Mister Arkadin

QUE LE DIVERS CROISSE "À L'UNISSON" !

19 Janvier 2009, 17:41pm

Publié par Mister Arkadin

À plusieurs reprises ce matin, Ali Badou a claironné triomphalement dans « Les Matins » de France Culture que l'ensemble des antennes publiques était mobilisé par une « Journée de la diversité » saluant l'investiture de Mister Obama. Les dirigeants de Radio France ne se sont manifestement pas rendu compte de l'ironie, voire du caractère ubuesque, qu'il y a à ce que toutes les « émissions diverses et variées à Radio France » (comme le titre 20 minutes sans rire non plus) soient consacrées à ce même thème de la "diversité", « à l'unisson », comme dit le programme (cf. « Radio France célèbre la diversité sur toutes ses antennes »). L'unanimisme divers, tel est sans doute le projet suprême de l'idéologie ambiante, dont Jean-Paul Cluzel, directeur de Radio France, se fait l'avant-gardiste zélé. Edouard Glissant et Patrick Chamoiseau ont dès lors beau jeu de mettre en garde, l'un contre le « mimétisme », l'autre contre l'application « mécanique » de tous les beaux principes énoncés (je cite de mémoire). Cette situation présente au moins l'avantage de nous permettre de nous croire devins à bon compte. De quoi parlèrent les médias lors des primaires démocrates ? De la "diversité". Lors du duel Mc Cain / Obama ? De la diversité. Après l'élection ? De la "diversité". Avant, pendant et après l'investiture? De la "diversité". De quoi parleront-ils quand il s'agira de faire le bilan de la présidence Obama ? Euh, de la "diversité" ? Bingo !


Compléments :
(27 janvier 2009) À lire sur le sujet un livre de Walter Benn Michaels, La Diversité contre l'égalité (à paraître en février aux éditions Raison d'agir), dont Le Monde diplomatique a donné quelques très "bonnes feuilles" sous le titre « Liberté, fraternité... diversité ? » (n°659, février 2009, p.22-23). Il s'agit de « montrer que la conception de la justice sociale qui sous-tend le combat pour la diversité - nos problèmes sociaux fondamentaux proviendraient de la discrimination et de l'intolérance plutôt que de l'exploitation - repose elle-même sur une conception néolibérale. » « Il s'agit d'ailleurs d'une parodie de justice sociale qui entérine l'élargissement du fossé économique entre riches et pauvres tant que les riches comptent (proportionnellement) autant de Noirs, de basanés et de Jaunes que de Blancs, autant de femmes que d'hommes, autant d'homosexuels que d'hétérosexuels. [...] La diversité n'est pas un moyen d'instaurer l'égalité ; c'est une méthode de gestion de l'inégalité » satisfaisante aussi bien pour la « droite néolibérale » que pour la « gauche néolibérale ».
(28 janvier 2009) Dans sa « Lettre à Zélie » paraissant aujourd'hui (Télérama, n°3081, 28 janvier 2009, p.162), François Gorin fait remarquer que des chefs indiens ont défilé le jour de l'Investiture du Président des États-Unis d'Amérique et se demande : « À quand un Peau-Rouge à la Maison-Blanche ? » Et pourquoi pas un Arabe président d'Israël, pendant qu'il y est ? Heureusement que de ce côté-là, veillent quelques BHL et autres fervents partisans du métissage et adversaires de la "pureté dangereuse", contre un État binational au Proche Orient, inconcevable à leurs yeux.
(4 février 2009) À lire sur le sujet, le roboratif « Bloc-notes » d'Alain Soral paru dans le bimensuel Flash (n°6, 28 janvier 2009, p.11).
(19 août 2009) La diversité uniforme ou la diverse uniformité, je ne croyais pas si bien dire, à lire le trimestriel Le Droit de vivre de la Licra, où la personne partie "guetter" l'antisémitisme à un spectacle de Dieudonné écrit : « le spectacle avait lieu dans un bus, rempli d'un public émanant presque uniformément de la diversité et masculin » (« Liberté d'expression : une soirée avec Dieudonné » (par Alain David ; n°625, avril 2009, p.8).
(26 septembre 2009) Un débat sur la "diversité" qui résume bien les positions en présence, chez Alain Finkielkraut, dans son émission "Répliques"

Voir les commentaires

SI C’EST "LE MONDE" QUI L’ÉCRIT…

18 Janvier 2009, 23:36pm

Publié par Mister Arkadin

« 2008 : très bonne année pour le cinéma français », a titré Le Monde en une de son édition du 10 janvier 2008. Ah, bon ? Tant mieux, serait-on tenté d'écrire à notre tour, si le jugement du Monde ne se révélait fondé uniquement sur les chiffres de la fréquentation, et plus particulièrement sur ceux de quelques "locomotives", dont le moins qu'on puisse dire est qu'elles ne font pas tant honneur à notre cinéma (Bienvenue, Astérix aux Jeux olympiques, Disco et Enfin veuve, Mesrine : L'Instinct de mort pouvant à la rigueur faire figure d'exception). Cette accroche de une du Monde en dit finalement plus sur la décrépitude de ce journal (que plus grand monde dit « de référence »), puisqu'il juge de la santé d'un domaine artistique à l'aune de celle d'une industrie culturelle, que sur le déclin du cinéma français (après tout, Les Charlots et Les Gendarmes précédèrent Les Bronzés et les Ch'tis). Au demeurant, les articles qui établissent ce bilan annuel de l'économie du cinéma (en page 22) sont loin d'être inintéressants, « Le Ciné Cité des Halles, baromètre des bons résultats de fréquentation 2008 en salles » étant très instructif sur le complexe phare de la capitale.



« Le Ciné Cité des Halles, baromètre des bons résultats de fréquentation 2008 en salles », par Clarisse Fabre, Le Monde, 10 janvier 2009, p.22 :

Il est 9 heures, l'UGC Ciné Cité des Halles s'éveille. Déjà plus de deux cents personnes attendent devant les grilles fermées, mercredi 7 janvier. Certaines boivent le café qui leur est offert dans des bouteilles Thermos. Enfin, les spectateurs s'engouffrent dans l'une des dix-neuf salles du cinéma situées dans le Forum des Halles, à Paris. Son directeur, Antoine Cabot, est sur le pont : comme chaque mercredi, jour de sortie des nouveaux films, "c'est non-stop jusqu'à 22 h 30".

Ouvert en 1995, l'établissement parisien vient d'enregistrer le record de fréquentation en France "et en Europe", tient à préciser M. Cabot : 3,2 millions d'entrées en 2008. Il bénéficie d'un emplacement on ne peut plus central au coeur de la capitale et du réseau de transports (métro, RER). Sur l'ensemble du pays, il est le seul à programmer des films aussi tôt le matin - quand ailleurs les séances débutent entre 10 heures et 10 h 30. Et, chose rare pour un multiplexe, plus d'un film sur deux à l'affiche est labélisé "art et essai", lesquels réalisent au total plus du tiers des entrées. Ici, aucun film n'engrange plus de 2,5 % des entrées sur l'année. "On a été le seul complexe à n'avoir qu'une copie des Ch'tis", rappelle M. Cabot.

Ce mercredi, il va surveiller heure par heure la fréquentation des sept nouveaux films au programme, parmi lesquels Che - 1re partie : L'Argentin, de Steven Soderbergh, et Un barrage contre le Pacifique, de Rithy Panh. Le directeur du Ciné Cité n'est pas le seul à scruter le box-office. Des distributeurs sont venus sur place pour "prendre la température". L'établissement des Halles est un peu le baromètre de la profession.

Devant la plus grande salle (493 fauteuils), l'équipe de Twilight distribue des affiches des héros du film de Catherine Hardwicke, qui raconte l'histoire d'un gentil vampire et connaît un immense succès aux Etats-Unis. Florent Burgeau, de Rezo Films, s'inquiète, lui, du score de Frozen River, film indépendant américain de Courtney Hunt. "Allez, on va voir les chiffres" : vers 9 h 15, M. Cabot emmène tout le monde à la caisse. Sur l'écran de l'ordinateur, les résultats tombent : Twilight arrive en tête avec 67 entrées, devant Che (59 entrées). Frozen River se place en troisième position (36 entrées). Un bon départ, de l'avis général. Suivent le film de Dany Boon, De l'autre côté du lit (32 entrées), Un barrage contre le Pacifique (21 entrées), Everything Is Fine (7 entrées) et, enfin, Une nuit de chien (6 entrées).

RESTER À L'AFFICHE

Pendant ce temps, dans les bureaux du Ciné Cité, le téléphone sonne. Tout le temps. Distributeurs et producteurs appellent pour connaître "les résultats de la première séance". Marie-France répond à tous, sans exception. "C'est plus humain qu'un répondeur, on garde le contact avec les professionnels", explique l'une des assistantes de M. Cabot entre deux coups de fil. Il n'empêche, ce rituel a quelque chose d'anachronique dans ce temple des cartes illimitées et des bornes automatiques. "Jusqu'à 14 heures, c'est hard core. Après, ça se calme", poursuit-elle.

Vers 15 h 30, en effet, les professionnels reçoivent les résultats centralisés de la société Ciné chiffres, laquelle recueille les données de toutes les salles de Paris intra-muros jusqu'à 14 h 55. Pour doper les résultats de Ciné chiffres, le multiplexe des Halles programme des séances à 14 h 50. Plus le score d'un film est élevé, plus il aura de chances de rester à l'affiche...

Qui choisit de décrocher un film au Ciné Cité ? "Ce n'est pas moi qui décide, mais le directeur de la programmation d'UGC diffusion, indique M. Cabot qui précise, tous les mercredis soir, vers 21 heures, on analyse ensemble les chiffres de la journée."

Les cartes peuvent alors être rebattues et un film qui réalise un score décevant se retrouver, dès le jeudi matin, dans une salle plus petite. Antoine Cabot insiste : "On n'éjecte pas forcément les derniers de la liste. Il y a des films qu'on défend. Par exemple, dit-il, Les Plages d'Agnès, d'Agnès Varda, sont restées trois semaines, alors que, dans une pure logique commerciale, on aurait pu le décrocher avant..."

Voir les commentaires

BAZIN DE NAVARRE

16 Janvier 2009, 11:39am

Publié par Mister Arkadin

Dans mon billet du 9 septembre dernier, je mentionne le cycle de projections « Le regard d'André Bazin », organisé à la Cinémathèque française, parmi les événements de l'histoire de la critique en France. Depuis, le cycle Francis Lacassin a rendu un peu moins exceptionnelle cette focalisation, voire cette glorification du point de vue d'un médiateur du cinéma, considéré comme aussi digne d'intérêt que l'œuvre d'un cinéaste. Loin de moi l'idée, par conséquent, de minimiser l'apport de Bazin à la pensée sur le cinéma. Celle-ci fait l'objet d'un travail de "redécouverte" bienvenu, notamment de la part de Hervé Joubert-Laurencin, dont le point d'orgue devrait être la mise à disposition sur le Net, dans le courant de l'année, de l'ensemble des articles de Bazin. Nul doute que cet "événement" doive être salué et ajouté à mon ébauche de liste.

Ne peut-on cependant éprouver quelque agacement à la lecture de la prose parasitaire que la promotion du grand Bazin engendre ? Je l'ai déjà noté à propos des Cahiers du cinéma, ici. Serait-ce faire injure à l'icône que de rappeler que la critique de cinéma en France ne lui doit pas absolument tout ? « Père fondateur de la critique de cinéma de France et de Navarre », écrit-on dans Télérama (1). La France n'est plus suffisante !

L'article est, sur le site de Télérama, accompagné de façon judicieuse par une nécrologie de Bazin par François Truffaut. La piété, quasi filiale, de celui-ci, honorable en tant que telle, et même assez touchante (voyez son hommage à "Apostrophes", un an avant sa propre mort), implique-t-elle que tout ce que la statue du Commandeur a proféré doive être pris pour argent comptant (cf. ses propos sur le cinéma anglais, dont des semi-habiles du genre des Inrocks ne sont pas encore revenus) ?


(1) « Redécouverte - Avez-vous lu André Bazin ? », par Jérémie Couston, Télérama, n°3078, 7 janvier 2008, p.43

L'année sera Bazin. Auteur de 2 500 textes sur le cinéma, André Bazin (1944-1958), père spirituel de François Truffaut et de la critique française, est déjà depuis novembre, 50e anniversaire de sa mort, célébré un peu partout. Notamment en ligne.

« André Bazin, comme les personnages de Giraudoux, était un homme d'avant le péché originel. Tout le monde le savait honnête et bon, mais son honnêteté et sa bonté surprenaient toujours tant elles se manifestaient pleinement. Parler avec lui, c'était comme pour un hindou se baigner dans le Gange. » L'hommage est de François Truffaut, « fils adoptif » d'André Bazin (1918-1958), le père fondateur de la critique de cinéma de France et de Navarre.

En novembre dernier, cinquante ans après sa disparition, Jeanne Moreau a prononcé ce vibrant éloge dans le cadre du colloque franco-américain « Ouvrir Bazin », coorganisé par les universités Paris-VII et Yale. A en croire Dudley Andrew, son biographe, il ne s'agit pas d'une commémoration mais plutôt d'une « émergence » : « Nous révélerons un Bazin qui continue d'émerger de son corpus », promettait l'universitaire. Et quel corpus ! En écrivant plus de 2 500 textes sur le cinéma entre septembre 1944 et novembre 1958, André Bazin est l'auteur d'une œuvre inégalée encore peu connue et quasi introuvable aujourd'hui (mis à part le best of Qu'est-ce que le cinéma ?). Grâce aux efforts de son plus rigoureux fan, Hervé Joubert-Laurencin, l'intégralité des archives baziniennes (dont des centaines d'articles de Radio-Cinéma-Télévision, ancêtre de Télérama !) devrait être disponible en ligne en 2009. En attendant, les conférences continuent à Paris jusqu'au printemps.


"Une année Bazin" : www.ac-paris.fr/portail/jcms/piapp1_62822/programme-une-annee-bazin - Le programme complet en PDF

Prochain rendez-vous : vendredi 16 janvier, "De Bazin à Jacques Rancière : critique et théorie du cinéma", Philip Watts, 16h-18h, INHA (Institut National de l'Histoire de l'Art, Galerie Colbert, 2 rue Vivienne, 75002 Paris), salle Walter Benjamin

Voir les commentaires

LES CITRONNIERS

15 Janvier 2009, 18:52pm

Publié par Mister Arkadin

Chaque mois de janvier permet de "rattraper" quelques films manqués durant l'année passée, principalement grâce au Festival de Télérama et à la série de projection des salles UGC "Voir et revoir les incontournables 2008". S'il est un film, dans le cadre de ce dernier, dont la vision s'impose actuellement, c'est assurément le remarquable Les Citronniers d'Eran Riklis. A voir donc lundi 19 aux UGC Ciné Cité Bercy ou La Défense.

Complément :
- la critique de Télérama ;
- L'Humanité Dimanche (n°144, 15-21 janvier 2009, p.52) signale opportunément la publication en DVD des Citronniers.

Voir les commentaires

CINÉMA ET RADIO : SEMAINE DU 17 JANVIER 2009

15 Janvier 2009, 16:52pm

Publié par Mister Arkadin

Rattrapages :

« Un morceau de délice », France Culture ("Sentiers de la création"), semaine du 12 janvier 2009 - plusieurs diffusions : « Demy et ses demoiselles », suite d'émissions sur Les Demoiselles de Rochefort, film sorti en mars 1967 - « Cinéphobie » (« chronique délirante et surprenante sur les Parapluies de Cherbourg », 40 min.), par André Halimi ; « Les Masque et la Plume » (1964, 42 min.) ; « Madame Inter » (entretien avec Jacques Demy, 1967, 14 min.) ; « Agnès Varda » (« séquence cinéaste sans image », dans les après-midi de France Culture, 1976, 33 min.) ; « Radioscopie » (Jacques Chancel, 1973, 55 min.), avec Catherine Deneuve ; « Cinéma des cinéastes » (entretien avec Jacques Demy, 1976, 45 min.)

« Tout arrive » (Arnaud Laporte, « Le magazine de l'actualité culturelle »), France Culture, lundi 12 janvier 2009, de 12h53 à 13h30 : Nuri Bilge Ceylan (réalisateur), à l'occasion de la sortie de son film Trois singes

« RTL Info », RTL, lundi 12 janvier 2009, à 16h00 : « Claude Berri est mort à 74 ans » et « Le cinéaste Claude Berri est mort », avec un reportage de Jérôme Jadot (« Claude Berri était un incontournable du cinéma français ») et des témoignages de Gilles Jacob, Jean-Pierre Lavoignat, Patrice Chéreau, Fabrice Bousteau (rédacteur en chef de Beaux Arts Magazine)

« Laissez-vous tenter » (Vincent Parizot), RTL, mardi 13 janvier 2009, de 9h00 à 9h30 : Spéciale Claude Berri, par Stéphane Boudsocq (« De "Tchao Pantin" à "Bienvenue chez les Ch'tis" : le parcours cinématographique de Claude Berri ») et Michel Cohen-Solal (« Sa vie, ses malheurs »), et « L'Hommage du cinéma français à Claude Berri », avec les témoignages Jean-Luc Delarue, Agnès Soral, Jean-Jacques Annaud, Pierre Arditi, Josiane Balasko, Mathilde Seigner et Albert Uderzo

« Esprit critique » (Vincent Josse), France Inter, mardi 13 janvier 2009, de 9h10 à 9h35 : « La disparition de Claude Berri », avec Pierre Assouline (journaliste et écrivain)

« Libre journal de Philippe Lejeune » (Maximilien Choussy et Philippe Lejeune), Radio Courtoisie, mardi 13 janvier 2009, de 12h00 à 13h30 : « Le retour Jean-Paul Belmondo à l'écran », avec Arnaud Guyot-Jeannin (journaliste et écrivain), à l'occasion de la sortie du film Un homme et son chien

« Tout arrive » (Arnaud Laporte, « Le magazine de l'actualité culturelle »), France Culture, mardi 13 janvier 2009, de 12h00 à 12h30 et de 12h50 à 13h30 : « Hommage à Claude Berri »

« Dare-Dare » (Martine Béguin), RSR, mardi 13 janvier 2009, à 12h03 : « Décès de Claude Berri », avec Florence Grivel

« Les Grandes gueules » (Alain Marshall), RMC, mardi 13 janvier 2009, à 13h00 : Jérôme Clément (directeur d'Arte), à l'occasion de la sortie du film adapté de son autobiographie Plus tard tu comprendras

« Libre journal de la Vieille Europe » (Patrick Péhèle, Philippe Christèle et Lucien Valdès), Radio Courtoisie, mardi 13 janvier 2009, de 21h30 à 23h00 : « La fin de siècle du cinéma américain (1981-2000) : Une évaluation psychologique et morale des mentalités contemporaines », avec Thibault Isabel (docteur en histoire du cinéma, créateur du site "Retour au réel"), pour son livre sur le sujet (Éditions La Méduse)

« Dare-Dare » (Martine Béguin), RSR, mercredi 14 janvier 2009, à 12h03 : « Écouter le cinéma », sur la musique de film créée et réalisée en Suisse, à l'occasion de la célébration du centenaire de la musique de films, avec Stéphane Kirscher (Compositeur, sound designer et président de l'UFMC) et Urs Schnell (directeur de la fondation Suisa)

« Mouvements » (Michaël Nataf), RCJ, mercredi 14 janvier 2009, de 12h45 à 13h00 : Entretien avec Edward Zwig (réalisateur), Daniel Craig et Liev Schreiber (acteurs), pour leur film Les Insurgés

« Culture vive » (Pascal Paradou), RFI, mercredi 14 janvier 2009, à 17h10 : Patrice Leconte (cinéaste), pour son film La Guerre des Miss

« Y'en aura pour tout le monde » (Jean-Marc Fogiel), Europe 1, jeudi 15 janvier 2009 : Jean-Pierre Jeunet (cinéaste), à l'occasion du Salon du cinéma de La Vilette

« Esprit critique » (Vincent Josse), France Inter, jeudi 15 janvier 2009, de 9h10 à 9h35 : Reportage de Baptiste Etchegaray auprès des spectateurs du Un homme et son chien de Francis Huster, avec Jean-Paul Belmondo

« Rendez-vous » (Laurent Goumarre), France Culture, jeudi 15 janvier 2009, de 19h15 à 20h00 : Raoul Peck (cinéaste), pour son film L'École du pouvoir, diffusé sur Canal + 

« Les Belles captives cinématographiques », France Culture (« Chemins de la création »), vendredi 16 janvier 2009 - plusieurs rediffusions : « 9e Festival "L'Industrie du Rêve". A l'écoute de la bande-son. Quel son pour le cinéma d'aujourd'hui ? » (11 décembre 2008), avec Christophe Massie (Directeur général adjoint de la Société Télétota), Bruno Seznec (Directeur de la Société Piste Rouge), Alain Besse (Responsable du secteur diffusion à la Commission Supérieure Technique (CST), Jean-Paul Loublier (Directeur de la Société Dovidis), Alexandre Mahout (Directeur des productions musicales de la Société Europacorp), Dominique Schmit (Consultant pour les laboratoires Dolby) et Christophe Jankovic (Producteur, Société Prima Linéa) et Eric Tisserand (Ingénieur du son & Mixeur) - Grand témoin : Georges Prat ; Modérateur : Franck Ernould

« Coup de projecteur », TSF Jazz, vendredi 16 janvier 2009, à 8h30 - Rediffusions à 11h30 et 16h30 : « Jean-Paul Belmondo l'incorrigible », à l'occasion de la sortie du film Un homme et son chien, avec le journaliste Bertrand Tessier (auteur de Belmondo l'incorrigible, aux éditions Flammarion)

« La Fabrique de l'histoire » (Emmanuel Laurentin ; « Les usages politiques et sociaux du passé »), France Culture, vendredi 16 janvier 2009, 09h05 à 10h00 : « Histoire / Actualité », avec Laurent Véray (Maître de conférence à Paris X où il enseigne l'histoire du cinéma) et Chantal Meyer-Plantureux (Professeur en Arts du Spectacle, Université de Caen Basse-Normandie), pour le Colloque "Les Mises en scène de la guerre au XXème siècle : théâtre et cinéma" du 15 au 17 janvier 2009

« L'invité classique » (Olivier Bellamy), Radio classique, vendredi 16 janvier 2009, à 18h30 : José Garcia (comédien)

« Médiagora » (Claude Carrez), RCF, vendredi 16 janvier 2009, de 21h00 à 21h55 - Rediffusion le dimanche à 3h00 : Entretien avec Yolande Moreau (actrice), pour le film Louise-Michel


Émissions radiophoniques sur le cinéma de la semaine à venir :

« Captives de la Cinémathèque française », France Culture (« Chemins de la création »), samedi 17 janvier 2009 - plusieurs rediffusions : « Danielle Darrieux (1/3). D.D. : les débuts d'une piquante ingénue », par Dominique Païni (15 janvier 2009)

« À quoi pensez-vous ? » (Brigitte Lefèvre), France Culture, samedi 17 janvier 2009, de 14h15 à 15h00 : Jérôme Clément (directeur d'Arte), à l'occasion du passage sur France 2 du film adapté de son autobiographie Plus tard tu comprendras

« Vos plus belles années » (Patrick Sébastien), RTL, dimanche 18 janvier 2009, de 11h30 à 12h30 : Patrick Chesnais (acteur)

« 42ème rue » (Laurent Valière), France Musique, dimanche 18 janvier 2009, de 12h00 à 13h00 : Busby Berkeley


« Cosmopolitaine » (Paula Jacques), France Inter, dimanche 18 janvier 2009, de 14h05 à 16h00 : Amos Gitaï (cinéaste), pour son film adapté de Plus tard tu comprendras de Jérôme Clément

« For intérieur » (Olivier Germain-Thomas), dimanche 18 janvier 2009, de 19h00 à 20h00 : Serge Rezvani (écrivain ; auteur des chansons Le Tourbillon et J'ai la mémoire qui flanche, interprétées par Jeanne Moreau

« Le fou du roi » (Stéphane Bern), France Inter, lundi 19 janvier 2009, de 11h05 à 12h30 : Gérard Jugnot et Gérard Lanvin (acteurs)

« Sur les docks » (« L'heure du documentaire » ; Jean Lebrun), France Culture, du lundi 19 au vendredi 23 janvier 2009, de 16h00 à 17h00 : « Passeurs de réel » (documentaires sur les cinéastes Yamina Benguigui, Alain Tanner, Dominique Cabrera, Vincent Dieutre et Mylène Sauloy)

« RTL Soir » (Nicolas Poincaré), RTL, lundi 19 janvier 2009, de 19h15 à 20h00 (« On refait le monde ») : Gérard Jugnot (acteur)

« Nonobstant » (Yves Calvi), France Inter, mardi 20 janvier 2009, de 17h05 à 18h00 : Emmanuelle Devos (actrice)

« Libre journal des enjeux actuels » (Arnaud Guyot-Jeannin), Radio Courtoisie, 20 janvier 2009, de 21h30 à 23h00 (rediffusion le jeudi 9, à la même heure) : Brigitte Bardot (actrice), au sujet de la maltraitance animale

« L'invité culture » (Jean-Luc Hess), Radio Classique, mercredi 21 janvier 2009, de 9h03 à 9h13 : Amos Gitaï (cinéaste), pour son film Plus tard, tu comprendras

« L'invité classique » (Olivier Bellamy), Radio classique, lundi 12 janvier 2009, à 18h30 : Macha Méril (comédienne)

« Affinités électives » (Francesca Isidori), France Culture, jeudi 22 janvier 2009, de 21h00 à 22h00 : Abbas Kiarostami (cinéaste)

« Médiagora » (Claude Carrez), RCF, vendredi 23 janvier 2009, de 21h00 à 21h55 - Rediffusion le dimanche à 3h00 : « Les archives d'Ingmar Bergman », à l'occasion des 90 ans de sa naissance


Outils, compléments et rappels :

- Grille des émissions de radio spécifiquement consacrées au cinéma (la grille de la saison 2008-2009 est en cours de préparation)

- Liste des émissions récentes de France Info sur le cinéma

- Liste des invités des émissions de radio d'information sur le site "Zapping du paf" ; Informations quotidiennes sur l'actualité radiophonique sur le site Radio-music.org

- Le fil d'information relatif au cinéma de l'AFP

- Un répertoire de podcasts permettant de récupérer pas mal d'émissions, par exemple sur le cinéma



Avec la collaboration régulière de l'indispensable Desata, auquel je renouvelle tous mes chaleureux remerciements.


Voir les commentaires

TOUS LES PRÉTEXTES SONT BONS… TATOUAGE - II

13 Janvier 2009, 00:07am

Publié par Mister Arkadin

TOUS LES PRÉTEXTES SONT BONS...

...AU CINÉMA...

...POUR DÉSHABILLER LES FEMMES !


Après six galeries consacrées à la transparence sous toutes ses formes, voici la seconde des trois galeries à propos du tatouage et de la façon dont il permet d'attirer l'attention sur l'anatomie d'une dame (la première galerie ici) :


TATOUAGE - II.


The Beneficiary



Go Fish

 


Angie Everhart

 


Rush Hour 2

 

 


Asi Del Precipicio

 


Latin Dragon

 


Promised Land

 

 


Célibataires

 


Tout près du sol

 


Flower and Snake

 



Des amorces de galeries prochaines, le nu sous la douche, sur scène, ligoté, armé :


Natasha

 


Yellow

 


The Flock

 


American Pie Presents Beta House Unrated

 



Voir les commentaires

TU N’AS RIEN VU À KATYN

11 Janvier 2009, 23:58pm

Publié par Mister Arkadin

Le titre de ce billet est idiot, mais je n'ai rien trouvé de mieux pour rendre hommage à Duras, dont Un barrage contre le Pacifique, l'un de ses rares livres potables (avec La Douleur, à mon avis), vient de faire l'objet d'une adaptation par Rity Pahn, sortie en salles depuis peu (et faisant l'objet de moult émissions de radio). Quand sera-t-il visible en DVD ou à la télévision ? La question est en suspens, puisque le CNC, fort de deux études sur les délais de diffusion des films inédits à la télévision (juillet 2008) et de diffusion en vidéo (octobre 2008), propose aux professionnels du cinéma un raccourcissement de ces délais (cf. Libération du 8 janvier 2009 et ci-dessous).

Mais au fait, qu'en est-il des films de cinéma qui passent d'abord à la télévision avant d'être projetés en salles (dans le circuit commercial s'entend, le cas des festivals ou des projections spéciales étant différent) (1) ? Basile de Koch, dans sa chronique « Télésubjectif » de Valeurs actuelles (2 janvier 2009, p.63), attire l'attention sur le cas de Katyn, le film d'Andrzej Wajda, qui passe en ce moment, un peu en catimini, sur une chaîne numérique de Canal + (C+ Cinéma) (2). Que les chanceux qui sont abonnés à cette chaîne ou qui ont quelque généreux ami pour l'enregistrer et le graver pour eux en profitent. Car si BdK, dans son article « Katyn massacré », peut paraître excessif en parlant de « lèse-mémoire, ou plutôt de lèse-Histoire » et en se demandant « pourquoi ce carnage planifié reste [...] tabou, soixante-dix après, en France et nulle part ailleurs » (alors même qu'un film à la gloire du si romantique Che est complaisamment vanté un peu partout - ce n'est pas si fréquent que les Cahiers et Positif accordent leur couv !), l'annonce de la sortie de Katyn pour ce printemps, voyez comme les distributeurs se sont bousculés, doit être prise avec des pincettes. Je n'y croirais pour ma part que le jour où j'aurai le film sous les yeux, dans un cinéma de la région parisienne. Il n'est pas rare en effet qu'un film dont le passage à la télévision est sensé précéder une sortie en salles ne sorte finalement jamais (remember la splendide Vie de Marianne de Benoit Jacquot). Comme j'aimerais avoir eu tort quand j'ai déclaré voici quelques mois au "Libre journal du cinéma" que La Vie des autres avait certes reçu un accueil critique relativement bienveillant, quoiqu'il n'ait pas manqué de faire grincer quelques dents (3), mais qu'il fallait bien profiter d'une œuvre remarquable sur les méfaits du système communiste, car, sur ce sujet, un film pouvait passer entre les mailles du filet, mais sans doute pas une série.

Quoi qu'il en soit, de la même façon que Daniel Bermond a retracé dans le dernier numéro de L'Histoire (janvier 2009, p.20-21) l'itinéraire d' « Alexandra Viatteau, la Dame de Katyn », qui « se bat depuis trente ans pour que soit reconnu ce massacre », la genèse, le parcours, l'exploitation (à tous les sens du terme, ne tarderont pas à dire les gardiens du temple) et les diverses réceptions de Katyn mériteraient d'être analysés en détails tant ils sont aussi instructifs que le film lui-même.


Notes :

(1) Quelques séances spéciales : l'exemple du Katyn de Wajda, d'après l'Imdb et Beskid.

(2) N'aurait-il pas été approprié qu'Arte prît les devants en montrant ce film européen, elle qui diffusa, si mes souvenirs sont bons, un documentaire de Wajda sur le même sujet durant les années 1990 - peut-être était-ce "La Sept" (une édition en vidéo avait suivi, me semble-t-il) ?

(3) J'ai souvenir d'un séminaire d'histoire où telle professeuse d'université (la dame est férue de féminisme et de "gender studies", respectons donc ses marottes) ne semblait voir que des défauts dans La Vie des autres, le plus objectivement du monde et certainement pas pour cause d'un philo-communisme digne de Sadoul, cela va de soi.


Liens complémentaires :

- « Katyn, un film toujours pas sorti d'Andrzej Wajda » ;

- « Le succès du film Katyń de Andrzej Wajda en Pologne et à l'international » ;

- « Beskid. La Pologne Online » ;

- « Katyn d'Andrzej Wajda : le cinéma aide-mémoire » (Blog de "Zéro de conduite") ;

- Alexandra Viatteau, « Le déminage des archives » ;

- une critique sur Objectif-cinema ;

- en attendant le film, quelques actualités peuvent être regardées en ligne, en particulier sur le site de l'Ina (ici et ), ou sur Dailymotion, avec notamment la présence près des charniers de l'écrivain, journaliste et critique de cinéma Robert Brasillach (ici), dont le reportage retour de Pologne, d'après certains de ses biographes, n'aurait pas été totalement étranger à son élimination après guerre, sans que cela puisse probablement jamais être prouvé définitivement.


Libération, 8 janvier 2009, « Le temps bref d'un film », p.25 :

Dans moins de trois mois, la France devra se doter d'une nouvelle chronologie des médias. Le Centre national du cinéma (CNC) a publié une lettre destinée aux professionnels pour les inviter à une réflexion globale visant à raccourcir les délais entre la sortie en salles d'un film et son exploitation sous forme de DVD, vidéo à la demande (VOD), passage sur une chaîne cryptée puis, enfin, diffusion sur une chaîne gratuite non cryptée.

Aujourd'hui, le système français est le seul au monde qui accorde autant de temps à la durée d'un film. Six mois après sa sortie en salles, il peut sortir en DVD, tandis qu'il faut attendre trente-trois semaines, près de huit mois, pour qu'il soit accessible en VOD, sous forme d'un achat définitif ou temporaire. Il peut ensuite être diffusé sur une chaîne cryptée, en l'occurrence Canal +, douze mois après la sortie en salles. Les autres chaînes de télévision, elles, doivent attendre vingt-quatre mois (délai ramenable à dix-huit mois en cas d'accord particulier) si elles sont coproductrices du film et trente-six mois si elles n'ont pas participé à son financement.

Demandé avec insistance par plusieurs acteurs du secteur, comme le Syndicat national de l'édition vidéo numérique, ce raccourcissement des délais est souvent présenté comme une amélioration sensible de l'offre légale. C'est surtout l'une des recommandations principales faites aux professionnels par le texte de la loi «Création et Internet», visant à réduire le téléchargement illégal.

La proposition du CNC consiste en premier lieu à fixer la sortie d'un film en vidéo (DVD et VOD) quatre mois après son apparition en salles. En ce qui concerne la télévision payante, autrement dit Canal +, bailleur de fonds majeur du cinéma, le délai serait raccourci de deux ou trois mois, amenant la diffusion du film neuf mois après l'exploitation en salles. La même mécanique serait appliquée aux chaînes gratuites, qu'elles soient coproductrices ou non, avec un raccourcissement de quatre à cinq mois. Dernier point : la séance de rattrapage, dite catch up, qui permet aux chaînes de mettre à disposition le film quelques jours après sa diffusion via son site Internet, serait fixée à une période de sept jours.

Voir les commentaires

CINÉMA ET RADIO : SEMAINE DU 10 JANVIER 2009

6 Janvier 2009, 23:59pm

Publié par Mister Arkadin

Rattrapages :

« À suivre » (Vincent Lemerre ; « Éclairer l'actualité à venir »), France Culture, dimanche 6 juillet 2008, de 12h00 à 12h30 : Rencontre avec Claude-Eric Poiroux (Exploitant des "400 Coups" à Angers, directeur général d'Europa Cinemas et délégué général de Premiers Plans Angers), à l'occasion du colloque « Cinéma, Europe, Monde, quelles politiques cinématographiques pour l'UE ? », organisé par le CNC

« Le cinq sept » (Patricia Martin), France Inter, jeudi 16 octobre, vendredi 5 décembre, mercredi 24 décembre 2008, de 5h00 à 7h00 : Olivier Ducastel (cinéaste), pour son film Nés en 68 ; Fabien Boully, pour le livre James Bond, une figure mythique (Éditions Autrement) ; Laurent Delmas (journaliste de cinéma), pour son livre Le Tout ciné ; Gauthier Jurgensen (metteur en scène de théâtre ; membre de la commission de classification des films), pour son livre J'ai grandi dans des salles obscures, et Louis Bozon (journaliste), pour son livre Marlène, la femme de ma vie (Éditions Michel Lafon)

« Le journal inattendu » (Christophe Hondelatte), RTL, samedi 27 décembre 2008, de 12h30 à 13h30 : Michel Boujenah et François-Xavier Demaison (acteurs)

« Un jour sur la toile » (Hélène Chevalier), France Inter, vendredi 31 octobre et lundi 29 décembre 2008, de 18h45 à 18h50 : « James Bond par par Christine Siméone » ; « Une sélection des 30 meilleurs débuts de film », sur une page de Smashing Magazine

« Et pourtant elle tourne » (Bruno Duvic ; émission qui, malgré son titre, n'est pas spécialement consacrée au cinéma, ni même à Jane Birkin), France Inter, jeudi 1er janvier 2009, de 18h15 à 19h00 : « Woody Allen à Paris ... Interview »

« Ça rime à quoi » (Sophie Nauleau ; « Le nouveau rendez-vous poétique de France Culture »), France Culture, dimanche 4 janvier 2009 : Entretien avec Rity Pahn (cinéaste), pour son film Un barrage contre le Pacifique, par Emmanuel Hoog (Ina)

« Rendez-vous » (Laurent Goumarre), France Culture, vendredi 2 et mercredi 7 janvier 2009, de 19h15 à 20h00 : Olivier Assayas (ancien critique de cinéma, aux Cahiers du cinéma, et cinéaste), pour la parution du recueil Présences. Écrits sur le cinéma (Éditions Gallimard) ; Pascal Greggory et Amira Casar (acteurs), pour le film Nuit de chien de Werner Schroeter

« Laissez-vous tenter » (Vincent Parizot), RTL, lundi 5 janvier 2009, de 9h00 à 9h30 : Isabelle Huppert (actrice), qui vient d'être désignée présidente du Jury du Festival de Cannes 2009, pour la sortie du film Un barrage contre le Pacifique

« Nonobstant » (Yves Calvi), France Inter, lundi 5 janvier 2009, de 17h05 à 18h00 : Vincent Lindon (comédien)

« L'invité classique » (Olivier Bellamy), Radio classique, lundi 5 janvier 2009, à 18h30 : Michaël Lonsdale (comédien)

« Les Matins » (Ali Badou), France Culture, mardi 6 janvier 2009, de 7h00 à 9h05 : Jérôme Clément (ancien directeur du Centre national de la cinématographie, puis directeur d'ARTE France depuis sa création), à l'occasion de la ressortie, le 6 janvier 2009, de son roman Plus tard tu comprendras, adapté pour le cinéma par Amos Gitaï (film passant sur France 2 le 20 janvier prochain et sortant en salles le 21 janvier 2009), complété d'un texte qui décrit la réception de son ouvrage, Maintenant tu sais

« Culture vive » (Pascal Paradou), RFI, mardi 6 janvier 2009, à 17h10 : Rity Panh (cinéaste), pour son film Un barrage contre le Pacifique

« Captives de la Cinémathèque française », France Culture (« Chemins de la création »), « Le ciné-club de Jean Douchet » (Cinémathèque française), mercredi 7 janvier 2009 : « Bully, de Larry Clark » (5 janvier 2009)

« Coup de projecteur », TSF Jazz, mercredi 7 janvier 2009, à 8h30 - Rediffusions à 11h30 et 16h30 : « Danielle Darrieux chanteuse jazzy »

« L'invité culture » (Jean-Luc Hess), Radio Classique, mercredi 7 janvier 2009, de 9h03 à 9h13 : Werner Herzog (cinéaste), à l'occasion de la rétrospective qui lui est consacré au Centre Pompidou

« Y'en aura pour tout le monde » (Jean-Marc Fogiel), Europe 1, mercredi 7 janvier 2009 : Gaspard Ulliel (acteur), pour le film Un barrage contre le Pacifique

« Et pourtant elle tourne » (Bruno Duvic ; émission qui, malgré son titre, n'est pas spécialement consacrée au cinéma, ni même à Jane Birkin), France Inter, mercredi 7 janvier 2009, de 18h15 à 19h00 : Nanni Moretti (cinéaste et acteur)

« Esprit critique » (Vincent Josse), France Inter, jeudi 8 janvier 2009, de 9h10 à 9h35 : « Les archives d'Ingmar Bergman » (chronique d'Eva Bettan)

« Libre journal d'Aude de Kerros » (Radio Courtoisie), jeudi 8 janvier 2009, de 12h00 à 13h30 - Rediffusion à 16h00 et à 0h00 : Chronique de Christine Sourgins sur le film de Jean-Michel Ribes Musée haut, musée bas - une chronique précédent consacrée à un film, Séraphine, de Martin Provost, le 16 octobre 2008

« La tête dans les étoiles » (Laurent Boyer), RTL, jeudi 8 janvier 2009, de 14h30 à 16h00 : Patrick Chesnais (acteur)

« Morning Becomes Electric » (Jason Bentley), KcRw, vendredi 9 janvier 2009, à 11h15 : Alexandre Desplat (compositeur de musique de film), pour le film The Curious Case of Benjamin Button on Morning

« Les Belles captives cinématographiques », France Culture (« Chemins de la création »), vendredi 9 janvier 2009 : « Métier de cinéma : à la rencontre de la comédienne Macha Méril » (Cinémathèque de Toulouse, 4 décembre 2008)

« Esprit critique » (Vincent Josse), France Inter, vendredi 9 janvier 2009, de 9h10 à 9h35 : « La bibliothèque de Romain Goupil [réalisateur et acteur] »


Émissions radiophoniques sur le cinéma de la semaine à venir :

« Questions d'éthique » (Monique Canto-Sperber), France Culture, samedi 10 janvier 2009, de 12h00 à 12h30 : « L'héroïsation du mal au cinéma », avec Carole Desbarats
« Dare-Dare » (Martine Béguin), RSR, samedi 10 janvier 2009, à 12h03 : « Depardon en campagne » (entretien)

« Chroniques rebelles » (Christiane Passevant), Radio Libertaire, samedi 10 janvier 2009, à 13h30 : « Richard Prost : cinéma et engagement, autour de son film L'Espagne en rouge et noir »

« Cosmopolitaine » (Paula Jacques), France Inter, dimanche 11 janvier 2009, de 14h05 à 16h00 : Nuri Bilge Ceylan (cinéaste)

Europe 1, lundi 12 janvier 2009 : « Journée spéciale Un homme et son chien », à l'occasion de la sortie du film de Francis Huster, avec Jean-Paul Belmondo

« Y'en aura pour tout le monde » (Jean-Marc Fogiel), Europe 1, lundi 12 janvier 2009 : Alain Delon (comédien), à propos de Jean-Paul Belmondo

« L'invité culture » (Jean-Luc Hess), Radio Classique, lundi 12 janvier 2009, de 9h03 à 9h13 : Michel Piccoli (comédien)

« Le fou du roi » (Stéphane Bern), France Inter, lundi 12 et mardi 13 janvier 2009, de 11h05 à 12h30 : Olivia Bonamy, Benoît Poelvoorde, Anthony Kavanagh (acteurs) ; Francis Huster (réalisateur)

« 2000 ans d'histoire » (Patrice Gélinet), France Inter, lundi 12 janvier 2009, de 13h30 à 14h00 : « Le cinéma de propagande », avec Jean-Pierre Bertin-Maghit (historien du cinéma)

« La tête dans les étoiles » (Laurent Boyer), RTL, lundi 12 janvier 2009, de 14h30 à 16h00 : Benoît Poelvoorde (comédien)

« Nonobstant » (Yves Calvi), France Inter, lundi 12 et mercredi 14 janvier 2009, de 17h05 à 18h00 : Pascale Pouzadoux (réalisatrice), pour son film De l'autre côté du lit ; Philippe Val (journaliste, directeur de Charlie-Hebdo), pour son livre Reviens Voltaire, ils sont devenus fous !, dans lequel est évoqué le documentaire de Daniel Leconte "C'est dur d'être aimé par des cons"

« L'invité classique » (Olivier Bellamy), Radio classique, lundi 12 janvier 2009, à 18h30 : Carlos Saura (cinéaste)

« L'invité classique » (Olivier Bellamy), Radio classique, mardi 13 janvier 2009, à 18h30 : Anny Duperey (actrice et écrivain)

« Décibels » (Jeanne-Martine Vacher), France Culture, mardi 13 janvier 2009, de 21h00 à 22h00 : « La musique à même l'image, digression sur la musique et le cinéma... », avec Philippe Rombi (Prix spécial du jury du Festival de musique de film de Auxerre, novembre 2008, pour Un homme et son chien, film qui sort le 8 janvier 2009) et Greco Casadessus (fondateur de l'Union de Compositeurs de Musiques de Film, compositeur d'une symphonie en hommage à Etienne-Jules Marey)

« L'humeur vagabonde » (Kathleen Evin), France Inter, jeudi 15 janvier 2009, de 20h10 à 21h00 : Raoul Peck (cinéaste), pour son film L'École du pouvoir, diffusé sur Canal +

« Jeux d'archives » (Antoine Perraud), France Culture, jeudi 15 janvier 2009, de 21h00 à 22h00 : Anouk Grinberg (comédienne)

« Du jour au lendemain » (Alain Veinstein), France Culture, jeudi 15 janvier 2009, de 23h30 à 00h00 : Jacques Rancière (philosophe), pour son livre Le Spectateur émancipé (Éditions La Fabrique)


Rediffusions :

« Mardis du cinéma » (Michel Cazenave, 20 novembre 1990), « Nuits » de France Culture, nuit du samedi 10 au dimanche 11 janvier 2009, de 1h00 à 2h35 : Humphrey Bogart

« Connaître le cinéma » (André Chamson, 24 octobre 1951), « Nuits » de France Culture, nuit du mercredi 14 au jeudi 15 janvier 2009, de 1h51 à 2h37 : Rashomon, d'Akira Kurosawa  - Enregistrement 

« Mardis du cinéma » (Francesca Isidori, 9 mai 1989), « Nuits » de France Culture, nuit du vendredi 16 au samedi 17 janvier 2009, de 1h00 à 2h35 : Michelangelo Antonioni



Outils, compléments et rappels :

- Grille des émissions de radio spécifiquement consacrées au cinéma (la grille de la saison 2008-2009 est en cours de préparation)

- Liste des émissions récentes de France Info sur le cinéma

- Liste des invités des émissions de radio d'information sur le site "Zapping du paf" ; Informations quotidiennes sur l'actualité radiophonique sur le site Radio-music.org

- Le fil d'information relatif au cinéma de l'AFP

- Un répertoire de podcasts permettant de récupérer pas mal d'émissions, par exemple sur le cinéma



Avec la collaboration régulière de l'indispensable Desata, auquel je renouvelle tous mes chaleureux remerciements.

Voir les commentaires

USAGES POLITIQUES ET MÉDIATIQUES DES FILMS

4 Janvier 2009, 10:05am

Publié par Mister Arkadin

L'un des courants les plus en vogue de la recherche historique prend pour objet les « usages politiques et sociaux de l'histoire », sous-titre de l'excellente émission d'Emmanuel Laurentin sur France Culture, « La fabrique de l'histoire ». Un colloque leur a été consacré à Censier en 2003 et un Comité de vigilance face aux usages publics du passé veille à ce que la doxa universitaire et "progressiste" soit dûment respectée.

Les usages politiques et sociaux du cinéma pourraient eux aussi faire l'objet d'un examen systématique, les médias, en particulier, aimant illustrer leurs propos avec des références cinématographiques. Relevons, dans Libération du 23 décembre 2008 (p.2), le petit exemple ci-contre, sur l'obstruction parlementaire.

Voir les commentaires