Mister Arkadin

AFFICHE D'INDIGENES

29 Mai 2009, 23:03pm

Publié par Mister Arkadin

Le fameux Indigènes, de Rachid Bouchared, passait jeudi dernier à la télévision.

Je reproduis ci-dessous l'affiche du film à sa sortie en salles.

N'y aurait-il pas une anomalie ?

Voir les commentaires

CINÉMA ET RADIO : SEMAINE DU 30 MAI 2009

27 Mai 2009, 23:06pm

Publié par Mister Arkadin

Rubrique rédigée avec la collaboration régulière de l'indispensable Desata,

auquel je renouvelle tous mes chaleureux remerciements.

Rappels et rattrapages :

« Sur la route » (Laurent Lavigne), France Inter, lundi 5 avril, lundi 11, mardi 12 et mercredi 13 mai 2009 : « Sur la route des actrices, chanteuses » ; « Sur La Route de Woodstock (le film) et de Joe Cocker » ; « Sur la route de Blow up » ; « Sur la route du Magicien d'Oz »

« Parking de nuit » (Sophie Loubière), France Inter, vendredi 15 et mercredi 20 mai 2009, de 21h04 à 22h00 : Zabou Breitman ; Bertrand Tavernier

« Les Belles captives cinématographiques », France Culture (« Chemins de la création »), mercredi 20 mai 2009 : « Le métier de cinéma d'Abel Jafri et de Stratis Vouyoucas » (Cinémathèque de Toulouse, 25 avril 2009)

« J'ai mes sources » (Colombe Schneck), France Inter, jeudi 21 et lundi 25 mai 2009, à 9h34 : « Les relations Cinéma Télévision (Cannes) », avec Michel Reilhac (Directeur d'ARTE France Cinéma) et Alain Sussfeld (Directeur général d'UGC) ; François Jost (universitaire, auteur de Comprendre la télévision et ses programmes) et Olivier Kohn (ancien critique à la revue Positif ; créateur et scénariste de la série Reporters, sur Canal+)

« L'humeur de » (Stéphane Guillon), France Inter, lundi 25 mai 2009, à 7h55 à 7h59 : « Cannes, ça a chié »

« Esprit critique » (Vincent Josse), France Inter, fin mai 2009, de 9h10 à 9h35 : nombreuses émissions sur Cannes, notamment sur la palme d'or, lundi 25 mai 2009, avec Eva Bettan

« Coup de projecteur », TSF Jazz, lundi 25, mercredi 27 mai 2009, à 8h30 - Rediffusions à 11h30 et 16h30 : « Alain Corneau fan de Johnny To » ; The Fabulous Dorseys en DVD, avec Alain Tercinet (journaliste spécialiste de jazz)

« Dare-Dare » (« L'actualité culturelle », Martine Béguin et Laurence Froidevaux), RSR, mercredi 27 et jeudi 28 mai 2009, à 12h03 : « Cinéma du réel », avec Thierry Garrel ; « "Let's make money", d'Erwin Wagenhofer »

« Libre journal des Historiens » (Philippe Conrad et Bernard Lugan), Radio Courtoisie, jeudi 28 mai 2009, de 18h00 à 1930 : « 1919-1929. De l'espoir au désastre », avec Philippe d'Hugues, notamment sur un film pro-bolchévique de Cecil B. De Mille et sur la carrière hollywoodienne de S.M. Eisenstein

Laurent Gerra, RTL, vendredi 29 mai 2009, de 8h50 à 9h00 : Spéciale Johnny Hallyday


Émissions radiophoniques sur le cinéma de la semaine à venir :

« Vos plus belles années » (Patrick Sébastien et Rémi Castillo), RTL, dimanche 31 mai 2009, de 11h30 à 12h30 : Jean-Marc Baar (acteur)

« Le 6e sens » (Mathieu Simonet), Vivre FM (« radio associative destinée aux personnes handicapées et à tous ceux concernés par le handicap et l'exclusion »), dimanche 31 mai 2009, à 12h05 : Olivier Martinaud (comédien)

« Fictions / Théâtre & Cie », France Culture, dimanche 31 mai 2009, de 20h00 à 22h00 : « "Le Moine" de Luis Buñuel et Jean-Claude Carrière », scénario inédit, d'après le roman de Matthew Gregory Lewis (1796), par Jeanne Moreau lors du Festival Premiers Plans d'Angers le 24 janvier 2009

« La tête dans les étoiles » (Laurent Boyer), RTL, mardi 2 et vendredi 5 juin 2009, de 14h30 à 16h00 : Marilou Berry (actrice) ; Yann Arthus-Bertrand et Luc Besson (réalisateurs), pour le film Home

« Sous les étoiles exactement »
(Serge Le Vaillant), France Inter, nuit du mardi 2 au mercredi 3 juin 2009, de 01h05 à 05h00 : Magali Noël (comédienne)

« J'ai mes sources » (Colombe Schneck), France Inter, mercredi 3 juin 2009, à 9h34 : Luc Besson (réalisateur et producteur)

À portée de mots » (François Castang), France Musique, jeudi 4 juin 2009, de 12h00 à 13h00 : Francis Perrin (acteur)

« Nonobstant » (Yves Calvi), France Inter, jeudi 4 juin 2009, de 17h00 à 17h50 : Robin Renucci (comédien)


Rediffusion :

« Mardis du cinéma » (Michel Cazenave, 1994), France Culture, « Les nuits », nuit du dimanche 31 mai au lundi 1er juin 2009, de 2h35 à 4h05 : « La Résistance française »


Compléments et rappels :

- Grille des émissions de radio spécifiquement consacrées au cinéma (la grille de la saison 2008-2009 est en cours de préparation)

- Liste des émissions récentes de France Info sur le cinéma

- Liste des invités des émissions de radio d'information sur le site "Zapping du paf"

- Le fil d'information relatif au cinéma de l'AFP

Voir les commentaires

POUR UNE AUTRE GÉNÉALOGIE DE LA CRITIQUE ET DE L'AUTEUR AU CINÉMA

26 Mai 2009, 23:56pm

Publié par Mister Arkadin

Venant de recevoir le sommaire du numéro 32 de Tausen Augen, il me tarde de l'acquérir, tant son dossier « A la recherche du Point G. L'identité de gauche au cinéma » recèle de sujets proches de mes préoccupations et d'études sur des films sur lesquels je me suis prononcé, j'ai écrit ou j'écrirai prochainement moi-même (L'Esquive, Katyn et Indigènes, notamment).

Mais l'article que je brûle le plus de lire est assurément celui de Vincent Joss, au titre trufaldien (« D'une certaine tendance de la critique cinématographique française »), ce qui est assez pertinent puisqu'il y est essentiellement question de François Vinneuil, si j'en crois le résumé donné sur le site :

« Au début des années 30, alors que le cinéma parlant français cherche encore ses repères entre le muet et le théâtre dans le confinement des expérimentations et des discussions de cinéastes, peu de journalistes ou de critiques d'art s'intéressent à ce genre par trop populaire, trop bâtard, trop neuf. Paradoxalement, l'une des premières défenses aiguisées du jeune cinéma parlant parait dans le journal royaliste et ultra réactionnaire dirigé par Charles Maurras, le grand ennemi de la modernité : Lucien Rebatet signe les critiques cinématographiques hebdomadaires de l'Action Française dès février 1930. Rebatet, qui commence alors une longue carrière de critique de cinéma, se bat pour l'avènement d'un cinéma pur, délié du théâtre, un cinéma où le mouvement, la pensée visuelle de "l'auteur" du film serait mise pleinement à contribution. Rebatet, plus connu pour avoir été le fer de lance de la collaboration intellectuelle parisienne et pour avoir prôné un fascisme à la française teinté du plus haineux des antisémitismes, est vraisemblablement l'un des hommes qui a le plus influencé la pensée critique du cinéma en France. Les concepts phares de la "politique des auteurs" furent forgés par les jeunes-turcs de L'Action Française des années 30, Brasillach, Rebatet, ces pères indignes dont les noms allaient disparaître après la guerre. »

Voilà qui va donner du grain à moudre aux "Études rebatiennes", association récemment créée par le professeur Gilles de Beaupte.

Je devrais moi aussi pouvoir en faire mon miel, à la fois dans la postface d'un recueil des écrits sur le cinéma de François Vinneuil, à paraître à la fin de l'année, et dans l'histoire/anthologie des écrits de cinéma parus pendant l'Occupation que je prépare également (ainsi que je l'ai annoncé ici). Car Vincent Joss semble partager l'une de mes convictions, à savoir l'influence non négligeable de la critique des années 1930 et 1940, et en particulier sa composante fasciste, dont Vinneuil fut le plus emblématique représentant, sur la critique des années 1950, en particulier celle qui aurait inventé la "politique des auteurs", dont Truffaut fut le moins réticent à "avouer" cette filiation.

Voici du reste ci-dessous le texte de la proposition d'intervention au colloque « L'auteur de cinéma : Histoire et archéologie d'une notion » que j'avais adressée en 2007 à Christophe Gauthier et Dimitri Vezyroglou (colloque auquel je n'ai finalement pas pu participer).

---

Affirmation d'une génération de critiques et promotion de nouveaux auteurs : le cas du « renouveau » du cinéma français pendant l'Occupation

L' « Age d'or du cinéma français », l'expression a fait florès pour parler du cinéma sous l'Occupation. Controversée, elle est accusée d'être une reconstitution a posteriori, soit par les gens de cinéma de l'immédiat après-guerre, soucieux de se dédouaner à la Libération, soit par ceux de l'après Nouvelle vague, soupçonnés de vouloir promouvoir contre celle-ci la génération d'auteurs précédente.

Mais cet "âge d'or" n'a-t-il pas été perçu ou construit comme tel dès l'Occupation par une nouvelle génération de critiques, pour une part apparue dans les années trente, mais qui s'affirme alors en mettant en avant une nouvelle génération d'auteurs (Jacques Becker, Robert Bresson, Henri-Georges Clouzot) ou en proclamant le statut d'auteurs majeurs de metteurs en scène apparus précédemment (Claude Autant-Lara, Marcel Carné, Christian-Jaque, Jean Grémillon, entre autres) ? Dans quelle mesure la promotion des uns sert (se sert de ?) celle des autres ? Dans quelle mesure une lutte d'influence s'exerce-t-elle entre les tenants d'un « renouveau » du cinéma français par sa défense presque inconditionnelle comme vecteur de la "Révolution nationale" (journalistes de la presse spécialisée) et des contestataires de l'ordre établi vilipendés pour leur véhémence par la corporation (jeunes critiques de la presse générale, François Vinneuil, François-Charles Bauer, Kléber Haedens, Barjavel, en particulier) ? Les auteurs du cinéma français sont-ils l'enjeu de cette querelle critique ?

Voir les commentaires

CENSURE ET COURTOISIE

24 Mai 2009, 23:06pm

Publié par Mister Arkadin

Face à la perplexité de certains de mes amis quant à ma participation au "Libre journal du cinéma", j'envisageais depuis quelques semaines de faire le point sur les raisons pour lesquels je ne refuse pas les invitations de Philippe d'Hugues à participer à son émission, quoique lui-même m'ait prévenu qu'elle était diffusée sur une station sulfureuse, ce qui pourrait nuire à ma réputation. Le premier cas de censure sur ce blog (cf. « Longue vie à "Jeune cinéma" ! ») étant dû aux « relents rances » émanant de Radio Courtoisie (« la radio du FN », dont je serais « l'un des animateurs ») que croit y déceler une personne s'étant sentie en si « mauvaise compagnie quand [elle] [a lu] [mes] pages », d'autant que s'y ajouteraient des « travaux de réhabilitation de vieux collabos fachos », qu'elle m'a écrit pour me demander que son nom n'y apparaisse plus, voici une ébauche de mise au point à ce sujet.

« Je rêve d'une gomme à effacer l'immondice humaine », écrivit Aragon au lendemain de la mort de France (je cite de mémoire). Cette phrase m'a toujours paru à la fois admirable et dégueulasse. J'y ai songé non à propos de la censure que j'ai effectuée sur mon site (ce serait inconvenant, n'est-ce pas ?), mais à propos du souci de ce correspondant de ne pas apparaître à proximité de personnes ne partageant pas ses opinions, suivant en cela l'exemple de la grande Sophie (à moins que ce ne soit la mime Marceau), dont j'ai traité ici. « Pas de tolérance pour les intolérants », voici un mot d'ordre on ne peut plus vertueux et que l'on aurait tort de trouver suspect du fait qu'il est également on ne peut plus commun. De même, ce n'est pas parce que cet interlocuteur s'exprime principalement à l'aide de slogans ou de formules convenues, par amalgames et expressions toutes faites que sa pensée n'est pas profonde. Ainsi en est-il, par exemple, de « vieux collabos fachos ». Passons sur le fait que de nombreux collaborateurs n'étaient pas fachos, mais socialistes (5) ; passons aussi sur le fait que le collabo visé (Brasillach je suppose) n'eut pas le loisir de devenir « vieux », ayant trente-six ans quand il fut tué (j'écrirais volontiers « assassiné », n'étant pas partisan de la peine de mort) ; bref, passons sur le fait que l'expression « vieux collabos fachos » est fort approximative, bien que très usitée, pour en venir à la prétendue réhabilitation à laquelle je me livrerais : m'intéressent presque exclusivement leurs activités littéraires et de critiques (surtout cinématographiques), et non leurs activités de journalistes politiques, celles-ci pouvant être distinguées, certes pas à 100 %, mais tout de même pour une large part ; cette divergence de vue permet à tout le moins de constater que la mentalité d'épurateur expéditif a assurément autant perduré que celle de collaborationniste.

« Franco, Pétain, et tous ces dictateurs que l'on déteste » (je cite à nouveau de mémoire), c'est en entendant ce propos de Daniel Costel à un libre journal du cinéma que j'avais accepté l'invitation de Philippe d'Hugues d'y participer. Je me suis dit qu'on était libre d'y dire à peu près tout ce que l'on voulait, y compris ce que l'on aurait pu croire contraire à la doctrine de la chaîne. Je n'en suis pas pour autant devenu un "animateur" au sens propre du terme, n'y dirigeant pas d'émission et faisant juste partie des milliers de personnes invitées chaque année. Dès lors, la qualifier de « radio du FN » n'est pas tant insultant pour moi que pour tous les brillants contributeurs de cette station, qu'il est absurde de croire monolithique ou inféodée à un parti. C'est ce que j'ai tenté d'expliquer dans le billet « De la liberté de blâmer... », en vain manifestement auprès de personnes par trop ouvertes d'esprit.

À mes yeux, l'émission de Philippe d'Hugues ne diffuse pas la vision du FN sur le cinéma, mais se met au service de celle de ses invités, aussi divers qu'estimables, par exemple François Albera, Yves Alion, François Amy de la Bretèque, Françoise Arnoul, Alexandre Astruc, Antoine de Baecque, Pierre Barbin, Anne-Marie Baron, Simon Basinger, Jérôme Bimbenet, Dominique Borde, Roger Carel, Cheyenne Marie Carron, Alain Carou, Jean-Claude Carrière, Marc Cerisuelo, Michel Ciment, Bernard Cohn, Daniel Costel, Nicole Courcel, Hervé Coutau-Bégarie, Darry Cowl, Jean Douchet, Hervé Dumont, Jean Dutourd, Alfred Eibel, Alain Ferrari, Pierre Guiguamp, Léonard Keigel, Francis Lacassin, Robert de Laroche, Jean-Marc Leveratto, Pierre Lherminier, Jean-José Marchand, Michel Marmin, Pascal Mérigeau, Priska Morrissey, Michel Mourlet, Éric Neuhoff, Jean Ollé-Laprune, Alain Paucard, Ulli Pickardt, Vincent Pinel, Perette Pradier, Yannick Rolandeau, Philippe Sarde, Jean Séfert, Daniel Serceau, Alain Schlockoff, Frédéric Sojcher, Serge Sur, Jean-Charles Tacchela, Bertrand Tavernier, Pascal Thomas, Pierre Trabaud, Bernard Trout, Marie-Noëlle Tranchant, Jean Tulard, Jean Valère, Paul Vecchiali, Isabelle Veyrat-Masson, Jacques Zimmer, etc.

Aussi me demanderais-je moins si je dois participer à une station dont les idées seraient « rances », mais si je ne serais pas indigne de la qualité des nombreuses personnalités qui s'y sont ou peuvent s'y exprimer librement, encore une fois aussi diverses qu'estimables : Jacques Aboucaya, Gérard d'Aboville, Christine et Guy de Aldecoa, Henri Alekan, Albert Algoud,  Jean Amadou, Philippe Alméras, Henri Amouroux, Ardavan Amir-Aslani, Michel Aoun, Daniel Aranjo, Franck Arguillère, Arletty, Michel Arouimi, Jean Arthuis, Souâd Ayada, Thierry Ardisson, Daniel Arenjo, Marie-Louise Audiberti, Jean Audouze, Laurence Auer, Sylvain Augier, Françoise Autrand, Jean-Pierre Babelon, Gabriel Badea-Päun, Francis Balace, Christophe Barbier, Brigitte Bardot, Jean-Luc Barré, Philippe Barret, Philippe Barthelet, Simon Basinger, Marianne Basler, Jean Baubérot, Gilles de Beaupte, Philippe Beaussant, Bernard Beauzamy, Kamel Bechikh, Jean de Beer, Charles Beigbeder, Lucien Bély, Karim-Hervé Benkamla, Alain de Benoist, Yves Benoît, Ségolène Bergeon-Langle, Claude Berger, Pierre-Marie Bernard, Michèle Bernard-Requin, Serge Bernstein, Philippe Berthier, Roland Bertin, Jérôme Besnard, Romain Bessonnet, Luc Beyer de Ryke, Alain Besançon, Moh-Christophe Bilek, Jacqueline Blancart-Cassou, Jean-Paul Bled, François Bluche, Henry Bogdan, Pierre de Boisdeffre, Yves Boisset, Jean-Claude Bologne, Émile Bomba, Françoise Bonardel, Jean Bothorel, Thierry Bouclier, Daoud Boughezala, Jeannette Bougrab, Claude Bouret, Véronique Bouzou, Jean-Pierre Brancourt, Alexandre Bobrikoff, Pierre Boulle, Pierre Boutang, Michel Brulé, Renaud Camus, Pierre Canavaggio, Bernard Carayon, Mathias Cardet, Robert Castel, Gilbert Castellanet, Jean Cau, Michel Cazenave, Bernard Cerquiglini, Bruno de Cessole, Gérard Chaliand, Pierre Chalmin, Jean-Pierre Chamoux, Jacques Chancel, Frédéric Chappey, Pascal Charvet, Michel Charzat, Pierre Chaunu, Aymeric Chauprade, Christian Chesnot, Jean-Marie Chevalier, André Chouraqui, Aldo Ciccolini, Jean Clair, Jean-Paul Clément, Christine Clerc, Jean Cluzel, Anne Coffinier, Gilbert Collard, Jean-Pierre Colignon, Gérard Colin, Antoine Compagnon, Gilbert Comte, François-Xavier Coquin, Noël Coret, Georges Corm, Alain Corvez, Maggy de Coster, Alain Cotta, Michèle Cotta, Bernard Cottret, Yves Courrière, Charles de Courson, Vincent Courtillot, Sébastien de Courtois, Stéphane Courtois, Denis Coutagne, Paul-Marie Coûteaux, Alain Cresciucci, Pierre Curie, Carole Dagher, Pierre Daix, Charles Dantzig,  Xavier Darcos, Olivier Dard, Pierre Darmon, Pascal Dayez-Burgeon, Bernard Debré, Jean-Louis Debré, Anne-Marie Décaillot, Alain Decaux, Alain Dejammet, Pierre Delaveau, Jean-Michel Delisle, Danièle Delorme, Michel Delpech, Chantal Delsol, Jean-François Deniau, Michel Déon, Jean Desailly, Jean-Pierre Deschodt, Gérard Desquand, Béatrice Didier, Dieudonné, Jean-Marie Domenach, Geneviève Dormann, Giovanni Dotoli, François-Georges Dreyfus,  Pauline Dreyfus, Alain Duault, Roland Dumas, Claude Duneton, Nicolas Dupont-Aignan (1), Alain Duprat, Yves Durand, Benoit Duteurtre, Jean Dutourd, Michael Edwards, Georgette Elgey, Yves-Michel Ergal, Jean-Paul Escande, Philippe Even, Nicolay Fakiroff, Bernard de Fallois, Jean Favier, Serge Federbusch, Jean-Philippe Feldman, Gérard Ferreyrolles, Edwige Feuillère, Brigitte Fossey, Bruno Foucart, François Foucart, Sabine Frommel, Alain Frossart, Marc Fumaroli, François Furet, Alexandre Gady, Hugues Gall, Général Pierre Marie Gallois, Marie-France Garaud, François Garçon, Nicole Garnier-Pelle, Marcel Gauchet, Hervé Gaymard, Jean-François Geneste, Gérard Genot, Olivier Germain-Thomas, Martin Gester, François Gibault, Alfred Gilder, Claude Goasguen, Gilles-William Goldnadel, Paul-Marie de la Gorce, Monique Gosselin-Noat, Pierre Grimal, Pierre Gripari, Alain Griotteray, Yves Guéna, Gérard Guyon, Vladimir Fédorovski, Marc Fumaroli, Fabrice Hadjadj, Claude Hagège, Maurice Hamon, Jean Haudry, Monelle Hayot, Daniel Heck, Jacques Heers, Françoise Heilbrun, Nathalie Heinich, Françoise Hildesheimer, Pierre Hillard, Roger Holeindre, François Huguenin, Guido Hülsmann, Edouard Husson, Claude Imbert, Jacques Isorni, Lucien Israël, Christian Jambet,  Dominique Jamet, Jean-Luc Jeener, Julia Kristeva-Joyaux, Christian Jambet, Alain Juillet, Marcel Jullian, Hervé Juvin, Rachid Kaci, Jean-François Kahn, Michèle Kahn, Leszek Kanczugowski, Nelly Kaplan, Roger Karoutchi, Philippe Karsenty, André Kaspi, Gaston Kelman, Étienne Kern, François Kersaudy, Basile de Koch, Soraya Kompany, Robert Kopp, Annie Kriegel, Richard Labévière, Denis Lacorne, Yves Lacoste, Daniel Lacroix, Anne Lamort, Jean-François Lamour, Jean-Claude Lamy, Marcel Landowski, Amanda Langlet, Marie-Christine Lasnier, John Laughland, Annie Laurent, Thierry Laurent, Philippe Lauvaux, Arlette Lebigre, Bernard Lecherbonnier, Gérard Leclerc, Yves Lecouturier, André Le Gall, Périco Légasse, Michel Legrain, Augustin Legrand, Sylvie Leluc, Thierry Lentz, Emmanuel Le Roy Ladurie, Dominique Leverd, Véronique Lévy, François Livi, Evelyne Lever, Pierre Londiche, Michael Lonsdale, Christophe Looten, Dominique Lormier, Patrick Lozès, Jean-Noël Luc, Pierre Magnard, Dominique Maillard, Jean de Maillard, Andreï Makine, Georges Malbrunot, Jean Marais, Alexandre Maral, Félicien Marceau, Jean-Charles Marchiani, François Marcognet, Jean-Louis Margolin, Philippe Marini, Arnaud Marion, Hervé Mariton, Xavier Martin, Gilles Martin-Chauffier, David Mascré, Jean-François Mattéi, Kostas Mavrakis, Jean-Marie Mayeur, Christophe Maynard, Samuel Mbajum, Philippe Ménard, Robert Ménard, Éric Mension-Rigau, Gilbert Merlio, Gérald Messadié, Pierre Messmer, Alain Michel, Marc Michel, François Miclo, Xavier Milan, Nicolas Milovanovic, Christian Millau, Richard Millet, Pierre Milloz, Jean Miot, Edouard Molinaro, Louis Monier, Joëlle Miquel, Roger Mondy, Jean Monneret, Pierre Monnier, Daniel de Montplaisir, Philippe Moreau Defarges, Hervé Morin, Anne-Elisabeth Moutet, Lina Murr Nehmé, Philippe Nemo, Jacques Nerson, Minh Dung Louis Nghiem, Philippe Nieuwbourg, Dominique Noguez, Ernst Nolte, Hervé Novelli, Hector Obalk, Junko Okazaki, Jean d'Ormesson, Roumiana Ougartchinska, Saïd Oujibou, Mona Ozouf, Pierre Palmade, Paul-François Paoli, André Parinaud, Claire Paulhan, Valérie Pécresse, Philippe Péjo, Pierre Pélissier, Jean-Marie Pelt, Maurice Pergnier, Régine Pernoud, Jacques Perot, Jean-Christian Petitfils, Laurent Petitgirard, Jean Petitot, Gilles Philippe, Jean Piat, Patricia Plaud-Dihuit, Edwy Plenel, Galina Pogojeva, Georges Poisson, Natacha Polony, Dominique Ponnau, Jacques Portes, Jean-François Probst,  Jean Pruvost, Jean-Michel Quatrepoint, Yves Quéré, Claude Quétel, Guy Rachet, Gilles Ragache, Philippe Raggi, Jean Raspail, Michèle-Laure Rassat, Ali Rastbeen, Jean-Robert Raviot, Michèle Reboul, Anne Régent-Susini, Marie-Pierre Rey, Maurice Rheims, Claude Ribbe, Jacques Rigaud, Pierre Rigoulot, Ivan Rioufol, Jean-Pierre Rioux, François Rivière, Christine de Rivoyre, Jean Robin, Maxime Rodinson, Jacqueline de Romilly, Jean-Jacques Rosa, Laurence de Rosen, Jean-Marie Rouart, Claude Rousseau, Baptiste Roux, Gonzague Saint Bris, Nicolas Sainte-Fare Garnot, Renée Saint-Cyr, Christian Saint-Étienne, Isablelle Saint-Martin, Maryvonne de Saint-Pulgent, Nicolas Sainte-Fare Garnot, Jacques Sapir, Gilles Sauron, Guy Savoy, Marie-France Schmidt, Maurice Schumann, Pierre Schoenderffer, Peter Dale Scott, Bernard Seillier, Vittorio Serio, Jean Sévillia, Igor Shpynov, Hama Ag Sid Ahmed, Philippe Simmonot, Pierre Sipriot, Alain-Gérard Slama, Elizabeth Smadja, Alain Soral, Christine Sourgins, Jacques Soustelle, Georges-Henri Soutou, Bruno de Stabenrath, Jean-Luc Steinmetz, Isabelle Storez-Brancourt, Valérie Sueur-Hermel, Georges Suffert, Marina Tchebourkina, Philippe Tesson, Sylvain Tesson, Guy Thion de La Chaume, François Thual, Jean Tibéri, Denis Tillinac, Colette Tolstoï, Michel Tournier, Jacques Treffel, Jean Tulard, Bernard Valade, Christian Vanneste, André Vauchez, Jacques Vauthier, Dominique Venner, Jacques Vergès (2), Daniel Vernet, Henri Verneuil, Pierre Vialatte, Jean de Viguerie, Jean-Didier Vincent, Marin de Viry, Frédéric Vitoux, Vladimir Volkoff, Antoine Waechter, Agnès Walch, Henriette Walter, Emmanuel de Waresquiel, Paul Wermus, Laurent Wetzel, Limore Yagil, Jean-Claude Yon, Paul Yonnet (3), Éric Zemmour, Charles Zorgbibe, Salomé Zourabichvili, etc., etc. (4)

J'ignore les opinions politiques de la plupart de ces personnalités et n'ai pas l'esprit d'inquisition assez développé pour m'en soucier outre mesure.

Radio Courtoisie est moins une station politique qu'une station proposant, certes des émissions politiques, mais plus encore des émissions économiques, historiques et géopolitiques, et surtout des émissions culturelles, consacrées à la littérature, à la langue, à l'éducation, à tous les arts, au cinéma, aux chants et à la musique. Elle y reçoit des écrivains, des poètes, des professeurs d'université, des chercheurs, des étudiants, des professeurs du secondaire, des conférenciers, des philosophes, des scientifiques, des ingénieurs, des agriculteurs, des maraîchers, des pépiniéristes, des médecins, des psychiatres, des collectionneurs de plantes médicinales et phytothérapeutes, des naturopathes, des chefs cuisiniers, des chefs d'entreprises, des hauts-fonctionnaires, des économistes, des industriels, toutes sortes de consultants, des mathématiciens, des professeurs, des éducateurs, des avocats, des journalistes, des directeurs de radios et de journaux, des dessinateurs, des historiens, des hommes politiques (catalogués à droite, en très grande majorité, mais de tous les partis, la proportion du FN y étant certes largement supérieure au 0,90 % que le CSA a évalué dans l'ensemble des médias - où est l'anomalie démocratique ?), des militaires, des syndicalistes, des fabricants de figurines de plomb, des fabricants de terre cuite, des acteurs et des réalisateurs, de cinéma et de théâtre, des chanteurs, des prêtres, des rabins, des théologiens, des bibliophiles, des linguistes, des lexicographes, des directeurs d'école, des sculpteurs, des peintres, des batteurs d'or, des graveurs, des galeristes, des photographes, des viticulteurs, des critiques (en tous genres), des interprètes, des musicologues, des compositeurs, des musiciens, des conservateurs de musée, des ésitériophiles, des commissaires d'exposition, des éditeurs, des spéléologues, des responsables d'associations très diverses (surtout culturelles), des ambassadeurs, etc.

Quant aux questions politiques, j'écoute trop peu Radio Courtoisie pour y déceler une ligne, mais je l'ai tout de même assez écoutée ces derniers temps pour me rendre compte qu'on pouvait y entendre des propos très favorables ou très défavorables au Président Sarkozy (parfois dans la même émission !), des explications libérales ou antilibérales de la crise économique, des "climatosceptiques" et des partisans de la thèse du réchauffement anthropique du climat, des propos pro-sionistes ou anti-sionistes au moment des bombardements de Gaza, des personnes favorables au retour de la France dans le commandement intégré de l'OTAN et des détracteurs de ce retour, des personnalités politiques du FN et des dissidents de ce parti (ces derniers pourraient-ils s'y exprimer longuement et librement s'il s'agissait de Radio FN ?), des personnes présentant l'Islam comme un danger pour la France et d'autres soulignant la dimension fantasmatique de cette vision, etc., etc. Aussi bien, seul le philo-communisme n'a peut-être pas droit de cité sur cette chaîne - et encore !

Bref, la réputation qui lui est faite, que mon censeur colporte naïvement, est ridicule. Allons par exemple regarder les programmes de l'émission d'Aude de Kerros (qui passe au même horaire que le libre journal du cinéma). En quoi serait-ce une émission lepéniste ? Au reste, Lionel Jospin a fort bien expliqué que beaucoup s'étaient donné le beau rôle en se livrant à un « antifascisme de théâtre » vis-à-vis du FN, celui-ci n'étant pas un parti fasciste (à écouter ici), tout juste un parti populiste. Au moment de l'affaire Siné et de son renvoi de Charlie Hebdo, Claude Askolovitch a parlé de « propos antisémites dans un journal qui ne l'est pas ». À bien des égards, Radio Courtoisie n'est-elle pas pour ses adversaires une chaîne antisémite même si l'on n'y tient pas de propos antisémites, une chaîne fasciste où l'on ne tient aucun propos fasciste (en cas contraire, soyez sûr que le CSA l'interdirait immédiatement, de nombreux vigilants qui la surveillent nuit et jour étant prompts à dénoncer auprès de lui tout propos suspect !) ?

Cela ne veut nullement dire que je n'aurais pas moult réserves à formuler sur la station en général, sur telle ou telle de ses émissions et sur le libre journal du cinéma en particulier, à tel point que j'ai fréquemment envisagé de ne plus y participer. Des réactions comme celle de X m'incitent a contrario à y rester fidèle : avoir des détracteurs aussi médiocres, c'est plutôt bon signe !


Compléments : 

(20 décembre 2010) : un index du "Libre journal de Serge de Beketch est disponible ici.

(15 juillet 2015) : des noms sont ajoutés au fur et à mesure à la liste des invités de RC.


Notes :

(1) (21 octobre 2011) Mis en cause pour sa participation au salon de Radio Courtoisie en 2011, NDA (allons-y du sigle qui ne tardera pas à l'identifier, vu qu'il vient tout d'un coup d'être promu dans les médias, pour des raisons qu'explique très bien Alain Soral ) s'était très vigoureusement défendu : « Nicolas Dupont-Aignan ne se couche pas face au Monde ». Il l'a fait de façon bien plus molle, voire lâche, le 18 octobre 2011 au "Petit journal" de Canal + (aux alentours de la onzième minute).

(2) Non content de participer à des émissions de Radio Courtoisie, Maître Vergès n'hésite pas à faire l'éloge de cette station lorsqu'il est interrogé par d'autres médias, par exemple Médias (n°29, été 2011, p.36, réponse à la question « Vous avez des amis journalistes ? ») : « Bien sûr, j'aime beaucoup l'émission de Taddéï. Conséquence, elle est supprimée. On peut y parler sans être interrompu par un journaliste qui n'est pas professeur de morale. Il a eu l'audace de nous inviter, Goldnadel et moi, en même temps. Et chacun pouvait parler sans s'insulter. J'apprécie également beaucoup Radio Courtoisie, pour les mêmes raisons. »

(3) (24 novembre 2011) Emmanuel Ratier, dans son émission du 16 novembre 2011, consacrée à Céline, a raconté que son ami Paul Yonnet lui a dit qu'il aurait aimé venir présenter son livre sur l'écrivain à Radio Courtoisie, mais qu'il ne le pouvait pas car cela le rendrait « interdit de maison d'édition » et que cela lui poserait des problèmes dans son travail (à l'Union nationale des associations familiales). Paul Yonnet a cependant présenté son livre sur "le malaise français" au "Libre journal de Philippe de Saint-Robert" du 2 juillet 1996.

(4) (25 décembre 2012) Je suppose qu'il serait possible d'établir aussi une longue liste de personnes ayant refusé une invitation à Radio Courtoisie. Au début du LJC de septembre 2011, Philippe Ariotti a déclaré : « Nous sommes courtois avec les gens qui ne peuvent pas ou ne veulent pas venir, et à Radio Courtoisie les absents n'ont jamais tort. » D'une certaine façon, de leur point de vue, les absents ont tellement toujours raison qu'il pourrait être considéré comme un hommage à leur rendre de publier un récapitulatif de nos héroïques Maquisards n'ayant pas voulu venir au LJC puisqu'elles se figurent agir en Résistants de la sorte, capables de ne pas donner suite aux sollicitations de "Radio Paris". Une fois les ondes libérées, elles pourraient s'en prévaloir, ce qui ne nuirait aucunement à leur carrière, loin de là : ne serait-ce pas un service à leur rendre ?

Voir par ailleurs un autre billet sur la "diversité courtoise".

(5) « C'est la gauche pacifiste (ce n'est pas l'extrême droite nationaliste ou fasciste) qui fut le vecteur principal de la Collaboration) » (Simon Epstein, entretien à Royaliste) ; « Comment peut-on être assez ignorant pour croire encore que les "collabos" venaient tous de l'extrême-droite et les résistants de le la gauche ? » (par Stéphane Courtois, "Atlantico", 12 juin 2012).

 


 

Voir les commentaires

LE CINÉMA A LA RADIO : GRILLE 2009

22 Mai 2009, 23:04pm

Publié par Mister Arkadin

Suivant l'adage « mieux vaut tard que jamais », j'ai enfin mis en ligne une nouvelle grille des émissions de radio sur le cinéma, correspondant à la saison 2008-2009, bien que je n'aie pas eu le temps de vérifier absolument tous les liens, en particulier en ce qui concerne les radios de province et d'Internet (nouveau tableau par rapport à la grille 2007-2008).

J'ai également ajouté une petite liste de Web radios diffusant de la musique de films.

Suivra un jour, prochain je l'espère, une liste de conférences et documents sonores sur le cinéma disponibles en ligne (en cours d'élaboration), ainsi que, dans un avenir plus éloigné, une liste rétrospective des anciennes émissions sur le cinéma, les plus récemment disparues (par exemple "Nova fait son cinéma" ou "Cinéfilms") comme les plus historiques (notamment "Les Mardis du cinéma" ou " Le Tribunal de l'actualité cinématographique" de la Radiodiffusion Nationale, ancêtre du "Masque & et la Plume" réunissant Georges Champeaux, Maurice Pierrat, François Vinneuil et Émile Vuillermoz).

Voir les commentaires

CINÉMA ET RADIO : SEMAINE DU 23 MAI 2009

20 Mai 2009, 23:30pm

Publié par Mister Arkadin

Rubrique rédigée avec la collaboration régulière de l'indispensable Desata,

auquel je renouvelle tous mes chaleureux remerciements.

Rappels et rattrapages :

« Coup de projecteur », TSF Jazz, lundi 18 mai 2009, à 8h30 - Rediffusions à 11h30 et 16h30 : « Galabru, Caubère, Pagnol et Raimu »

« Culture vive » (Pascal Paradou), RFI, lundi 18, mercredi 20 mai 2009, à 9h10 : Juliette Binoche (actrice) et Abderrahmane Sissako (réalisateur), au Pavillon des cinémas du monde, « lieu de rencontre entre cinéastes africains, sud-américains, asiatiques ou des pays de l'Est, professionnels et médias » ; Simon Abkarian (comédien), pour le film L'Armée du crime (de Robert Guédiguian)

« Dare-Dare » (« L'actualité culturelle », Martine Béguin et Laurence Froidevaux), RSR, mardi 19 et mercredi 20mai 2009, à 12h03 : Rencontre avec Anna Karina ; « Babel Cinéma » (sur le doublage et le sous-titrage), avec Abé Mark Nornes (auteur de Cinema Babel, Translating global Cinema, éditions University of Minnesota Press, 2007) et Catherine Terretaz (du Centre de production AdaLin)

« Et pourtant elle tourne » (Bruno Duvic ; émission qui, malgré son titre, n'est pas spécialement consacrée au cinéma, ni même à Jane Birkin), France Inter, mardi 19 mai 2009, de 18h15 à 19h00 : « Cannes, le tour du monde du cinéma », avec les critiques Jean-Michel Frodon et Eva Bettan

« Sur les docks, l'heure du documentaire » (Pierre Chevallier), France Culture, mercredi 20 mai 2009, de 16h00 à 17h00 : « Voyage en Europe - La Roumanie, d'Ouest en Est (3/4) - La Nouvelle Vague du cinéma roumain »

« Rendez-vous » (Laurent Goumarre), France Culture, mercredi et jeudi 20 et 21 mai 2009, de 19h15 à 20h00 : « Le Rendez-vous de Cannes », avec Raya Martin (cinéaste) et Pierre Rissient (attaché de presse)

« À portée de mots » (François Castang), France Musique, jeudi 21 mai 2009, de 12h00 à 13h00 : Bertrand Tavernier (cinéaste)

« Le fou du roi » (Stéphane Bern), France Inter, vendredi 22 mai 2009, de 11h05 à 12h30 : Mathilde Seigner et Olivier Marchal


Émissions radiophoniques sur le cinéma de la semaine à venir (avec toujours de nombreuses émissions sur le Festival de Cannes, souvent en direct de la Croisette, « Laissez-vous tenter » sur RTL, « Les Matins » et « Tout arrive » sur France Culture (mais aussi le « Journal d'Antoine Guillot »), « Le grand magasin » sur Radio Nova, « Culture vive » sur RFI et beaucoup d'autres émissions sur Radio France, notamment sur France Inter (par exemple « Esprit critique ») et sur RFI (qui propose des archives de Radio France, notamment des Actualités et « Le Masque et la Plume »), , et sur Radio Suisse Romande (blog RSR) :

« Étonnez-moi Benoît » (Benoît Duteurtre), France Musique, samedi 23 mai 2009, de 11h00 à 13h00 : Sim (acteur)

« Masse critique » (Frédéric Martel, « Le magazine des industries culturelles »), France Culture, samedi 23 mai 2009, de 8h10 à 9h00 : « Les pays émergents émergent à Cannes » 

« Regarde les hommes changer » (Frédéric Taddéï), Europe 1, samedi 23 mai 2009, de 11h00 à 12h00 : Alain Chabat (réalisateur et acteur)

« Émission spéciale Cannes » (Matthieu Garrigou-Lagrange), France Culture, samedi 23 mai 2009, de 15h00 à 17h00 : en direct du Festival de Cannes et en public avec le lauréat 2009 du Prix France Culture du Cinéma (par Matthieu Garrigou-Lagrange et Laurence Millet)

« Éclectik » (Laurence Garcia), France Inter, dimanche 24 mai 2009, de 10h10 à 11h00 : Ken Loach (cinéaste), pour son film Looking for Eric

« Cosmopolitaine » (Paula Jacques), France Inter, dimanche 24 mai 2009, de 14h05 à 16h00 : Corinne Pouillot, pour son livre Audrey Hepburn, un ange à Hollywood (éditions Timée)

« Fictions / Enfantines » (« Jeunesse », Blandine Masson), France Culture, dimanche 24 mai 2009, de 17h30 à 18h00 : « La Belle et la bête, de Jean Cocteau », enregistré le 30 octobre 1946 dans le cadre de l'émission « Écran sans image », avec les comédiens, Jean Claudio, Jacqueline Morane et Pierre Delbon, et des extraits du film, avec les voix de Jean Marais (la bête), Josette Day (Belle), Michel Auclair (Ludovic), Nane Germon (Adélaïde), Mila Parély (Félicie), André Marcel, et la musique de Georges Auric (réalisation de Sady Petit)

« Easy tempo » (Laurent Valéro et Thierry Jousse), France Musique, dimanche 24 mai 2009, de 23h00 à 24h00 : « Very easy : lounge cinéma » (suite de l'émission du 17 mai)

« Ronde de nuit » (Olivier Le Borgne), France Vivace, nuit du dimanche 24 au lundi 25 mai 2009, de 1h00 à 4h00 : « Nouveautés DVD, Blu-Ray Disc et livres de cinéma » et B.O. de Maurice Jarre pour le film Lawrence d'Arabie

« Coup de projecteur », TSF Jazz, lundi 25 mai 2009, à 8h30 - Rediffusions à 11h30 et 16h30 : « Alain Corneau, fan de Johnnie To », à l'occasion de la sortie du film Vengeance

« Nonobstant » (Yves Calvi), France Inter, lundi 25 mai 2009, de 17h00 à 17h50 : Guillaume Gallienne (comédien)

« Les Lundis du Duc » (Sébastien Vidal), TSF jazz, lundi 25 mai 2009, de 18h00 à 19h00 : « Jazz et Nouvelle Vague », en direct du Duc des Lombards, avec Martial Solal (pianiste et compositeur, notamment de la bande originale du film A bout de souffle", de Jean-Luc Godard), Alain Corneau (cinéaste) et Noël Simsolo (réalisateur, comédien, scénariste, auteur et historien du cinéma)

« Fictions / Feuilleton » (« La littérature à la radio », Blandine Masson), France Culture, depuis le lundi 18 mai, du lundi 25 au vendredi 29 mai, de 20h30 à 20h50 : Les Mauvais jours, feuilleton de Noël Simsolo (acteur, cinéaste, critique de cinéma et écrivain), « plongée dans la chasse aux sorcières » (réalisation de Michel Sidoroff, assisté de Guy Peyramaure)

« La tête dans les étoiles » (Laurent Boyer), RTL, mardi 26 mai 2009, de 14h30 à 16h00 : Mathilde Seigner (actrice)

« Et pourtant elle tourne » (Bruno Duvic ; émission qui, malgré son titre, n'est pas spécialement consacrée au cinéma, ni même à Jane Birkin), France Inter, mercredi 27 mai 2009, de 18h15 à 19h00 : Éric Cantona (acteur), pour le film Looking for Éric, de Ken Loach

« Libre journal de Nicolas Tikhobrazoff » (Nicolas Tikhobrazoff), Radio Courtoisie, jeudi 28 mai 2009, de 12h00 à 13h30 : « L'apport des Russes dans le cinéma », avec Georges Andreev (historien du cinéma et collectionneur)

« BO à gogo ! (7) » (Olivier Le Borgne), France Musique (« Vivace »), jeudi 28 mai 2009, de 04h00 à 07h00

« À portée de mots » (François Castang), France Musique, vendredi 29 mai 2009, de 12h00 à 13h00 : Michel Ciment (critique de cinéma, directeur de la revue Positif)


Rediffusion :

« Mardis du cinéma » (Michel Cazenave, 1996), France Culture, « Les nuits », nuit du samedi 23 au dimanche 24 mai 2009, de 4h55 à 6h00 : Gene Tierney


Compléments et rappels :

- Grille des émissions de radio spécifiquement consacrées au cinéma (la grille de la saison 2008-2009 est en cours de préparation)

- Liste des émissions récentes de France Info sur le cinéma

- Liste des invités des émissions de radio d'information sur le site "Zapping du paf"

- Le fil d'information relatif au cinéma de l'AFP


Avec la collaboration régulière de l'indispensable Desata, auquel je renouvelle tous mes chaleureux remerciements.

Voir les commentaires

UN DE PLUS À L’ACADÉMIE : FRANÇOIS WEYERGANS

18 Mai 2009, 23:05pm

Publié par Mister Arkadin

Alors que les médias ont presque tous rendu compte de l'entrée de Jean-Loup Dabadie à l'Académie française en se félicitant qu'elle accueille une sorte de "saltimbanque", rendant ainsi hommage à la chanson et au cinéma, phénomène que j'ai évoqué ici et , et plus encore dans un article paru en revue (1), il a été peu remarqué que c'est de nouveau un écrivain cinéphile qui a été récemment choisi (2). Or, non content d'avoir été critique aux Cahiers du cinéma de 1961 à 1964 (voir sur ce point l'index disponible sur le site de la BiFi), François Weyergans a réalisé quelques films (plutôt d'avant-garde, seul Aline semblant être sorti en salles), dont un beau portrait de Robert Bresson dans le cadre de la série « Cinéastes de notre temps ». 

C'est donc non seulement un amateur de cinéma, mais un cinéaste que l'Académie va accueillir ! Ce n'est certes pas la première fois, mais cela valait bien un petit coup de chapeau.


Notes :

(1) « L'"Entrée des artistes" : Jean-Loup Dabadie et le cinéma à l'Académie » a paru dans le n°36 d'Histoires Littéraires

(octobre-décembre 2008, p.75-78).

(2) Bien que je me réjouisse de ce choix, ma préférence allait à Renaud Camus (lequel parle souvent de cinéma dans ses journaux, quoiqu'il ne le tienne manifestement pas pour un art majeur), qui n'a recueilli que peu de voix...

 

Voir les commentaires

FAMILLES FRANÇAISES : QUE FAIT LA HALDE ?

17 Mai 2009, 04:11am

Publié par Mister Arkadin

En janvier dernier, les chiffres de la natalité française ont été salués triomphalement par les médias dominants : « Toujours plus de bébés en France », « Les Britanniques nous envient », « Championnes d'Europe ! », etc. Seule la presse dite d' « extrême-droite » a fait la fine bouche, en prétendant que cette embellie apparente ne signifiait pas que le renouvellement du peuple français était assuré, mais au contraire que ce taux de fécondité plus favorable en France que dans la plupart des autres pays européens était dû à la substitution de population qui serait subrepticement à l'œuvre, orchestrée pour dissoudre le peuple français dans le grand "village global". À ce peuple frondeur, chauvin et indocile serait préféré un agglomérat de populations sans identité propre, en vertu de l'idéologie du métissage généralisé et de la stigmatisation du contrôle de l'immigration, dont l'importante composante musulmane expliquerait cette hausse du taux de fécondité observé, le nombre d'enfants étant bien plus élevé dans les familles d'origine immigrée (surtout musulmane) que dans les familles souchiennes (comme disent les "Indigènes de la République"). Difficile à la lecture des chiffres publiés dans la grande presse, par exemple dans la double page du Parisien du 14 janvier 2009, d'évaluer quelle part, même minime, de vérité contient cette analyse, quels que soient les enseignements que l'on pourrait en tirer. Le point n'est en effet nullement évoqué. Rien à redire à cette impasse si les journalistes jugent la question sans pertinence aucune, voire impertinente. Mon petit doigt me souffle néanmoins que Le Parisien ne l'a qu'en apparence ignorée dans le traitement de ce sujet. Elle ne l'a pas fait dans les textes, mais dans le choix des illustrations. Sur les trois photos de belles familles françaises publiées ce jour là, ne figuraient que des visages pâles, ceux de Louis, Hadrien, Jules, Jean-François et Bénédicte, d'Angers et de Versailles (1). Sauf erreur, les autres journaux (en particulier les gratuits du matin) ont procédé de la même façon, alors que des photos de familles arabes ou noires auraient pu être choisies pour montrer à quel point d'autres composantes de la nation contribuent favorablement à régénérer le peuple français  (C1) ! Dans des journaux où sont pieusement signalées les réussites de personnes d'origine étrangère, qui enrichissent la France, un tel choix n'est pas innocent. Contrevenir ainsi délibérément aux recommandations de la HALDE, curieusement muette à cette occasion, en ne représentant pas la France dans toute sa joyeuse "diversité", montre qu'il est différentes manières de répondre aux mots d'ordre. Si l'Éducation nationale, de son côté, s'attache vraiment à développer l'esprit critique et la lecture des images, comme elle s'en porte garante, de tels subterfuges risquent de se retourner contre leurs auteurs, en donnant l'impression qu'il faudrait camoufler des vérités dont seule une certaine presse pourrait se faire l'écho. Encore un encouragement de la vertu au vice ?!?


Note :

(1) : Étrange cette manière d'exalter subitement la fécondité des familles cathos de Versailles, du Chesnaye ou d'autres banlieues bon chic bon genre, alors qu'elles sont d'ordinaire stigmatisées comme rétrogrades - remember les quolibets (y compris dans Télérama, hebdomadaire jadis distribué à la sortie des paroisses...) à l'égard de la famille nombreuse de Hervé Gaymard lors de l'affaire de son trop vaste appartement de fonction.
Compléments
(C1) (30 décembre 2009) Siné-Hebdo se montre plus cohérent, sous la plume d'Olivier Marbot (n°68, 23 décembre 2009, p.4), qui rapporte les propos de Thérèse Clerc : « Je leur ai dit que les 2,2 enfants par femme dont la France s'enorgueillit, c'est aux femmes de l'immigration qu'on le doit... »

(C2) (22 janvier 2011) : extrait de la "une" du Figaro du 19 janvier 2011 (photo reprise et commentée dans l'émission "I-Media" du 17 juillet 2015 - dernière partie : "Le bobard de la semaine").


(C3) (16 novembre 2012) Les publications sur la photo de presse pullulent, mais une étude d'envergure sur la discordance entre le discours d'un journal et les photos censées l'illustrer manque encore. L'a priori idéologique est parfois si fort qu'il saute aux yeux, en particulier quand un journal spécialisé dans la désinformation, au hasard l'anarcho-bancaire Libération, omet de vérifier que la photo qu'il publie ne contredit pas le propos de son "journaliste". Ainsi, dans un compte rendu des Assises de l'islamisation, l'assistance était-elle décrite comme une assemblée de fâchos arborant le costume et l'allure typique (blousons noirs, mines patibulaires, crânes rasés, etc.). Or, la photo au dessus de cet article écrit en mode automatique montrait un public banalement normal, où les crânes dégarnis n'étaient pas tant ceux de skin heads, mais de paisibles vieux. Bizarre de se laisser aller à rendre aussi manifeste sa propre imposture... D'autant que Libération est un journal où l'illustration fait l'objet d'un soin particulier. Deux exemples récents :
- pour un article daté du 9 novembre 2012 sur son site,  « Commision Jospin : la révovation laisse sur sa faim » , où la contribution de Roselyne Bachelot n'était pas franchement valorisée (1), a été choisie une photo où elle semble plus préoccupée par l'heure que par la présentation du rapport :
http://md0.libe.com/photo/468909/?modified_at=1352507962&ratio_x=03&ratio_y=02&width=476
- pour un entretien daté du 11 novembre 2012, « "Lutter contre le chômage, c'est une politique de gauche », dans lequel le ministre du budget Jérôme Cahuzac doit se justifier de mener une véritable politique "de gauche", trône sur son bureau un exemplaire du Figaro :
http://md0.libe.com/photo/469264/?modified_at=1352707383&ratio_x=03&ratio_y=02&width=476
---
(1) Retraitée. Pour dépasser ces divers clivages entre membres, il suffit d’évoquer l’investissement de Roselyne Bachelot, retraitée de la politique, au sein de la commission. « De qui me parlez-vous ?» s’interroge faussement un participant. « Nous avons travaillé de temps en temps avec une animatrice télé, pas avec une ancienne ministre », tacle un autre. La plus bavarde vendredi, loin derrière Jospin, Bachelot n’aurait selon Dominique Rousseau, navré, « jamais autant parlé en trois mois de travail ».
----
(14 mai 2013)
http://pixhost.me/avaxhome/31/76/00267631.jpeg
http://nsa34.casimages.com/img/2013/05/14/130514083753217983.jpg
 
http://pixhost.me/avaxhome/c8/75/002675c8.jpeg
http://pixhost.me/avaxhome/c7/75/002675c7.jpeg
---
A comparer à :
 
http://img46.imageshack.us/img46/4783/lav22.jpg
----
(18 juillet 2015) Le Monde a publié un long article « Français, vous avez changé » (30 mai 2015, supplément "Culture & Idées", p.4-5), à partir du bouquin La France en chiffres, dirigé par Olivier Wieviorka, dans lequel est décrit un changement du peuple, et surtout pas un changement de peuple. On remarquera que, sur les cinq photos que comporte la version papier, seulement trois ont été reprises sur Internet, les deux ci-dessous (cliquer sur l'illustration pour l'agrandir) ayant été omises (ce qui se remarque le plus sur celle qui correspondait aux "débuts de l'école laïque" en 1912 est-il le "catholicisme majoritaire" ?) :  
 

Voir les commentaires

LJC DU 14 MAI 2009 : ACTUALITÉ

14 Mai 2009, 23:16pm

Publié par Mister Arkadin

Lors du "Libre journal du Cinéma" (LJC) d'hier (script + enregistrement), jeudi 14 mai 2009, auquel je n'ai pas participé, Philippe d'Hugues a commenté, en compagnie de Philippe Ariotti, Anne Brassié et Alain Paucard, l'actualité des disparitions (Philippe Nicaud, Ken Annakin, Jack Cardiff, Roger Planchon), des films sortis en salle (Un mariage de rêve ; Coco avant Chanel ; Still Walking ; Katyn ; Commis d'office ; Incognito ; Je l'aimais ; Rachel se marie ; Star Trek), des programmes de télévision ("Corinne L, une éclaboussure de l'histoire") et des publications ("Sévillanes" de Jean Cau ; "Nouvelle Revue d'Histoire", n°42 ; "En bonne compagnie", d'André Fraigneau).

Le programme a été complété par le jeu radiophonique de Philippe Ariotti, par un retour sur les meilleurs films de l'histoire du cinéma (liste de Jean d'Ormesson) et par l'évocation d'une pétition en faveur du cinéaste Pierre Étaix.

Voir les commentaires

CINÉMA ET RADIO : SEMAINE DU 16 MAI 2009

14 Mai 2009, 05:48am

Publié par Mister Arkadin

Rubrique rédigée avec la collaboration régulière de l'indispensable Desata,
auquel je renouvelle tous mes chaleureux remerciements. 


Rappels et rattrapages :

« Culture vive » (Pascal Paradou), RFI, vendredi 8 mai 2009, à 9h10 : Hannelore Cayre (réalisatrice), pour son film Commis d'office

« Et pourtant elle tourne » (Bruno Duvic ; émission qui, malgré son titre, n'est pas spécialement consacrée au cinéma, ni même à Jane Birkin), France Inter, lundi 11 mai 2009, de 18h15 à 19h00 : « Deux sorties cinéma, Millenium et La Sicilienne », entretiens de l'actrice principale Noomi Rapace et de l'éditeur de la trilogie Millenium chez Actes Sud, Marc de Gouvenin, et conseils de Christine Siméone

« Rendez-vous » (Laurent Goumarre), France Culture, lundi 11, mardi 12  et mercredi 13 mai 2009, de 19h15 à 20h00 : Alain Sarde (producteur) et Claude Ventura (documentariste), réalisateur de l'émission de télévision Cinéma Cinémas ; Jonas Mekas (cinéaste) ; Thierry Jousse (ancien rédacteur en chef des Cahiers du cinéma, animateur de radio), programmateur des films sur ou inspirés par le Jazz dans le cadre de l'exposition Le Siècle du Jazz au Musée du Quai Branly, à Paris, du 14 au 24 mai 2009

« L'humeur de » (Stéphane Guillon), France Inter, mercredi 13 mai 2009, à 7h55 à 7h59 : « Cannes 2009 : ça va chier ! »

Laurent Gerra, RTL, mercredi 13 mai 2009, de 8h50 à 9h00 : Début du Festival de Cannes, avec une imitation du cinéaste et historien du cinéma Bertrand Tavernier

« Esprit critique » (Vincent Josse), France Inter, mercredi 13 mai 2009, de 9h10 à 9h35 : « La disparition de Roger Planchon », avec Patrice Chéreau

« Dare-Dare » (« L'actualité culturelle », Martine Béguin et Laurence Froidevaux), RSR, mercredi 13 mai 2009, à 12h03 : « Décès de Roger Planchon », hommage de Marlène Métrailler, présentation du 62ème festival de Cannes, par Patrick Farla, et « L'esprit Varda », par Nicole Duparc

« À plus d'un titre » (Tewfik Hakem ; « Littérature et sciences humaines »), France Culture, mercredi 13 mai 2009, de 15h00 à 15h30 : Gilles Jacob, directeur du Festival de Cannes

« Nonobstant » (Yves Calvi), France Inter, mercredi 13 mai 2009, de 17h00 à 17h50 : Guillaume Gallienne (comédien)

« L'invité classique » (Olivier Bellamy), Radio classique, mercredi 13, jeudi 14 et vendredi 15mai 2009, à 18h30 : Gilles Jacob, directeur du Festival de Cannes ; Pascal Greggory (comédien) ; Alain Terzian (producteur)

« Y'en aura pour tout le monde » (Jean-Marc Fogiel), Europe 1, jeudi 14 mai 2009 : Zabou Breitman (réalisatrice)

« Les Matins jazz » (Laure Albernhe), TSF, jeudi 14 mai 2009, de 6h00 à 9h00 : Thierry Jousse

« Tout arrive » (Arnaud Laporte, « Le magazine de l'actualité culturelle »), France Culture, jeudi 14 mai 2009, de 12h02 à 12h30 : « Hommage à Roger Planchon », avec Michel Bataillon, Blandine Masson et Christian Schiaretti

« Coup de projecteur », TSF Jazz, vendredi 15 mai 2009, à 8h30 - Rediffusions à 11h30 et 16h30 : « L'Héritière [de William Wyler] en DVD », avec Christian Viviani (critique de cinéma à Positif et maître de conférence en cinéma à la Sorbonne)

Studio 168 » (Aude Lavigne et Xavier de la Porte, France culture, vendredi 15 mai 2009, de 0h10 à 1h00 : « Cinéma bis et jazz », avec Laurent Aknin et Lucas Balbo (auteurs de Les Classiques du cinéma bis) et Daniel Yvinec (directeur de l'Orchestre National de Jazz)


Émissions radiophoniques sur le cinéma de la semaine à venir (avec toujours de nombreuses émissions sur le Festival de Cannes, souvent en direct de la Croisette, « Laissez-vous tenter » sur RTL, « Les Matins » et « Tout arrive » sur France Culture (mais aussi le « Journal d'Antoine Guillot »), « Le grand magasin » sur Radio Nova, « Culture vive » sur RFI et beaucoup d'autres émissions sur Radio France, notamment sur France Inter, par exemple « Esprit critique ») :

 

Conférences de presse du Festival de Cannes

« Et Dieu dans tout ça ? » (Jean-Pol Hecq ; « Magazine des philosophies et des religions »), RTBF (« La première ») : « "Anges et démons" - Quand Hollywood revisite Rome »

« Regarde les hommes changer » (Frédéric Taddéï), Europe 1, samedi 16 mai 2009, de 11h00 à 12h00 : Stéphane Audran (comédienne)

« Vos plus belles années » (Patrick Sébastien et Rémi Castillo), RTL, samedi 16 mai 2009, de 11h30 à 12h30 : Robin Renucci (comédien)

« Mauvais genres » (François Angellier, « Venez armé, l'endroit est désert »), France Culture, samedi 16 mai 2009, de 21h à 22h : Lawrence d'Arabie

« Fictions / Drôles de drames » (« Suspense ! » ; Blandine Masson), France Culture, samedi 16 mai 2009, de 20h00 à 21h00 : « "Entre les murs" de François Bégaudeau », pièce nregistrée en public au Théâtre Ouvert le 7 février 2009 (réalisation de Jacques Taroni), avec Elsa Bouchain, Sarah Chaumette, Stéphanie Constantin, Sylvain Fontimpe, Michèle Foucher, Jérôme Marin, Barnabé Perrotey, Bachir Sam et Gérard d'Elia

« Vivre sa ville » (Sylvie Andreu), France Culture, dimanche 17 mai 2009, de 7h05 à 8h00 : « Exposition Jacques Tati à la Cinémathèque », avec Stéphane Goudet (critique aux Cahiers du cinéma ; commissaire de l'exposition), François Ede (restaurateur de Playtime) et Serge Toubiana (directeur de la Cinémathèque)

« Panique au Mangin Palace » (Philippe Collin), France Inter, dimanche 17 mai 2009, de 11h02 à 12h00 : « Tu es Cœur-Croisette et Impôt vaut mieux que deux tu l'auras ! »

« Crumble » (Kriss), dimanche 17 mai 2009, de 12h03 à 13h00 : « La Danse bollywoodienne »

« Cosmopolitaine » (Paula Jacques), France Inter, dimanche 17 mai 2009, de 14h05 à 16h00 : Branco Schmidt (cinéaste), pour son film Passeur d'Espoir

« Le Masque et la Plume » (Jérôme Garcin), France Inter, dimanche 17 mai 2009, de 20h10 à 21h01 : « Livres », notamment sur les mémoires de Gilles Jacob, La vie passera comme un rêve (Éditions Laffont), avec Jean-Louis Ezine (Nouvel Observateur), Arnaud Viviant (Regards), Olivia de Lamberterie (Elle) et Patricia Martin (France Inter)

« ACR » (« Atelier de création radiophonique », Philippe Langlois et Frank Smith ; « Écrire le son du monde (encore) ? »), France Culture, dimanche 17 mai 2009, de 22h10 à 23h30 : « A Pétrarque. Mon journal intime sonore », par Jonas Mekas (cinéaste)

« Easy tempo » (Laurent Valéro et Thierry Jousse), France Musique, dimanches 17 et 24 mai 2009, de 23h00 à 24h00 : « Very easy : lounge cinéma »

« Ça rime à quoi » (Sophie Nauleau ; « Le nouveau rendez-vous poétique de France Culture »), France Culture, dimanche 17 mai 2009, de 23h30 à 0h00 : Abbas Kiarostami (cinéaste), pour son recueil de poèmes Un loup aux aguets (Éditions La Table Ronde)

« Un morceau de délice », France Culture ("Sentiers de la création"), semaine du 18 mai 2009 - plusieurs diffusions : « Le cinéma muet » (sélection d'archives par Anne-Vanessa Prévost, et la complicité de Véronique Jolivet de l'INA) - « "Le cinéma n'est pas muet, c'est le spectateur qui est sourd" s'écriait Desnos ! Au travers des souvenirs et des récits d'historiens du cinéma, de cinéastes et de comédiens, une évocation de l'enfance du 7ème art, le cinéma muet, et de son langage, celui d'une parole qui ne cesse d'affirmer sa présence au creux de l'image » - « Le chronophone et le premier cinéma parlant » (« 70 ans de machines parlantes », 27 mai 1947, 41 min.), « 80ème anniversaire de la naissance du cinéma » (« Cinématographe », 28 décembre 1975, 48 min.), « Du muet au cinémascope » (« Documents », 1er décembre 1953, 21 min.), « Souvenirs de Berthe Bovy sur le cinéma muet » (26 janvier 1953, 8 min.), « Jacques Feyder et le cinéma muet » (« Mélanges », 23 mai 1958, 17 min.), « Histoire du cinéma américain » (« Heure de la culture française », 27 mars 1962, 10 min.), « Hommage à Buster Keaton » (« Connaître le cinéma », 14 juin 1966, 43 min.), « Le cinéma muet selon Buster » (« Plein feu sur les spectacles du monde », 1er janvier 1950, 5 min.), « Histoire du cinéma américain : quand le cinéma devient un art » (« Histoire du cinéma américain », 7 avril 1959, 13 min.), « Histoire du cinéma américain : Charlie Chaplin » (« Histoire du cinéma américain », 12 juin 1962, 11 min.), « La fin du cinéma muet » (« Variétés littéraires », 8 décembre 1953, 8 min.), « Naissance du cinéma parlant » (« Variétés littéraires », 10 mai 1955, 9 min.)

« La tête dans les étoiles » (Laurent Boyer), RTL, lundi 18 mai 2009, de 14h30 à 16h00 : Johnny Hallyday et Sylvie Testud (acteurs), pour le film Vengeance

« À plus d'un titre » (Tewfik Hakem ; « Littérature et sciences humaines »), France Culture, lundi 18, mardi 19 et mercredi 20 mai 2009, de 15h00 à 15h30 : Benjamin Berton, auteur d'Alain Delon est une star au Japon (Éditions Hachette) ; Patrice Leconte (cinéaste), pour son livre Les Femmes aux cheveux courts ; Antoine de Baecque (éditeur), pour son livre La Nouvelle Vague : portrait d'une jeunesse

« Fictions / Feuilleton » (« La littérature à la radio », Blandine Masson), France Culture, lundi 18 mai au vendredi 29 mai, de 20h30 à 20h50 : Les Mauvais jours, feuilleton de Noël Simsolo (acteur, cinéaste, critique de cinéma et écrivain), « plongée dans la chasse aux sorcières » (réalisation de Michel Sidoroff, assisté de Guy Peyramaure)

« Organo pleno » (Benjamin François), France musique, lundi 18 mai 2009, de 22h30 à 0h00 : « L'orgue s'invite au cinéma », avec Bernard Dargassies (facteur), notamment à propos de l'orgue de cinéma du pavillon Baltard de Nogent (ancien orgue du Gaumont Palace)

« Décibels » (Jeanne-Martine Vacher), France Culture, mardi 19 mai 2009, de 21h00 à 22h00 : « Robert et Clara Schumann, amours mêlées, musiques croisées... », à l'occasion de la sortie du film Clara, de Helma Sanders-Brahms, avec Brigitte François-Sappey (musicologue)

« Les Belles captives cinématographiques », France Culture (« Chemins de la création »), mercredi 20 mai 2009 : « Le métier de cinéma d'Abel Jafri et de Stratis Vouyoucas », « dans le cadre du Festival "Etranger d'ici" qui explore la thématique de l'histoire de l'immigration en France, de la diversité culturelle et de ses représentations au cinéma » (Cinémathèque de Toulouse, 25 avril 2009)

« Surpris par la nuit » (Alain Veinstein ; « Faire radio de tout »), France Culture, mercredi 20 mai 2009, de 22h15 à 23h30 : « Le nouveau cinéma argentin » (par André Cohen), à l'occasion des Rencontres de cinéma latino-américain de Toulouse (du 20 au 29 mars 2009), avec les cinéastes Pablo Agüero, José Luis Campuzano, Diego Lerman, Santiago Loza, Lucrecia Martel, Lucia Puenzo, Juan Villegas, les responsables des Rencontres de Toulouse Philippe Courtemanche, Esther Saint Dizier, Isabelle Buron, Erik Gonzalez, François Sauvagnargues (directeur de l'unité fiction d'Arte Télévision), Hayrabet Alacahan (directeur de la Cinémathèque "Cineteca vida" à Buenos Aires), Gonzalo Aguilar (historien d'art et auteur d'un ouvrage sur le nouveau cinéma argentin), Nora Sack-Rofman (fondatrice et animatrice de "La Sudestad", festival de cinéma argentin présenté chaque année à Paris) et Thomas Sotinel (journaliste de cinéma au journal Le Monde)

« Nonobstant » (Yves Calvi), France Inter, jeudi 21 mai 2009, de 17h00 à 17h50 : Claude Lanzmann (documentariste, directeur de revue)

Le Mouv', jeudi 21 mai de 17h00 à 20h00 : « Émission spéciale », par Jean Zeid et Emilie entourés des nouvelles personnalités de l'antenne du Mouv', Tania Bruna Rosso, Hi-Tekk et Nikkfurie (du groupe de Hip-Hop La Caution), Christophe Crenel et Aïda Touihri

« Médiagora » (Claude Carrez), RCF, vendredi 22 mai 2009, de 21h00 à 21h55 - Rediffusion le dimanche à 3h00 : Dans la brume électrique, film de Bertrand Tavernier


Compléments et rappels :

- Grille des émissions de radio spécifiquement consacrées au cinéma (la grille de la saison 2008-2009 est en cours de préparation)

- Liste des émissions récentes de France Info sur le cinéma

- Liste des invités des émissions de radio d'information sur le site "Zapping du paf"

- Le fil d'information relatif au cinéma de l'AFP

Voir les commentaires

1 2 > >>