (Ken Loach) – 23/10/2019

- Jeanne (Bruno Dumont) – 11/09/2019

 

Ainsi que de reprises :

- Rabbi Jacob (Gérard Oury ; version restaurée 4K)

- La messe est finie (Nanni Moretti)

- Rétrospective Jim Jarmush, avec notamment son film Dead Man

 

 

d’une exposition :

- « Quand Fellini rêvait de Picasso », jusqu’au 30 juillet 2019 à la Cinémathèque française

Signature du soir à la librairie du Panthéon le jeudi 4 juillet 2019 du catalogue de l’exposition, ainsi que d’un livre coécrit par Jean-Max Méjean sur Giulietta Masina

 

et des publications suivante :

- Jeune Cinéma, n°395, été 2019, avec notamment un dossier d’hommage à Freddy Buache

- Cinématique des muses, de Ludovic Maubreuil, Éditions Pierre-Guillaume de Roux, en librairie le 04/07/2019

- Un été chez Max Pécas, de Thomas Morales, Éditions Pierre-Guillaume de Roux, en librairie le 16/07/2019

- 24 heures de la vie d’une femme, film de Dominique Delouche, en DVD, Éditions Doriane

Voir les commentaires

LJC DU 14 MARS 2019 : ACTUALITÉ DES FILMS ; MAURICE MARIAUD

14 Mars 2019, 21:38pm

Publié par Mister Arkadin

 

Les invités du "Libre journal du Cinéma" (LJC) du jeudi 14 mars 2019, que j’ai dirigé (émission préenregistrée), étaient Anne Brassié (journaliste et écrivain), pour évoquer l’actualité des films, et Frédéric Monnier (libraire et chercheur en histoire du cinéma), à l’occasion de la sortie de son livre Maurice Mariaud. Itinéraire d’un cinéaste des Buttes-Chaumont au Portugal (1912-1929) (préface de François Albera, Éditions de l’Afrhc) [1].

Parmi les films récents ont été conseillés :

- Le Mystère Harry Pick, de Rémi Besançon ;

- Green Book, de Peter Farrely ;

- La Chute de l’Empire américain, de Denys Arcand.

ainsi que la série Il Miracolo (diffusée début 2019 sur Arte).

Ont été déconseillés les suivants :

- Qu’est-ce qu’on a encore fait au bon Dieu ?, de Philippe Chauveron ;

- La Dernière Folie de Claire Darling, de Julie Bertuccelli.

Les participants se sont abstenus de voir et ont invité leurs auditeurs à faire de même :

- Grâce à Dieu, de François Ozon.

Ont été également évoqués le coffret DVD Gaumont Le Cinéma premier (volume II : « L’école des Buttes Chaumont »), le documentaire Syrie. Du chaos à l’espérance (présenté à la Catho de Lyon le 20 mars 2019) et le dernier livre de Philippe d’Hugues Viva Cinecitta ! (préface de Jean Tulard, Éditions de Fallois).

---

Note :

[1] Livre disponible à la bibliothèque de la Cinémathèque française (Paris, Bercy) et à la librairie Monnier (rue de Rome, Paris).

 

Voir les commentaires

CHRÉTIEN-MÉDIAS

5 Mars 2018, 12:55pm

Publié par Mister Arkadin

Il fut un temps, pas si lointain, où les avis d'un organisme catholique ("Chrétiens-Médias", si mes souvenirs sont bons, et antérieurement l'Office de je-ne-sais-plus-trop-quoi) figuraient à la fin des fiches de Télérama sur les films passant à la TV. 

Aujourd'hui, le même titre (ne parlons pas du même magazine) ne daigne pas donner son avis sur Jésus, l'enquête, sorti mercredi dernier, ni dans les pages du canard, ni dans son supplément "Sortir", ni sur son site Internet.

Au demeurant, guère passionnant, ce film, mais pas pire que la plupart des toiles qui encombrent les écrans, sorte de synthèse entre Zodiac et La Résurrection du Christ (où l'on remarque toutefois la présence en guest, pour une scène, de Faye Dunaway, assez ravagée, et de Robert Forster, assez transparent). Mais là n'est pas la question.

Au demeurant (bis), Télérama ne se distingue pas du reste de nos "grands médias", dont aucun ne semble avoir rendu compte du film, si j'en crois la section "Critiques presse" d'Allociné :

 

En revanche, une mobilisation, d'un petit nombre d'internautes mais très laudateurs, a eu lieu pour que la note attribuée par les "Critiques spectateurs" soit très élevée :

 

Voir les commentaires

1 2 3 4 5 6 7 8 > >>