Mister Arkadin

BÉRAUD : BIBLIOGRAPHIE VIII

, 02:36am

BIBLIOGRAPHIE HENRI BÉRAUD (1885-1958)

par ALAIN DE BENOIST


VIII. Associations - Divers
 

F1. A la fin des années soixante-dix, un cercle de journalistes parisiens hostiles au « terrorisme intellectuel de gauche » avait pris le nom de Cercle Henri Béraud. Cette association n’eut qu’une existence éphémère. Présidée par Dominiquet Jamet, puis par François Brigneau, elle eut pour vice-présidents Lucien Barnier et Pierre Pujo. Guy Baret, Daniel Trinquet et Claude Giraud y occupèrent successivement le poste de secrétaire général. Pia Daix en assura quelque temps l’administration. Parmi ses membres figuraient également Max Richard, Daniel Pautrat, Pierre Dupont, Pierre de Villemarest, François Foucart, Xavier de Penanster, Georges Daix, Henri Hansen-Catta, Georges Laffly, Jean-Pax Meffret, Guy Lambert, Henry Charbonneau, Yann Clerc, Guy Brière, Gérard Badel, Renaud Matignon, etc.

F2. Une exposition Béraud ainsi qu’une table ronde animée par Michel Déon avaient été prévues en octobre 1985 à la Bibliothèque municipale de Lyon, afin de célébrer le centenaire de la naissance de Béraud. Un comité de patronage s’était constitué à cette occasion. Il était présidé par Michel Déon et Bernard Clavel, et comprenait notamment Thierry Maulnier, Hervé Bazin, Jacques Laurent, Alphonse Boudard, René Fallet, Frédéric Dard, Michel Audiard, Henri Jeanblanc, Antine Perrod, etc. La Bibliothèque de Lyon décida d’ajourner ce projet sine die pour « éviter tout amalgame avec le procès Barbie », qui allait se dérouler à Lyon. Plusieurs municipalités (Marseille, Aix-en-Provence, Angoulême, Roanne) acceptèrent en revanche d’accueillir en 1986 une exposition itinérante (« Henri Béraud, le flâneur salarié ») organisée par Georges Ferrato.

F3. Une Association rétaise des Amis d’Henri Béraud (ARAHB), ayant son siège a Loix-en-Ré, dans l’île de Ré, a été fondée en 1993 par Francis Bergeron. Elle compte environ 500 adhérents. En 2004, son bureau se composait de Francis Bergeron (président), Jean-Pierre Blanchard (secrétaire général) et Christophe Bouquin (trésorier). La présidence d’honneur était assurée par Jean Butin et Jean Herbert (décédé en avril 2004). Outre Alphonse Boudard, Frédéric Dard, Louis Nucera et le général Guillain de Bénouville, aujourd’hui décédés, son comité de patronage comprenait notamment les écrivains Jean Dutourd, Michel Déon, Jean Raspail, Bernard Clavel, Geneviève Dormann, Pierre Clostermann, François Brigneau, Me Jacques Vergès, etc.

L’Association organise tous les ans, le 14 juillet, une rencontre littéraire suivie d’un pèlerinage sur la tombe de Béraud, au cimetière de Saint-Clément-des-Baleines, dans l’île de Ré. Elle a pour organe les Cahiers Henri Béraud (B.P. 3, 17111 Loix-en-Ré). Les numéros 1 et 2 ont été publiés par les éditions Bergeron-Sanders, à Saint-Marcel par Argenton-sur-Creuse, en association avec l'Association rétaise des Amis d'Henri Béraud (ARAHB), les numéro 3 et suivants par les éditions ARAHB. Les numéros 1, 2 et 3 ont été réédités en un seul volume en 2002 (tirage limité à 100 exemplaires numérotés).

- N° 1 : Promenade littéraire dans l'île de Ré avec Henri Béraud, 14 juillet 1994, janvier 1996, 45 p., tirage limité à 200 exemplaires numérotés [textes de Francis Bergeron, Jean-Paul Vallin, Alain Sanders, René Moniot-Beaumont, François Brigneau, Henri  Béraud].

- N° 2 : juin 1996, 53 p., tirage limité à 250 exemplaires numérotés [textes de Francis Bergeron, Pierre Brisson, Raoul Follereau, Lucien Rebatet, Geneviève Dormann, René Moniot-Beaumont, etc.].

- N° 3 : Henri Béraud, TF 677. Journal de prison, novembre 1997, cf. 1997/A53.

- N° 4 : Ils nous parlent d'Henri Béraud, été 2000, 189 p., tirage limité à 400 exemplaires numérotés [textes de Francis Bergeron, André Billy, Paul Collin, Gabriel Chevallier, Frédéric Lefebvre, Pierre Mac Orlan, Paul Reboux, Maurice Roya, Pierre Varillon et Henri Rambaud, Jean-Pierre Angelelli, Jean Butin, Michel Déon, Geneviève Dormann, Jean Dutourd, Pierre Gripari, Henri Hours, François Léger, Marc Laudelout, Eric Letty, Jean Mabire, Thierry Maulnier, Michel Mourlet, Joël Laloux, Jean-Pierre Blanchard, etc.].

- N° 5 : Alain de Benoist, Bibliographie d’Henri Béraud, automne 2000, cf. 2000/E13.

- N° 6 : Le droit d’aimer Henri Béraud enfin reconnu, il reste à obtenir sa réhabilitation littéraire et judiciaire, hiver 2000-01, 197 p. [textes de Francis Bergeron, A.D.G., Vincent Bétin, Jean Butin, Jean Cochet, Martyn Cornick, Gérard Guillot, Don Abbondio, Henri Béraud, André Thérive, Dominique Venner, Christian de Bartillat, Jean Burnat, Bernard Clavel, Edouard Helsey, Henri Hours, Jacques Martin, etc.].

- N° 7 : René Moniot-Beaumont (éd.), Béraud, quinze ans à « Gringoire ». 1 : Les premières années, 1928-1933, été 2002, cf. 2002-03/A56.

- N° 8 : René Moniot-Beaumont (éd.), Béraud, quinze ans à « Gringoire ». 2 : 1934-1935, mars 2003, cf. 2002-03/A56.

- N° 9 : La gloire de Béraud, hiver 2004-05, 71 p. [textes de Francis Bergeron, Jean Herbert, A.D.G., Jean-Paul Angelelli, Alain de Benoist, Henry Coston, Francis Lacassin, René Moniot-Beaumont, Henri Béraud].

- N° 10 : Béraud et les témoins d’hier, [juillet] 2005, 85 p., présentation de François Foucart, tirage limité à 450 exemplaires numérotés [textes de Pierre Brisson, Georges Champeaux, Gabriel Chevallier, Jacques Cordier, Jean Galtier-Boissière, Victor Goursat, Sacha Guitry, Henri Jeanblanc, Jean Oberlé, Philippe Altmeyer, François Saint-Prot, Pierre Scize, Jacques Valmont, dessin de Ralph Soupault].

- N° 11 : Béraud aujourd’hui – Béraud le 14 juillet 2005 – Béraud hier, printemps 2006, 40 p., tirage limité à 500 exemplaires numérotés [textes de Jacques Boucard, Gérard Chauvy, Dominique Jamet, Franck Nicolle, Bertrand de Saint-Vincent, Francis Bergeron, François Brigneau, André Gide, Eric Letty, André Rousseaux].

- N° 12 : Henri Béraud hier – Henri Béraud aujourd’hui, automne 2006, 31 p., tirage limité à 500 exemplaires numérotés [textes de Francis Bergeron, Léon Daudet, Jean Rimeize].

- N° 13 : Henri Béraud aujourd’hui – Henri Béraud hier, printemps 2007, 40 p., tirage limité  à 500 exemplaires numérotés [textes de Francis Bergeron, François Bousquet, Pierre Assouline, Bruno de Cessole, Jacques Cognerais, Nicolas d’Estienne d’Orves, Claude Harmel].

- N° 14 : Pascal Manuel Heu, Henri Béraud et le cinéma. I : Les écrits sur le cinéma d’Henri Béraud – « Le martyre de l’obèse » au cinéma, automne 2007, 98 p., ill., tirage limité à 550 exemplaires numérotés, présentation de Francis Bergeron [avec divers documents].

- N° 15 : Pascal Manuel Heu, Henri et le cinéma. II : « Un revenant », film inspiré de « Ciel de suie », hiver 2007-08, 62 p., ill., tirage limité à 550 exemplaires numérotés [textes de Francis Bergeron, Henri Jeanson, Philippe Roger].

L’Association rétaise des Amis d’Henri Béraud a également édité six disques compacts, avec l’enregistrement des principales interventions prononcées lors de ses colloques-rencontres littéraires du 14 juillet :

1) 14 juillet 1998, Editions Royales Patagones, Loix-en-Ré 1998, interventions de l’abbé Bétin, Jean Butin, Francis Bergeron (2e éd. 2001).

2) 14 juillet 1999, Editions Royales Patagones, Loix-en-Ré 1999, interventions de l’abbé Bétin, Francis Bergeron, Wallerand de Saint-Just, textes de Béraud (2e éd. 2001).

3) 14 juillet 2000, Editions Royales Patagones, Loix-en-Ré 2000, interventions de l’abbé Bétin, Francis Bergeron, Rémi Moniot-Beaumont, Wallerand de Saint-Just, A.D.G.

4) 14 juillet 2001, Editions Royales Patagones, Loix-en-Ré 2001, interventions de Alain de Lacoste-Lareymondie, Francis Bergeron, Jean Butin, Jean Raspail [existe aussi en cassette audio].

5) 14 juillet 2002, Editions Royales Patagones, Loix-en-Ré 2002, interventions de l’abbé Bétin, Jean Butin, Francis Bergeron.

6) Béraud parle à notre temps. Ecouter Béraud au XXIe siècle, Editions Royales Patagones, Loix-en-Ré 2005, interventions de Francis Bergeron, A.D.G., abbé Bétin, Wallerand de Saint-Just, Jean Raspail [comprend aussi « Lyon, mon pays », texte écrit et dit par Henri Béraud, reprise d’un ancien disque 78 t édité par la société Columbia, réf. D 19115].

Chaque disque comprend aussi une partie musicale.

 

G. DIVERS

G1. Henri Béraud a dirigé en 1904-05 la revue La Houle, sous-titrée « revue d’art, de littérature et de combat » et qui se voulait l’organe de l’Académie du Pot au Feu. Cinq numéros ont été édités à Lyon à partir du 1er janvier 1904, avec la collaboration de ses amis de jeunesse, dont Charles Dullin, Jehan [Jean] Marlieu, Frédéric Guitard [Frédéric Vars], Albert Londres et David Cigalier. Ces cinq numéros ont fait l’objet d’une réédition en fac-similé :

- Henri Béraud, Charles Dullin et leurs amis, La Houle. Revue d’art, de littérature, de combat, 1904-1905, Association rétaise des Amis d’Henri Béraud, Loix-en-Ré 2003, 99 p., présentation de Jean Butin (tirage limité à 450 exemplaires numérotés).

Béraud a ensuite fait ses débuts dans le journalisme lyonnais en 1906-08, comme secrétaire de rédaction de La Dépêche de Lyon. D’octobre 1913 à avril 1916, il fait paraître à Lyon le pamphlet (en principe) mensuel L’Ours, dont il rédige lui-même tous les numéros (11 numéros parus, dont 10 entre octobre 1913 et août 1914). En 1918-19, il collabore simultanément à Guignol et au Canard enchaîné.

G2. En 1919, Béraud effectue ses premiers reportages pour L’Œuvre et donne des chroniques à Bonsoir. Dans les années 1920-22, il effectue plusieurs reportages pour Le Petit Parisien, alors principal quotidien de la presse française (deux millions d’exemplaires). A la même époque, il donne des articles au Merle blanc, au Crapouillot, à La Vie parisienne, au Mercure de France, à L’Eclair, au Monde illustré, etc. En octobre 1923, il est nommé directeur littéraire à Paris Soir, puis devient en novembre 1924 grand reporter au Journal (un million d’exemplaires), qui l’envoie successivement en Albanie, en Russie et en Allemagne. A partir de 1927, il effectue le tour des grandes capitales européennes pour le compte du Petit Parisien.

G3. Sa collaboration régulière à l’hebdomadaire Gringoire, fondé en novembre 1927 par le gendre de Jean Chiappe, l’éditeur Horace de Carbuccia, commence en novembre 1928 avec un article intitulé « Vacances en Europe ». Béraud y tient alors, et jusqu’en janvier 1930, une chronique littéraire en alternance avec Marcel Prévost. Après une période d’interruption, il y collabore à nouveau à partir du 12 janvier 1934, au moment de l’affaire Stavisky Grâce à Béraud, qui deviendra bientôt le journaliste le mieux payé de France, le tirage de l’hebdomadaire, où écrivent également Joseph Kessel, Georges Suarez, Colette, Henry Bordeaux, Sacha Guitry, Abel Bonnard, Marcel Brion, etc., va monter en flèche. Béraud collaborera pendant dix ans à Gringoire, avec seulement deux nouvelles interruptions, d’avril à juillet 1937, puis du 20 juin au 14 novembre 1940. Sa collaboration cessera définitivement le 8 septembre 1943, en raison d’une brouille avec Horace de Carbuccia, qu’il accusera d’être devenu gaulliste. Sous l’Occupation, le journal s’était installé en zone libre, à Marseille.

G4. Les archives de Henri Béraud ont été remises à l’IMEC (Institut Mémoires de l’édition contemporaine) par l’ancien propriétaire de la maison de Béraud, dite des Trois Bicoques, à Saint-Clément-des-Baleines, dans l’île de Ré.