Mister Arkadin

PALMARÈS 2008

27 Janvier 2009, 00:00am

Publié par Mister Arkadin

Films vus en 2008

 

Film

Nationalité

Sortie

Note

1.      

No Country for Old Man (E.Coen)

USA

01/23

8

2.      

Plages d'Agnès (Les) (A.Varda)

France

12/17

8

3.      

Two Lovers (J.Gray)

USA

11/19

7

4.      

Heure d'été (L') (O.Assayas)

France

03/05

7

5.      

Agathe Cléry (E.Chatillez)

France

11/26

7

6.      

There Will Be Blood (P.T.Anderson)

USA

02/27

7

7.      

Serbis (B.Mendoza)

Philippines

12/17

7

8.      

Œil du mal (L') (D.J.Caruso)

USA

12/24

7

9.      

Citronniers (Les) (E.Riklis)

Israël

04/23

7

10.   

Mascarades (L.Salem)

France

12/10

7

11.   

Phénomènes (The Happening) (M.N.Shyamalan)

USA

06/11

7

12.   

Filatures (Eye in the Sky) (Y.Nai Hoi)

Hong-Kong

01/02

7

13.   

Valse avec Bachir (A.Folman)

Israël

06/25

7

14.   

A Swedish Love Story (R.Andersson)

Suède

06/04

7

15.   

In Bruges (M.McDonagh)

GB

07/02

7

16.   

Échange (L') (C.Eastwood)

USA

11/12

7

17.   

Lust, Caution (A.Lee)

USA/Chine

01/16

6

18.   

Promets-moi (E.Kusturica)

Serbie

01/30

6

19.   

Cortex (N.Boukhrief)

France

01/30

6

20.   

Liens du sang (Les) (J.Maillot)

France

01/30

6

21.   

Juno (J.Reitman)

USA

02/06

6

22.   

Affaire de famille (C.Drexel)

France

06/04

6

23.   

Wall E (A.Stanton)

USA

07/30

6

24.   

Silence de Lorna (Le) (J.-P./L.Dardenne)

Belgique

08/27

6

25.   

Max la menace (Get Smart) (P.Segal)

USA

09/10

6

26.   

Appaloosa (E.Harris)

USA

10/01

6

27.   

Frangins malgré eux (Step Brothers) (A.McKay)

USA

11/19

6

28.   

Aide-toi, le ciel t'aidera (F.Dupeyron)

France

11/26

6

29.   

The Duchess (S.Dibb)

GB

11/26

6

30.   

It's a free World... (K.Loach)

GB

01/02

5

31.   

Hitman (X.Gens)

USA/France

01/02

5

32.   

Cerfs-volants de Kaboul (Les) (M.Forster)

USA

02/13

5

33.   

MR 73 (O.Marchal)

France

03/12

5

34.   

Angles d'attaque (P.Travis)

USA

03/19

5

35.   

Nouveau protocole (Le) (T.Vincent)

France

03/19

5

36.   

3h10 pour Yuma (J.Mangold)

USA

03/26

5

37.   

Chasseurs de dragons (G.Ivernel/A.Qwak)

France

03/26

5

38.   

Ciao Stefano (G.Zanasi)

Italie

04/30

5

39.   

Maradona par Kusturica (E.Kusturica)

France-Espagne

05/28

5

40.   

L'un contre l'autre (J.Bonny)

Allemagne

04/30

5

41.   

JCVD (M. el Mechri)


06/04

5

42.   

Mad Money (C.Khourie)

USA

07/23

5

43.   

Braquage à l'anglaise (Bank Job) (R.Donaldson)

GB

08/06

5

44.   

Rumba (D.Abel / F.Gordon / B.Romy)

France-Belgique

09/17

5

45.   

Vicky Cristina Barcelona (W.Allen)

USA

10/08

5

46.   

Harcelés (N.LaBute)

USA

10/03

5

47.   

Coluche. L'histoire d'un mec (A. de Caunes)

France

10/22

5

48.   

Mesrine, l'instinct de mort (J.-F.Richet)

France

10/22

5

49.   

Burn after Reading (J.Coen)

USA

12/10

5

50.   

Le Jour où la terre s'arrêtera (S.Derrickson)

USA

12/10

5

51.   

Hunger (S.McQueen)

GB

12/03

5

52.   

Sweeny Todd (T.Burton)

USA

01/23

4

53.   

John Rambo (S.Stallone)

USA

02/06

4

54.   

Notre univers impitoyable (L.Fazer)

France

02/13

4

55.   

Paris (C.Klapisch)

France

02/20

4

56.   

Mongol (S.Bodrov)

USA

04/09

4

57.   

Iron Man (J.Favreau)

USA

04/30

4

58.   

Rec (J.Balagueró/P.Plaza)

Espagne

04/23

4

59.   

Par suite d'un arrêt de travail (F.Andréi)

France

07/02

4

60.   

Hancock (P.Berg)

USA

07/09

4

61.   

Wanted, choisis ton destin (T.Bekmanbetov)

USA

07/16

4

62.   

Premier jour du reste de ta vie (Le) (R.Bezançon)

France

07/23

4

63.   

Fleur secrète (M.Konuma)

Japon

07/30

4

64.   

The Dark Knight (C.Nolan)

USA

08/13

4

65.   

Gommora (M.Garrone)

Italie

08/13

4

66.   

Rien que pour vos cheveux (You Don't Mess with the Zohan) (D.Dugan)

USA

08/27

4

67.   

Comme les autres (V.Garenq)

France

09/03

4

68.   

Inju, la bête dans l'ombre (B.Schroeder)

France

09/03

4

69.   

Loi (la) et l'ordre (J.Avnet)

USA

10/08

4

70.   

Tonnerre sous les Tropiques (B.Stiller)

USA

10/15

4

71.   

W., l'improbable président (Being W.)

USA

10/29

4

72.   

Quantum of Solace (M.Forster)

USA

10/29

4

73.   

Très très grande entreprise (La) (P.Jolivet)

France

11/05

4

74.   

Mesrine. L'Ennemi public n°1 (J.-F.Richet)

France

11/19

4

75.   

Prix de la loyauté (Le) (Pride and Glory) (G.O'Connor)

USA

12/03

4

76.   

Caos Calmo (A.Grimaldi)

Italie

12/10

4

77.   

Pour elle (F.Cavayé)

France

12/03

4

78.   

Largo Wich (J.Salle)

France

12/17

4

79.   

Le bon, la brute et le cinglé (Kim J.-W.)

Corée du sud

12/17

4

80.   

Louise-Michel (B.Delépine/G.Kervern)

France

12/24

4

81.   

Fabrique des sentiments (La) (J.M.Moutout)

France

02/06

3

82.   

Benjamin Gates et le Livre des secrets (J.Turtleroad)

USA

02/13

3

83.   

Femmes de l'ombre (Les) (J.-P.Salomé)

France

03/05

3

84.   

Il y a longtemps que je t'aime (P.Claudel)

France

03/19

3

85.   

Modern Love (Stéphane Kazandjian)

France

03/19

3

86.   

Crimes à Oxford (A. de la Iglesia)

Espagne/France/
GB

03/26

3

87.   

Bienvenue chez les Ch'tis (D.Boon)[1]

France

03/...

3

88.   

Indiana Jones et le royaume du crâne de cristal (S.Spielberg)

USA

05/21

3

89.   

Un conte de Noël. Roubaix ! (A.Desplechin)

France

05/21

3

90.   

Sparrow (J.To)

Hong-Kong

06/04

3

91.   

La Personne aux deux personnes (Bruno & Nicolas)

France

06/18

3

92.   

Voyage aux Pyrénées (Le) (J.M./A.Larrieu)

France

07/09

3

93.   

3 p'tits cochons (Les) (P.Huard)

Québec

08/06

3

94.   

Empreinte de l'ange (L') (S.Nebbou)

France

08/13

3

95.   

Parlez-moi de la pluie (A.Jaoui)

France

09/17

3

96.   

Married Life (I.Sachs)

USA

09/24

3

97.   

Being W (K.Zéro / M.Royer)

France

10/08

3

98.   

Grandes personnes (Les) (A.Novion)

France

11/12

3

99.   

Mia et le Migou (J.R.Girerd)

France

12/10

3

100.   

Quatre nuits avec Anna (J.Skolimovski)

Pologne

11/05

3

101.   

Dernier maquis (Rabah Ameur-Zaimeche)

France

10/22

3

102.   

Il Divo (P.Sorrentino)

Italie

12/31

3

103.   

The Spirit (F.Miller)

USA

12/31

3

104.   

Le Tueur (C.Anger)

France

01/09

3

105.   

Triangle (T.Hark/R.Lam/J.To)

Hong Kong

01/16

2

106.   

Guerre (La) selon Charlie Wilson (M.Nichols)

USA

01/16

2

107.   

Live ! (B.Guttentag)

USA

01/23

2

108.   

Astérix et Obélix aux jeux olympiques (F.Forestier/T.Langman)

France

01/30

2

109.   

Didine (V.Dietschy)

France

01/30

2

110.   

Coupable (L.Masson)

France

02/27

2

111.   

Soyez sympas, rembobinez (M.Gondry)

USA

03/05

2

112.   

Mad Detective (J.To)

Hong-Kong

03/05

2

113.   

Sans haine, ni arme, ni violence (J.-P.Rouve)

France

.....

2

114.   

Jeux de dupe (G.Clooney)

USA

04/23

2

115.   

Cash (E.Besnard)

France

04/23

2

116.   

Grand alibi (Le) (P.Bonitzer)

France

04/30

2

117.   

Wonderful Town (A.Assarat)

Thaïlande

05/07

2

118.   

Cleaner (R.Harlin)

USA

05/14

2

119.   

Nés en 1968 (O.Ducastel/J.Martineau)

France

05/21

2

120.   

Sex and the City (M.P.King)

USA

05/28

2

121.   

Eldorado (B.Lanners)

Belgique

06/18

2

122.   

Sans Sarah, rien ne va ! (N.Stoller)

USA

06/18

2

123.   

Au bout de la nuit (D.Ayer)

USA

06/25

2

124.   

Seuls Two (Eric & Ramzy)

France

06/25

2

125.   

Diary of the Dead (G.A.Romero)

USA

06/25

2

126.   

Nos 18 ans (F.Berthe)

France

07/16

2

127.   

L'Incroyable Hulk (L.Letterrier)

USA

07/23

2

128.   

Dorothy (A.Merlet)

France-GB

08/06

2

129.   

Fille de Monaco (La) (A.Fontaine)

France

08/20

2

130.   

Be Happy (Happy-go-Lucky) (M.Leigh)

GB

08/27

2

131.   

Christophe Colomb, l'énigme (M. de Oliveira)

Portugal

09/03

2

132.   

Belle personne (La) (C.Honoré)

France

09/17

2

133.   

Jar City (B.Kormákur)

Islande

09/17

2

134.   

Faubourg 36 (C.Barratier)

France

09/24

2

135.   

Le crime est notre affaire (P.Thomas)

France

10/15

2

136.   

Hellboy 2 (G. del Toro)

USA

10/29

2

137.   

Mensonges d'Etat (Body of Lies) (R.Scott)

USA

11/05

2

138.   

Musée haut, musée bas (J.M.Ribes)

France

11/19

2

139.   

Quatre minutes (C.Kraus)

Allemagne

01/16

1

140.   

Sleuth (K.Branagh)

.....

02/13

1

141.   

The Eye (D.Moureau/X.Palud)

USA

04/09

1

142.   

Randonneurs (Les) à Saint-Tropez (P.Harel)

France

04/09

1

143.   

Deux jours à tuer (J.Becker)

France

04/30

1

144.   

Leur morale et la nôtre (F.Quentin)

France

08/27

1

145.   

Max Payne (J.Moore)

USA

11/12

1

146.   

Hello Goodbye (G.Guit)

France

11/26

1

147.   

Plaisir de chanter (I. Duran Cohen)

France

11/26

1

148.   

Secret défense (P.Haïm)

France

12/10

1




[1] En DvD (prêt).

Voir les commentaires

BILAN DE L’ANNÉE 2008 - LJC DU 22 JANVIER 2009

26 Janvier 2009, 00:06am

Publié par Mister Arkadin

Le dernier « Libre journal du Cinéma » dirigé par Philippe d'Hugues, sur Radio Courtoisie, auquel j'ai participé en compagnie de Philippe Ariotti le jeudi 22 janvier 2009 (et que j'avais annoncé ici), a été en grande partie consacrée à Bernard Cohn, écrivain, critique cinématographique et cinéaste, pour son roman La Fuite (Éditions Les Cygnes), qui a pour cadre le Festival de Cannes.

En deuxième partie de l'émission, l'actualité a été rapidement passée en revue, que ce soit les films sortis en salle (Les Noces rebelles, Il Divo, Slumdog Millionaire, Et après, Sept vies, Frozen River, Le Miroir magique), une rétrospective (Danielle Darrieux à la Cinémathèque française), les disparitions (Xie Jin, Edmund Purdom, Harold Pinter, Ann Savage, Pat Hingle, Patrick McGoohan,  Claude Berri, Ricardo Montalban), et les publications (les revues "Cinérotica", "Lunatique", "Jeune cinéma" et "Repérages", les livres "Présences. Écrits sur le cinéma" d'Olivier Assayas, "La Correspondance de Paul Roulier-Davenel", de Sacha Guitry, "Corona & Coronilla. Poèmes à Jean Voilier", de Paul Valéry).

Un bilan de l'année 2008 a été proposé ensuite, à partir des listes des meilleurs films des membres de l'équipe et des amis du Libre journal du cinéma. Le temps ayant manqué pour que la liste de Philippe d'Hugues et la mienne puissent être lues à l'antenne, les voici :

Liste de Philippe d'Hugues :

1. L'Ile 2. L'Échange 3. Les Citronniers 4. Il Divo 5. Un conte d'été polonais 6. Grace is Gone 7. Coup de foudre à Rhode Island 8. Les Faussaires 9. Le crime est notre affaire 10. L'Heure d'été

La mienne :

- Films de fiction sortis en salles (148 films vus) : No Country for Old Man ; Les Plages d'Agnès ; Two Lovers ; Agathe Cléry ; L'Heure d'été ; There Will Be Blood ; Serbis ; L'Œil du mal ; Phénomènes ; Les Citronniers ; Mascarades ; Filatures
- Inédit récent, dont la sortie en salles tarde, mais déjà présenté lors de séances spéciales en 2008 : Katyn
- Inédit ancien : A Swedish Love Story
- Documentaire : Valse avec Bachir
- TV : Le Duel 2008 [Obama / Mc Cain] (Arte)
- DVD : Mister Arkadin (édité par les éditions Opening ; documentaire avec Jean-Pierre Berthomé en bonus)
- Coups de cœur : In Bruges ; Max la menace ; La Duchesse
- Meilleure bande-annonce : certainement pas Agathe Cléry !
- Meilleur livre de cinéma : L'Age du rythme (Laurent Guido, Payot Lausanne, 2007) ; certainement pas
Ballaciner de Jean-Marie Gustave Le Clézio, prix Nobel de littérature, dont un roman, Mondo, a été adapté au cinéma en 1995 par Tony Gatlif
- Plus mauvais film : Rabbi Jacob au Palais des Congrès filmé en direct par Paris Première le 29 novembre 2008 ; Be King, Rewind
- Regrets (parmi les nombreux films ratés) : California Dremin' ; Capitaine Achab ; A bord du Darjeeling Limited ; Honor de Cavallerio ; L'Ile ; Into the Wild ; Peur(s) du noir ; Redacted ; Un roman policier ; Le Voyage du ballon rouge ; La Zona ; La Vie moderne ; L'Apprenti ; My Magic ; Woman on the Beach ; Speed Racer ; etc.

Synthèse des onze listes des membres de l'équipe ou amis du LJC (Philippe Ariotti, Anne-Marie Baron, Anne Brassié, Bernard Cohn, Arnaud Guyot-Jeannin, Pascal Manuel Heu, Philippe d'Hugues, Jean Ollé Laprune, Alain Paucard, Marie-Noëlle Tranchant, Mitsuo Watanabe) :

L'Heure d'été, d'Olivier Assayas (6 mentions) ; Les Citronniers, d'Eran Riklis (6) ; L'Échange, de Clint Eastwood (5) ; Two Lovers, de James Gray (5) ; No Country for Old Man, de Joel Coen (4) / Les Faussaires (4), de Stefan Ruzowitzky / L'Ile, de Pavel Lounguine (4) / There Will Be Blood, de Paul Thomas Anderson (4) / Le crime est notre affaire, de Pascal Thomas (4) / Les Plages d'Agnès, d'Agnès Varda (4) ; Il Divo, de Paulo Sorentino (3 ; film que sa sortie en toute fin d'année a peut-être desservi)

Enfin, suite à un référendum récent, Philippe d'Hugues a proposé aux auditeurs et amis du "Libre journal du cinéma" de donner, avant le 15 février 2009, afin qu'une synthèse puisse être établie pour la prochaine émission (le jeudi 19 février 2009), leur liste des meilleurs films de l'histoire du cinéma (entre dix et vingt), en plus des traditionnelles listes des meilleurs films de l'année.


Compléments : enregistrement de l'émission ; script sur le blog de Radio Courtoisie.

Voir les commentaires

VIVA WAJDA !

24 Janvier 2009, 01:04am

Publié par Mister Arkadin

N'ayant pas encore vu Katyn quand j'ai écrit le billet annonçant sa sortie prochaine dans les salles (à-ce-qu'on-dit... attendons pour voir !), je ne pouvais que me féliciter de son passage sur une chaîne numérique de Canal +. J'aurais cependant été embarrassé si le film lui-même n'avait pas été à la hauteur de son ambition, l'exclusion du "grand sujet" comme critère de la qualité d'une œuvre ayant heureusement été entérinée depuis longtemps par la critique française (au moins depuis un célèbre article de Claude Chabrol, ce si sérieux critique devenu un plaisant cinéaste, sinon un plaisantin). Je m'en serais presque voulu d'avoir semblé céder à l'indulgence que l'on observe fréquemment à l'égard de films ni faits ni à faire, mais dont on pense qu'il est toutefois bon qu'ils aient été faits, qu'ils soient par conséquent conseillés, vu l'importance que l'on prête au sujet traité. Point n'est besoin d'écrire qu'il était nécessaire qu'un film tel que Katyn existe, indépendamment de la qualité même de l'œuvre. En l'occurrence, elle est admirable, ce qui rend d'autant plus scandaleux le peu d'empressement à la distribuer en France (vu surtout le nombre de plus en plus élevé d'inepties encombrant les écrans, à tel point que même l'indulgent Ulysse fait plus souvent la grimace qu'un sourire dans Télérama de la semaine dernière).

Dieu sait pourtant si ce type de films, des fictions réalisées par des cinéastes confirmés à partir de l'histoire dramatique de leur famille et de leur peuple, a pu donner le meilleur comme le pire, en passant par le médiocre, tant l'entreprise est délicate, et même casse-gueule. Le meilleur avec le chef-d'œuvre d'Atom Egoyan (Ararat), Les Violons du bal de Michel Drach et l'un des rares films de Kazan encore à peu près regardables (America America), le médiocre avec La Liste de Schindler de Steven Spielberg, Le Pianiste de Roman Polanski (entre autres pour la raison que je donne ici) ou Mayrig de Henri Verneuil, le pire avec Un secret (qui passe en ce moment sur Canal), le film du sympathique Claude Miller, qui, s'il ne méritait tout de même pas les cris d'indignation des journalistes de l'émission « Tout arrive » (sur France Culture), pas pour les bonnes raisons qui plus est, constitue sans doute le "film de trop" sur la Shoah - ceci dit en plagiant Tony Judt (« Trop de Shoah tue la Shoah », Le Monde diplomatique, juin 2008, p.22-23).

Wajda ne risquait certes pas de réaliser la fiction de trop sur les crimes du stalinisme, vu leur nombre somme toute on ne peut plus restreint. Mais, vu la cote déplorable dont il jouit aujourd'hui auprès de la critique française, inversement proportionnelle à celle dont il était crédité jusqu'à Danton, on pouvait se demander s'il réaliserait le film qu'il fallait. Il l'a fait !


PS : Wajda avait réalisé en 1990 le documentaire Dans la forêt de Katyn.

Voir les commentaires

CINÉMA ET RADIO : SEMAINE DU 24 JANVIER 2009

23 Janvier 2009, 12:35pm

Publié par Mister Arkadin

Rappels et rattrapages :

« Là-bas, si j'y suis » (Daniel Mermet), France Inter, mercredi 7 janvier 2009, de 15h00 à 16h00 : Retour sur la vie et la mort du Professeur Choron et de Charlie Hebdo, avec Pierre Carles, Delfeil de Ton, Willem et Arthur, à l'occasion de la sortie du film de Pierre Carles et Martin Choron Dernière

« Libre journal de Jean Darnel », Radio Courtoisie, mercredi 21 janvier 2009 : Marianne Basler (comédienne), pour son spectacle-Lecture "Marie-Antoinette - Correspondance 1770-1793" (texte d'Evelyne Lever), du 23 janvier au 20 février 2009, au Foyer du Théâtre de la Madeleine - c'est de la scène, et non du cinéma, mais je ne pouvais pas manquer de signaler la présence dans un studio que je fréquente moi-même de l'actrice française la plus sexy

« Esprit critique » (Vincent Josse), France Inter, mercredi 21 janvier 2009, de 9h10 à 9h35 : Le Festival Premiers Plans, à Angers, avec Jeanne Moreau (une des marraines du Festival), Claire Burger (réalisatrice), présentant dans la sélection pour Forbach dans la section films d'école européens et Toute ma vie j'ai rêvé dans la section figures libres, et Claude-Eric Poiroux (Directeur du Festival)

« Culture vive » (Pascal Paradou), RFI, mercredi 21 janvier 2009, à 17h10 : Gérard Mordillat (romancier et cinéaste), pour la présentation de son film En compagnie d’Antonin Artaud au Fipa (Festival International de Programmes Audiovisuels, du 20 au 25 janvier), et Alain Fleischer (écrivain, photographe et cinéaste, pour son documentaire son documentaire Morceaux de conversation avec Jean-Luc Godard, sorti en salles le 21 janvier 2009

« Rendez-vous » (Laurent Goumarre), France Culture, mercredi 21 janvier 2009, de 19h15 à 20h00 : Amos Gitaï (cinéaste), pour son film Plus tard tu comprendras

« Et pourtant elle tourne » (Bruno Duvic ; émission qui, malgré son titre, n'est pas spécialement consacrée au cinéma, ni même à Jane Birkin), France Inter, jeudi 22 janvier 2009, de 18h15 à 19h00 : Entretien avec Amos Gitaï (cinéaste) et chroniques d’Eva Bettan sur Plus tard tu comprendras et Les Noces rebelles

« Y'en aura pour tout le monde » (Jean-Marc Fogiel), Europe 1, vendredi 23 janvier 2009 : Guillaume Canet (acteur)

« RTL Soir » (Nicolas Poincaré), RTL, vendredi 23 janvier 2009, de 19h15 à 20h00 : Charles Berling (comédien)

« Rendez-vous avec Claire Chazal » (Claire Chazal), Radio Classique, vendredi 23 janvier 2009, de 18h00 à 18h30 : Fanny Ardent (actrice)


Émissions radiophoniques sur le cinéma de la semaine à venir :

« Masse critique » (Frédéric Martel, « Le magazine des industries culturelles »), France Culture, samedi 24 janvier 2009, de 8h10 à 9h00 : « Le phénomène Bollywood à l'épreuve de la mondialisation », avec Éric Fournet (revue Bollywood), Vijay Singh (cinéaste), Emmanuel Grimaud (anthropologue), Vincent Paul-Boncourt (producteur) et Camille Deprez (historienne)

« Note contre note » (Martine Kaufman), France Musique, samedi 24 janvier 2009, de 9h30 à 11h00 :  Avec Elisabeth et Alain Virmaux, « Colette au concert et au spectacle »

« Panique au Mangin Palace, le ministère psychique » (Philippe Collin), France Inter, samedi 24 janvier 2009, de 11h05 à 12h00 : Sacha Guitry

« Matière à penser » (Pierre Moracchini), Radio Notre-Dame, samedi 24 janvier 2009, à 11h05 - Rediffusion de l'émission du lundi 19 janvier 2009, à 18h30 : Luther, film d'Éric Till, avec le pasteur Alain Joly

« Carnet nomade » (Colette Fellous), France Culture, dimanche 25 janvier 2009, de 6h00 à 7h00 - Rediffusion de 14h00 à 15h00 : « Entrons dans le monde de Jacques Demy », avec Rosalie Varda, Agnès Varda, Anouk Aimée, Marc Michel et Rebecca de La Bardonnie

« Vos plus belles années » (Patrick Sébastien), RTL, dimanche 25 janvier 2009, de 11h30 à 12h30 : Georges Lautner (cinéaste)

« Cosmopolitaine » (Paula Jacques), France Inter, dimanche 25 janvier 2009, de 14h05 à 16h00 : Amat Escalante (cinéaste mexicain), pour son film Los Bastardos

« Jazz Fan » (Laure Albernhe), TSF Jazz, dimanche 25 janvier 2009, à partir de 19h00 : Jean-François Rauger (critique de cinéma et programmateur à la Cinémathèque française 

« Ronde de nuit » (Olivier Le Borgne), France Vivace, nuit du dimanche 25 au lundi 26 janvier 2009, de 1h00 à 4h00 : « Hommage à Claude Berri »

« Découvertes » (Michel Drucker), Europe 1, lundi 26 janvier 2009, à 9h30 : Le Bal des actrices

« Le fou du roi » (Stéphane Bern), France Inter, lundi 26, mardi 27 et mercredi 28 janvier 2009, de 11h05 à 12h30 : Charles Berling et Roland Giraud (acteurs) ; Romane Borhinger et Mélanie Doutey (actrices) ; Isabelle Carré (comédienne)

« Rendez-vous » (Laurent Goumarre), France Culture, lundi 26 janvier 2009, de 19h15 à 20h00 : José Benazeraf (cinéaste), à l'occasion de la parution de deux coffrets DVD regroupant huit films (Éditions Label K films)

« Y'en aura pour tout le monde » (Jean-Marc Fogiel), Europe 1, mardi 27 janvier 2009 : Bernadette Laffont (comédienne)

« Esprit critique » (Vincent Josse), France Inter, mardi 27 janvier 2009, de 9h10 à 9h35 : Le Bal des actrices, avec Maïween (réalisatrice) et Marina Foïs (actrice)

« Coup de projecteur », TSF Jazz, lundi 26 et mardi 27 janvier 2009, à 8h30 - Rediffusions à 11h30 et 16h30 : « Godard intime », avec Alain Fleischer (cinéaste), à l'occasion de la sortie de son film Morceaux de conversations avec Jean-Luc Godard ; Georges Delerue (compositeur de musique), avec Stéphane Lerouge, éditeur d'un coffret de six CD's (chez Universal) - Rattrapage : vendredi 23 2009, Le Bal des actrices

« Á portée de mots » (François Castang), France Musique, mardi 27 et jeudi 29 janvier 2009, de 12h00 à 13h00 : Roland Giraud (comédien) ; Hugues Questeur (comédien)


« Les Grandes gueules » (Alain Marshall), RMC, mardi 27 janvier 2009, à 13h00 : Guillaume Canet (acteur), pour le film de Nicolas Saada Espion(s)

« L'invité classique » (Olivier Bellamy), Radio classique, mardi 27 janvier 2009, à 18h30 : Lorant Deutsch (acteur)

« Rendez-vous » (Laurent Goumarre), France Culture, mardi 27 janvier 2009, de 19h15 à 20h00 : Nicolas Saada (cinéaste)

« Surpris par la nuit » (Alain Veinstein), France Culture, mercredi 28 janvier 2009, de 22h15 à 23h30 : « Pour un Wolman » (Dominique Meens), « Radiophonie postume de Gil Joseph Wolman, poète, écrivain, cinéaste et plasticien (1929-1995) », avec Hélène Hazéra

« À plus d'un titre » (Jacques Munier ; « L'actualité des revues »), France Culture, vendredi 30 janvier 2009, de 15h30 à 16h00 : la revue de cinéma Vertigo, avec Marcos Uzal et Cyril Neyrat

« Médiagora » (Claude Carrez), RCF, vendredi 30 janvier 2009, de 21h00 à 21h55 - Rediffusion le dimanche à 3h00 : Puisque nous sommes nés, film de Jean-Pierre Duret


Compléments et rappels :

- Grille des émissions de radio spécifiquement consacrées au cinéma (la grille de la saison 2008-2009 est en cours de préparation)

- Liste des émissions récentes de France Info sur le cinéma

- Liste des invités des émissions de radio d'information sur le site "Zapping du paf"

- Le fil d'information relatif au cinéma de l'AFP


Avec la collaboration régulière de l'indispensable Desata, auquel je renouvelle tous mes chaleureux remerciements.

Voir les commentaires

TRIBUT

21 Janvier 2009, 00:30am

Publié par Mister Arkadin

« Immense cinéaste » (une radio), « génial touche-à-tout » (RTL), « géant du cinéma français » (Le Figaro), « une des grandes figures du cinéma français » (Christine Albanel, Ministère de la Culture), le « patron » (Métro), etc. On ne compte plus les hommages dithyrambiques rendus à Claude Berri, dont je donne quelques exemples en ce qui concerne la radio, la télévision n'ayant pas été en reste, plus de programmes spéciaux ayant été concoctés pour la mort de Berri que pour les morts quasi simultanées d'Antonioni et de Bergman l'année dernière. Au cas où tout média de cinéma se devrait de se joindre obligatoirement aux concerts de louanges, je m'y prête bien volontiers. Voilà qui est fait.

Seule note un peu discordante, quoique assez équilibrée, dans Libération, qui, malgré une très généreuse "une" (un gros « Tchao Berri » accompagné de la formidable trogne de l'acteur, bizarrement désigné uniquement comme « réalisateur et producteur de cinéma ») et une nécro guère enthousiaste, mais plutôt bienveillante (voir ci-dessous), ne peut manquer de rappeler les conflits qui opposèrent le nabab au journal. Je reviendrai un de ces jours sur la querelle entre Berri et Daney au sujet d'Uranus, en introduisant un arbitre inattendu en la personne d'Éric Rohmer.



Libération, mardi 13 janvier 2009

En une : « Tchao Berri »

p.5 : « Claude Berri sans amnésie », par Gérard Lefort

Claude Berri, dit-on, aimait bien les affaires de famille. Et les histoires qui vont avec : passionnelles, compliquées, exténuantes. En apprenant dimanche qu'il venait d'être hospitalisé pour une nouvelle attaque cérébrale, une pensée s'envola vers son fils, Thomas Langmann, qui, physiquement, ressemble beaucoup à son père jeune. Puis vint le temps de la nécrologie qui, comme de coutume, n'est jamais écrite d'avance. Ce qui autorise l'émotion et n'empêche pas pour autant la réflexion. En attaquant violemment, et à plusieurs reprises, les critiques cinéma de Libération dont les écrits avaient eu l'heur de lui déplaire, Claude Berri voulait-il nous faire entrer dans le cercle de sa famille qui, comme toute famille, carbure à l'amour-haine ? En exigeant par voie de justice un droit de réponse particulièrement calamiteux pour une analyse de Serge Daney sur Uranus parue en 1991 dans Libération, Claude Berri, à nos yeux, se dégrada. Après la mort de Serge Daney, il s'en excusa. On lui pardonna. Mais on ne pouvait pas occulter cet épisode navrant. Ce doit être ça un «parrain» : il vous embrasse, il vous étouffe, il vous embrasse...

p.22-23 :

« Berri, mort d'un baron du cinéma », par Gérard Lefort et Didier Péron

Le producteur omniprésent du cinéma français est mort hier à 74 ans d'une attaque cérébrale. Retour sur un parcours jalonné de gros succès et de beaux ratés.

«Si j'avais réussi comme acteur, je me demande si j'aurais fait de la mise en scène. C'est parce que j'étais inoccupé que j'ai convaincu mon père et quelqu'un de ses amis fourreurs de mettre de l'argent dans une pièce de théâtre de François Billetdoux. D'une carrière d'acteur ratée est née ma volonté de faire de la mise en scène. Il fallait que je mange. C'est tout. Puis d'une carrière de metteur en scène plus ou moins ratée est venue mon envie de devenir producteur.» Ainsi s'autodéfinissait Claude Berri dans un entretien à Paris Match en novembre 2006. Il serait excessif de résumer sa vie, dense et compliquée, à l'aune de cette citation. Elle contient pourtant le paradoxe d'un homme qui, venu d'un milieu modeste, s'est fait tout seul et ne pouvait s'empêcher de jeter sur son passé, voire sur son avenir, l'œil mélancolique d'un homme ayant perdu bien des illusions.

Coup d'essai. Il est né Claude Langmann, le 1er juillet 1934, passage du Désir (Xe arrondissement de Paris) dans une famille d'artisan fourreur, d'un père communiste qui échappe aux nazis en se cachant dans les environs de Lyon. Au lendemain de la guerre, le jeune homme, fasciné par le théâtre et le TNP de Jean Vilar en particulier, veut devenir acteur. Il apprend le métier (cours Simon) et figure dans des troisièmes rôles au cinéma au début des années 50. Sa carrière ne démarre pas et il se tourne vers la réalisation d'un court métrage en 1962, le Poulet,le Vieil Homme et l'Enfant, dialogue entre pépé réac et petit garçon juif qui met en piste pour une des dernières fois le «monstre» Michel Simon. Le film est salué par François Truffaut qui voit en Claude Berri un nouveau Jean Renoir. pour lequel il crée la société Renn Production, nom inspiré de l'actrice Katharina Renn avec qui il avait joué au théâtre. Ce coup d'essai d'un inconnu obtient un oscar à Hollywood. Il poursuit dans la veine quasi autobiographique avec

Allégeance. En 1968, c'est d'ailleurs avec Truffaut qu'il part en Tchécoslovaquie pour acquérir les droits d'Au feu les pompiers de Milos Forman. Ils débarquent en plein printemps de Prague. Ils en profitent pour ramener en France les enfants de Forman menacés par l'invasion soviétique. Paul Rassam faisait partie du voyage. Il est le frère du producteur Jean-Pierre Rassam et Claude Berri a épousé leur sœur, Anne-Marie. Dès lors, dans le giron de Renn Production, rue Lincoln à Paris, va se nouer la légende brillante et névrotique d'un clan, familial au sens large, qui, de l'extérieur, pouvait donner parfois l'impression d'hésiter entre la mafia et la secte. Une affaire de passions en tout cas, faite d'alliances, de ruptures et de beaucoup de fidélité. Entre haine et amour fou, tous les protagonistes de cette saga, de l'attachée de presse au directeur financier, témoigneront régulièrement de ce roman russe. Cette allégeance obligée des proches collait avec la marque de fabrique de celui que l'on a appelé parfois «le parrain du cinéma français».

Au fil du temps, la suractivité de Berri se démultiplie, gagne en puissance. Il crée sa société de distribution, AMLF, et à la fin des années 70, c'est surtout comme producteur qu'il va s'imposer et devenir le manitou régulièrement remercié par la grande famille du cinéma à longueur de cérémonie des césars. Il fait preuve d'un instinct commercial à toute épreuve même s'il risque sa chemise à plusieurs occasions, notamment pour des cinéastes étrangers (Valmont de Milos Forman, Tess de Roman Polanski). Il alterne les grosses comédies populaires (Inspecteur La Bavure) et des films plus ambitieux (l'Homme blessé de Patrice Chéreau en 1983, Trois Places pour le 26 de Jacques Demy en 1988, la Reine Margot de Chéreau à nouveau, en 1994). Lui-même revient en force en 1983 avec Tchao Pantin qu'il réalise en ayant le pif de distribuer Coluche dans un rôle de pompiste dépressif. Nouveau carton et césar du meilleur acteur pour Coluche.

C'est le même homme, imprévisible, protéiforme, qui met en chantier la superproduction qu'il réalise lui-même, le doublon Jean de Florette-Manon des Sources en 1986, projet qu'il impose contre l'avis général. Résultat : des millions de spectateurs. C'est à cette même époque que les rapports de Berri vont devenir houleux avec la critique, et notamment celle de Libération. Cas le plus fameux, Uranus (1991), adaptation du roman de Marcel Aymé, que Serge Daney disqualifie dans les colonnes de ce journal. S'ensuit une de ces colères légendaires de Berri, qui fait un procès à Libération et fait publier un droit de réponse qui se voulait drôle. Après la mort de Daney, Berri s'en excusera...

Il redonnera dans l'invective lors de la sortie de l'Amant de Jean-Jacques Annaud, en envoyant un fax à la rédaction en réponse à la critique titrée «Blaireau chinois, mon amour» : «Achtung ! Achtung ! Si le film ne marche pas, j'attaque !» Suivront Germinal (1993) avec à la clé le chantage «touche pas à la culture populo de gauche». Germinal n'en est pas moins, et plus encore avec le recul, un gros film académique passablement ridicule. Un mystère donc sur les goûts cinéphiles de Berri qui a toujours préféré Lola de Demy à Garçon ! de Claude Sautet (qu'il a pourtant produit) ou un seul Truffaut contre tout Claude Zidi, à qui il confiera la réalisation du premier Astérix, en 1999. Et une intrigue encore plus sombre sur sa propre impuissance comme metteur en scène. En avait-il conscience ? Certaines déclarations de ces dernières années tendraient à le prouver. Il crée encore l'événement et la polémique en 1997 avec Lucie Aubrac. Le film désignait René Hardy comme étant le traître ayant permis l'arrestation de Jean Moulin. La veuve de Hardy portera plainte et obtiendra des dommages et intérêts.

Inattaquable. En pointillé, comme un remord qui ne l'a jamais quitté, il continue de faire l'acteur. Micheton de l'Homme blessé, exhibitionniste fou du dernier film de Gainsbourg, Stan The Flasher (1990). Deux rôles où il se présente nu, défait. Aucun nabab de cet acabit ne prendrait cette liberté d'afficher ainsi une sorte d'impudeur. Sur le tard, en pleine dépression après la mort d'un de ses fils, Julien Rassam, il écrit une autobiographie, Autoportrait, où il vide son sac sans se ménager.

Les succès à répétition transforment Claude Berri en autorité inattaquable au prétexte qu'il fait tourner à bloc la machine du cinéma français. Dans cet esprit, il fonde en 1988 l'ARP (Association des auteurs réalisateur producteurs), «syndicat» censé défendre les intérêts de la profession, notamment contre les majors américaines. Ces dernières années, après le rachat de Renn Production par Pathé, Berri se consacra en priorité à sa passion pour l'art contemporain (lire ci-dessous). Il présida aussi la Cinémathèque française entre 2003 et 2007. Ultime démonstration de son intrigante schizophrénie, il produira conjointement Bienvenue chez les Cht'is (20 millions d'entrées en France) et la Graine et le Mulet d'Abdellatif Kechiche (recouvert de tous les césars en 2007).

Sa dernière compagne, l'écrivain Nathalie Rheims, décrivait Claude Berri (dans le Monde du 23 mars 2007) : «C'est un mélange incroyable d'égoïsme et de don de lui total. Il peut être très dur et très tendre. C'est un homme relativement autiste, sauf quand il va bien, ce qui est rare. Il ne sait pas qu'il est Claude Berri.»

« Le champion du box-office », par Olivier Séguret

Producteur, il a régné sur la profession ; cinéaste, il n'a pas toujours convaincu.

Dans les pays ayant connu un cinéma industriel, on voit bien par exemple comment un Spielberg a pu pendant toute une période être identifié à l'essence de Hollywood ou un Fellini habiter à lui tout seul le grand cimetière de Cinecittà.

Influence. En France, c'est une spécialité historique continue. A des degrés divers, un certain nombre de grands noms ont incarné, de gré ou de fait, quelque chose comme la figure tutélaire symbolique du cinéma national. Chacun à sa fenêtre et à sa manière, Langlois, Truffaut, Toscan, Godard, peut-être même le couple Signoret-Montand, ont tour à tour été les volontaires ou les désignés pour endosser ce costume. Au moment de sa disparition, la question de savoir si Claude Berri a pu lui aussi tenir ce rôle du parrain est délicate. C'est un peu comme si, malgré tous ses efforts, il n'avait fait qu'une partie du boulot. Certes, Claude Berri a été maintes fois l'homme le plus puissant du cinéma français. Clairement ambitieux en ce domaine, il a obtenu la position qu'il a sans aucun doute voulue : la première. Son influence sur l'industrie du cinéma hexagonal des trente dernières années est sans équivalent.

Dans les guerres du box-office, le producteur Berri n'a eu que deux grands concurrents : Alain Poiré et Christian Fechner, eux aussi disparus récemment (en 2000 et en 2008). A la différence de ces derniers, Berri a aussi remporté la bataille de la notoriété médiatique. Mais surtout, Berri a gagné sur tous les autres en termes d'influence interne à l'industrie, où sa puissance en faisait un maître incontournable, aussi craint qu'admiré. A cet égard, ses razzias régulières sur les palmarès des césars fournissent un bon indicateur des rapports très profonds tissés par Claude Berri avec la profession. En tant que producteur surdoué sachant faire fonctionner la complexe machine du cinéma et de ses financements, Berri ne peut qu'inspirer le respect.

Carrière. Cela n'a jamais fait de lui un homme très populaire pour autant. Ses inimitiés dans le métier sont aussi nombreuses que sa carrière a été longue et réussie. En tant que cinéaste, la critique a pu occasionnellement lui porter attention (pour le Vieil Homme et l'Enfant ou Tchao Pantin) mais pas au point de le tenir pour un artiste d'importance.

Alors oui, Claude Berri a bien été un des parrains majeurs du cinéma français. Mais dans une époque plus médiocre que celle où il avait rêvé de le devenir.

Voir les commentaires

LJC DU 22 JANVIER 2009 : BERNARD COHN – BILAN DE L’ANNÉE 2008

20 Janvier 2009, 00:02am

Publié par Mister Arkadin

L'invité du prochain « Libre journal du Cinéma » dirigé par Philippe d'Hugues, sur Radio Courtoisie, auquel je participe en compagnie de Philippe Ariotti le jeudi 22 janvier 2009, est Bernard Cohn, écrivain, critique cinématographique et cinéaste, pour son roman La Fuite (Éditions Les Cygnes), qui a en grande partie pour cadre le Festival de Cannes.

Un bilan de l'année 2008 sera proposé en deuxième partie de l'émission, complétée par le jeu radiophonique de Philippe Ariotti et par l'actualité, des films sortis en salle, des reprises, des disparitions (Harold Pinter, Ann Savage, Pat Hingle, Georges Cravenne, Claude Berri), et des publications (entre autres la  revue  "Cinérotica").

Suite à un référendum récent, Philippe d'Hugues propose aux auditeurs et amis du "Libre journal du cinéma" de donner leur liste des meilleurs films de l'histoire du cinéma (entre dix et vingt), en plus des traditionnelles listes des meilleurs films de l'année.


Informations complémentaires :

Horaires de diffusion du LJC : de 12 heures à 13 heures 30 - Rediffusions de 16 heures à 17 heures 30 et la nuit suivante, de 0 heure à 1 heure 30.

Des messages peuvent être adressés à la station en cours d'émission (courtoisie@radiocourtoisie.net ; 01.46.51.00.85).

Fréquences FM de Radio Courtoisie en Mhz : Paris et Ile-de-France, 95,6 ; Caen, 100,6 ; Chartres, 104,5 ; Cherbourg, 87,8 ; Le Havre 101,1 ; Le Mans, 98,8.

Radio Courtoisie par satellite : Sur les bouquets satellites TPS et CanalSat, si vous êtes abonné à l'un de ces bouquets, pressez le bouton radio de votre télécommande et choisissez "Radio Courtoisie" dans la liste de radios proposées.

URL directe d'écoute en ligne de Radio Courtoisie pour les lecteurs type Windows Media : http://www.tv-radio.com/cgi-bin/tagger.pl?tag=site&metafile=courtoisie/courtoisie-20k.asx

Voir les commentaires

QUE LE DIVERS CROISSE "À L'UNISSON" !

19 Janvier 2009, 17:41pm

Publié par Mister Arkadin

À plusieurs reprises ce matin, Ali Badou a claironné triomphalement dans « Les Matins » de France Culture que l'ensemble des antennes publiques était mobilisé par une « Journée de la diversité » saluant l'investiture de Mister Obama. Les dirigeants de Radio France ne se sont manifestement pas rendu compte de l'ironie, voire du caractère ubuesque, qu'il y a à ce que toutes les « émissions diverses et variées à Radio France » (comme le titre 20 minutes sans rire non plus) soient consacrées à ce même thème de la "diversité", « à l'unisson », comme dit le programme (cf. « Radio France célèbre la diversité sur toutes ses antennes »). L'unanimisme divers, tel est sans doute le projet suprême de l'idéologie ambiante, dont Jean-Paul Cluzel, directeur de Radio France, se fait l'avant-gardiste zélé. Edouard Glissant et Patrick Chamoiseau ont dès lors beau jeu de mettre en garde, l'un contre le « mimétisme », l'autre contre l'application « mécanique » de tous les beaux principes énoncés (je cite de mémoire). Cette situation présente au moins l'avantage de nous permettre de nous croire devins à bon compte. De quoi parlèrent les médias lors des primaires démocrates ? De la "diversité". Lors du duel Mc Cain / Obama ? De la diversité. Après l'élection ? De la "diversité". Avant, pendant et après l'investiture? De la "diversité". De quoi parleront-ils quand il s'agira de faire le bilan de la présidence Obama ? Euh, de la "diversité" ? Bingo !


Compléments :
(27 janvier 2009) À lire sur le sujet un livre de Walter Benn Michaels, La Diversité contre l'égalité (à paraître en février aux éditions Raison d'agir), dont Le Monde diplomatique a donné quelques très "bonnes feuilles" sous le titre « Liberté, fraternité... diversité ? » (n°659, février 2009, p.22-23). Il s'agit de « montrer que la conception de la justice sociale qui sous-tend le combat pour la diversité - nos problèmes sociaux fondamentaux proviendraient de la discrimination et de l'intolérance plutôt que de l'exploitation - repose elle-même sur une conception néolibérale. » « Il s'agit d'ailleurs d'une parodie de justice sociale qui entérine l'élargissement du fossé économique entre riches et pauvres tant que les riches comptent (proportionnellement) autant de Noirs, de basanés et de Jaunes que de Blancs, autant de femmes que d'hommes, autant d'homosexuels que d'hétérosexuels. [...] La diversité n'est pas un moyen d'instaurer l'égalité ; c'est une méthode de gestion de l'inégalité » satisfaisante aussi bien pour la « droite néolibérale » que pour la « gauche néolibérale ».
(28 janvier 2009) Dans sa « Lettre à Zélie » paraissant aujourd'hui (Télérama, n°3081, 28 janvier 2009, p.162), François Gorin fait remarquer que des chefs indiens ont défilé le jour de l'Investiture du Président des États-Unis d'Amérique et se demande : « À quand un Peau-Rouge à la Maison-Blanche ? » Et pourquoi pas un Arabe président d'Israël, pendant qu'il y est ? Heureusement que de ce côté-là, veillent quelques BHL et autres fervents partisans du métissage et adversaires de la "pureté dangereuse", contre un État binational au Proche Orient, inconcevable à leurs yeux.
(4 février 2009) À lire sur le sujet, le roboratif « Bloc-notes » d'Alain Soral paru dans le bimensuel Flash (n°6, 28 janvier 2009, p.11).
(19 août 2009) La diversité uniforme ou la diverse uniformité, je ne croyais pas si bien dire, à lire le trimestriel Le Droit de vivre de la Licra, où la personne partie "guetter" l'antisémitisme à un spectacle de Dieudonné écrit : « le spectacle avait lieu dans un bus, rempli d'un public émanant presque uniformément de la diversité et masculin » (« Liberté d'expression : une soirée avec Dieudonné » (par Alain David ; n°625, avril 2009, p.8).
(26 septembre 2009) Un débat sur la "diversité" qui résume bien les positions en présence, chez Alain Finkielkraut, dans son émission "Répliques"

Voir les commentaires

SI C’EST "LE MONDE" QUI L’ÉCRIT…

18 Janvier 2009, 23:36pm

Publié par Mister Arkadin

« 2008 : très bonne année pour le cinéma français », a titré Le Monde en une de son édition du 10 janvier 2008. Ah, bon ? Tant mieux, serait-on tenté d'écrire à notre tour, si le jugement du Monde ne se révélait fondé uniquement sur les chiffres de la fréquentation, et plus particulièrement sur ceux de quelques "locomotives", dont le moins qu'on puisse dire est qu'elles ne font pas tant honneur à notre cinéma (Bienvenue, Astérix aux Jeux olympiques, Disco et Enfin veuve, Mesrine : L'Instinct de mort pouvant à la rigueur faire figure d'exception). Cette accroche de une du Monde en dit finalement plus sur la décrépitude de ce journal (que plus grand monde dit « de référence »), puisqu'il juge de la santé d'un domaine artistique à l'aune de celle d'une industrie culturelle, que sur le déclin du cinéma français (après tout, Les Charlots et Les Gendarmes précédèrent Les Bronzés et les Ch'tis). Au demeurant, les articles qui établissent ce bilan annuel de l'économie du cinéma (en page 22) sont loin d'être inintéressants, « Le Ciné Cité des Halles, baromètre des bons résultats de fréquentation 2008 en salles » étant très instructif sur le complexe phare de la capitale.



« Le Ciné Cité des Halles, baromètre des bons résultats de fréquentation 2008 en salles », par Clarisse Fabre, Le Monde, 10 janvier 2009, p.22 :

Il est 9 heures, l'UGC Ciné Cité des Halles s'éveille. Déjà plus de deux cents personnes attendent devant les grilles fermées, mercredi 7 janvier. Certaines boivent le café qui leur est offert dans des bouteilles Thermos. Enfin, les spectateurs s'engouffrent dans l'une des dix-neuf salles du cinéma situées dans le Forum des Halles, à Paris. Son directeur, Antoine Cabot, est sur le pont : comme chaque mercredi, jour de sortie des nouveaux films, "c'est non-stop jusqu'à 22 h 30".

Ouvert en 1995, l'établissement parisien vient d'enregistrer le record de fréquentation en France "et en Europe", tient à préciser M. Cabot : 3,2 millions d'entrées en 2008. Il bénéficie d'un emplacement on ne peut plus central au coeur de la capitale et du réseau de transports (métro, RER). Sur l'ensemble du pays, il est le seul à programmer des films aussi tôt le matin - quand ailleurs les séances débutent entre 10 heures et 10 h 30. Et, chose rare pour un multiplexe, plus d'un film sur deux à l'affiche est labélisé "art et essai", lesquels réalisent au total plus du tiers des entrées. Ici, aucun film n'engrange plus de 2,5 % des entrées sur l'année. "On a été le seul complexe à n'avoir qu'une copie des Ch'tis", rappelle M. Cabot.

Ce mercredi, il va surveiller heure par heure la fréquentation des sept nouveaux films au programme, parmi lesquels Che - 1re partie : L'Argentin, de Steven Soderbergh, et Un barrage contre le Pacifique, de Rithy Panh. Le directeur du Ciné Cité n'est pas le seul à scruter le box-office. Des distributeurs sont venus sur place pour "prendre la température". L'établissement des Halles est un peu le baromètre de la profession.

Devant la plus grande salle (493 fauteuils), l'équipe de Twilight distribue des affiches des héros du film de Catherine Hardwicke, qui raconte l'histoire d'un gentil vampire et connaît un immense succès aux Etats-Unis. Florent Burgeau, de Rezo Films, s'inquiète, lui, du score de Frozen River, film indépendant américain de Courtney Hunt. "Allez, on va voir les chiffres" : vers 9 h 15, M. Cabot emmène tout le monde à la caisse. Sur l'écran de l'ordinateur, les résultats tombent : Twilight arrive en tête avec 67 entrées, devant Che (59 entrées). Frozen River se place en troisième position (36 entrées). Un bon départ, de l'avis général. Suivent le film de Dany Boon, De l'autre côté du lit (32 entrées), Un barrage contre le Pacifique (21 entrées), Everything Is Fine (7 entrées) et, enfin, Une nuit de chien (6 entrées).

RESTER À L'AFFICHE

Pendant ce temps, dans les bureaux du Ciné Cité, le téléphone sonne. Tout le temps. Distributeurs et producteurs appellent pour connaître "les résultats de la première séance". Marie-France répond à tous, sans exception. "C'est plus humain qu'un répondeur, on garde le contact avec les professionnels", explique l'une des assistantes de M. Cabot entre deux coups de fil. Il n'empêche, ce rituel a quelque chose d'anachronique dans ce temple des cartes illimitées et des bornes automatiques. "Jusqu'à 14 heures, c'est hard core. Après, ça se calme", poursuit-elle.

Vers 15 h 30, en effet, les professionnels reçoivent les résultats centralisés de la société Ciné chiffres, laquelle recueille les données de toutes les salles de Paris intra-muros jusqu'à 14 h 55. Pour doper les résultats de Ciné chiffres, le multiplexe des Halles programme des séances à 14 h 50. Plus le score d'un film est élevé, plus il aura de chances de rester à l'affiche...

Qui choisit de décrocher un film au Ciné Cité ? "Ce n'est pas moi qui décide, mais le directeur de la programmation d'UGC diffusion, indique M. Cabot qui précise, tous les mercredis soir, vers 21 heures, on analyse ensemble les chiffres de la journée."

Les cartes peuvent alors être rebattues et un film qui réalise un score décevant se retrouver, dès le jeudi matin, dans une salle plus petite. Antoine Cabot insiste : "On n'éjecte pas forcément les derniers de la liste. Il y a des films qu'on défend. Par exemple, dit-il, Les Plages d'Agnès, d'Agnès Varda, sont restées trois semaines, alors que, dans une pure logique commerciale, on aurait pu le décrocher avant..."

Voir les commentaires

BAZIN DE NAVARRE

16 Janvier 2009, 11:39am

Publié par Mister Arkadin

Dans mon billet du 9 septembre dernier, je mentionne le cycle de projections « Le regard d'André Bazin », organisé à la Cinémathèque française, parmi les événements de l'histoire de la critique en France. Depuis, le cycle Francis Lacassin a rendu un peu moins exceptionnelle cette focalisation, voire cette glorification du point de vue d'un médiateur du cinéma, considéré comme aussi digne d'intérêt que l'œuvre d'un cinéaste. Loin de moi l'idée, par conséquent, de minimiser l'apport de Bazin à la pensée sur le cinéma. Celle-ci fait l'objet d'un travail de "redécouverte" bienvenu, notamment de la part de Hervé Joubert-Laurencin, dont le point d'orgue devrait être la mise à disposition sur le Net, dans le courant de l'année, de l'ensemble des articles de Bazin. Nul doute que cet "événement" doive être salué et ajouté à mon ébauche de liste.

Ne peut-on cependant éprouver quelque agacement à la lecture de la prose parasitaire que la promotion du grand Bazin engendre ? Je l'ai déjà noté à propos des Cahiers du cinéma, ici. Serait-ce faire injure à l'icône que de rappeler que la critique de cinéma en France ne lui doit pas absolument tout ? « Père fondateur de la critique de cinéma de France et de Navarre », écrit-on dans Télérama (1). La France n'est plus suffisante !

L'article est, sur le site de Télérama, accompagné de façon judicieuse par une nécrologie de Bazin par François Truffaut. La piété, quasi filiale, de celui-ci, honorable en tant que telle, et même assez touchante (voyez son hommage à "Apostrophes", un an avant sa propre mort), implique-t-elle que tout ce que la statue du Commandeur a proféré doive être pris pour argent comptant (cf. ses propos sur le cinéma anglais, dont des semi-habiles du genre des Inrocks ne sont pas encore revenus) ?


(1) « Redécouverte - Avez-vous lu André Bazin ? », par Jérémie Couston, Télérama, n°3078, 7 janvier 2008, p.43

L'année sera Bazin. Auteur de 2 500 textes sur le cinéma, André Bazin (1944-1958), père spirituel de François Truffaut et de la critique française, est déjà depuis novembre, 50e anniversaire de sa mort, célébré un peu partout. Notamment en ligne.

« André Bazin, comme les personnages de Giraudoux, était un homme d'avant le péché originel. Tout le monde le savait honnête et bon, mais son honnêteté et sa bonté surprenaient toujours tant elles se manifestaient pleinement. Parler avec lui, c'était comme pour un hindou se baigner dans le Gange. » L'hommage est de François Truffaut, « fils adoptif » d'André Bazin (1918-1958), le père fondateur de la critique de cinéma de France et de Navarre.

En novembre dernier, cinquante ans après sa disparition, Jeanne Moreau a prononcé ce vibrant éloge dans le cadre du colloque franco-américain « Ouvrir Bazin », coorganisé par les universités Paris-VII et Yale. A en croire Dudley Andrew, son biographe, il ne s'agit pas d'une commémoration mais plutôt d'une « émergence » : « Nous révélerons un Bazin qui continue d'émerger de son corpus », promettait l'universitaire. Et quel corpus ! En écrivant plus de 2 500 textes sur le cinéma entre septembre 1944 et novembre 1958, André Bazin est l'auteur d'une œuvre inégalée encore peu connue et quasi introuvable aujourd'hui (mis à part le best of Qu'est-ce que le cinéma ?). Grâce aux efforts de son plus rigoureux fan, Hervé Joubert-Laurencin, l'intégralité des archives baziniennes (dont des centaines d'articles de Radio-Cinéma-Télévision, ancêtre de Télérama !) devrait être disponible en ligne en 2009. En attendant, les conférences continuent à Paris jusqu'au printemps.


"Une année Bazin" : www.ac-paris.fr/portail/jcms/piapp1_62822/programme-une-annee-bazin - Le programme complet en PDF

Prochain rendez-vous : vendredi 16 janvier, "De Bazin à Jacques Rancière : critique et théorie du cinéma", Philip Watts, 16h-18h, INHA (Institut National de l'Histoire de l'Art, Galerie Colbert, 2 rue Vivienne, 75002 Paris), salle Walter Benjamin

Voir les commentaires

LES CITRONNIERS

15 Janvier 2009, 18:52pm

Publié par Mister Arkadin

Chaque mois de janvier permet de "rattraper" quelques films manqués durant l'année passée, principalement grâce au Festival de Télérama et à la série de projection des salles UGC "Voir et revoir les incontournables 2008". S'il est un film, dans le cadre de ce dernier, dont la vision s'impose actuellement, c'est assurément le remarquable Les Citronniers d'Eran Riklis. A voir donc lundi 19 aux UGC Ciné Cité Bercy ou La Défense.

Complément :
- la critique de Télérama ;
- L'Humanité Dimanche (n°144, 15-21 janvier 2009, p.52) signale opportunément la publication en DVD des Citronniers.

Voir les commentaires