Mister Arkadin

DOUBLE AFFICHE

25 Janvier 2015, 16:31pm

Publié par Mister Arkadin

Deux placards parus le même jour (6 janvier 2015) dans Direct Matin (n°1611, pages 19 et 24) : quelle créativation chez les publicitaires !

http://c4.staticflickr.com/8/7405/15744192373_7720e99b4d_z.jpg

 

http://c4.staticflickr.com/8/7281/15741715384_facc0d13c1_z.jpg


Voir les commentaires

LJC DU 22 JANVIER 2015 : BILAN 2014

24 Janvier 2015, 19:40pm

Publié par Mister Arkadin

http://www.windmilllane.com/wp-content/uploads/2014/10/Leviathan_Andrey_Zvyagintsevw_wins_bestfilmaward_Londonfilmfestival2.jpg

L’invité du "Libre journal du Cinéma" (LJC) du jeudi 22 janvier 2015 (enregistrement [1]), dirigé par Philippe d’Hugues, auquel j’ai participé, ainsi qu’Alain Paucard (au téléphone), était Marie-Noëlle Tranchant (journaliste et critique au Figaro), pour un bilan de l’année 2015.

http://www3.varesenews.it/immagini_articoli/201304/francesco_rosicorretto.jpg

A aussi été évoquée l’actualité, des films sortis en salles, conseillés ("La Terre éphémère", de George Ovashvili ; "A Most Violent Year", de J. C. Chandor), déconseillés ("Cold in July", de Jim Mickle), et des disparitions (Anita Ekberg ; Martine Havet ; Francesco Rosi ; Rod Taylor ; Ninon Sevilla ; Claude-Michel Cluny ; René Vautier), ainsi que la déprogrammation du film L’Apôtre (sur injonction du Pouvoir).

http://www.zerodeconduite.net/imgms/header_d%27une_vie_a_l%27autre.png


Notes :

[1] L'émission peut aussi être écoutée sur le site officiel de la station, librement pendant une semaine, dans les archives pour les adhérents, ensuite. Scripts des anciennes émissions (2005-2014).

[2] Rappel d’un site qui permet de se tenir au courant des décès dans les milieux du cinéma (175 personnalités décédées depuis la dernière émission qui comprenait des nécrologies, le 25 décembre 2014) : 2014 et 2015.

 


Listes des meilleurs films 2014 des patrons et amis du "Libre journal du cinéma" :

  1. Philippe d'Hugues : 1. Ida (Pawel Pawlikowski) 2. Léviathan (Andreï Zviaguinstsev) 3. La Terre éphémère (George Ovashvili) 4. Magic in the Moonlight (Woody Allen) 5. The Grand Budapest Hotel (Wes Anderson) 6. Tel père, tel fils (Hirokazu Koreeda) 7. Les Combattants (Thomas Cailley) 8. L'Apôtre (Cheyenne Caron) 9. Les Opportunistes (Paolo Virzi) 10. Cristeros (Dean Wright) 11. Black Coal (Yi'nan Diao) 12. D'une vie à l'autre (Georg Maas) 13. Adieu au langage (Jean-Luc Godard) + Si je mourais là-bas (Patrick Buisson)
  2. Philippe Ariotti : Gone Girl (David Fincher) ; Marie Heurtin (Jean-Pierre Améris) ; Jimmy’s Hall (Ken Loach) ; Les Recettes du Bonheur (Lasse Hallström) ; Magic in the Moonlight (Woody Allen) ; Lucy (Luc Besson) ; Le vent se lève (Hayao Miyazaki) ; Dans l'ombre de Mary - La promesse de Walt Disney (John Lee Hancock) ; Un été à Osage county (John Wells) ; Les Combattants (Thomas Cailley) ; D'une vie à l'autre (Georg Maas) ; L'Apôtre (Cheyenne Caron) ; Cristeros (Dean Wright) – et Maestro (Léa Fazer) ; Ida (Pawel Pawlikowski) ; Qu'est-ce qu'on a fait au Bon Dieu ? (Philippe de Chauveron)
  3. Alain Paucard :
    *** 71’ (Yann Demange) / D’une vie à l’autre (Georg Maas) / Gone Girl (David Fincher) / Léviathan (Andreï Zviaguinstsev) / A Most Violent Year (J. C. Chandor)
    ** Welcome to New-York (Abel Ferrara)
    * Blue Ruin (Jeremy Saulnier) / The Canyons (Paul Schrader) / Les Opportunistes (Paolo Virzi) / Shirley : Visions of Reality (Gustav Deutsch)
    "Coup de chapeau au cinéma français de genre” : 96 heures (Frédéric Schoendorffer) / Body Builder (Roschdy Zem) / De guerre lasse (Olivier Pauchot ; sortie en DVD sous le titre Marseille de guerre lasse) / Mea Culpa (Fred Cavayé) / Piégé (Yannick Saillet)
  4. Bernard Cohn : Ida (Pawel Pawlikowski) ; Vie sauvage (Cédric Kahn) ; Parce que j'étais peintre (Christophe Cognet) ; Le Procès de Viviane Amsalem (Shlomi Elkabetz et Ronit Elkabetz) ; Lulu, femme nue (Solveig Anspach) ; Timbuktu (Abderrahmane Sissako) ; Comrads (Bill Douglas) ; National Gallery (Frank Wiseman) ; Winter Sleep (Nuri Bilge Ceylan) ; 3 Cœurs (Benoit Jacquot) ; Léviathan (Andreï Zviaguinstsev) ; La Terre éphémère (George Ovashvili)
  5. Marie-Noëlle Tranchant : 1. The Grand Budapest Hotel (Wes Anderson) 2. Ida (Pawel Pawlikowski) / Marie Heurtin (Jean-Pierre Améris) 4. Au bord du monde (Claus Drexel) 5. Léviathan (Andreï Zviaguinstsev) / Les Combattants (Thomas Cailley) / La Terre éphémère (George Ovashvili) / Timbuktu (Abderrahmane Sissako) / Mr Turner (Mike Leigh) / Gone Girl (David Fincher) / A Most Violent Year (J. C. Chandor) / Quand vient la nuit (Michael R. Roskam) / Qu’est-ce qu’on a fait au bon Dieu ? (Philippe de Chauveron) / Magic in the Moonlight (Woody Allen)
  6. Mitsuo Watanabe : 1. Philomena (Stephen Frears) 2. Gone Girl (David Fincher) / Night Call (David Gilroy) 4. Mange tes morts (Jean-Charles Hue) / Nebraska (Alexander Payne) / Les Combattants (Thomas Cailley) / Whiplash (Damien Chazelle) 8. Les Bruits de Recife (Kleber Mendonça Filho) / Mr Turner (Mike Leigh) / L’Homme qu’on aimait trop (André Téchiné)
  7. Pascal Manuel Heu : Le vent se lève (Hayao Miyazaki) ; The Grand Budapest Hotel (Wes Anderson) ; Only Lovers Left Alive (Jim Jarmusch) ; A Most Violent Year (J. C. Chandor) ; Drug War (Johnny To) ; Le Conte de la princesse Kaguya (Isao Takahata) ; Mr Turner (Mike Leigh) ; Black Coal (Yi'nan Diao) ; Detective Dee II : La Légende du dragon des mers (Tsui Hark) ; Interstellar (Christopher Nolan) ; The Homesman (Tommy Lee Jones) ; Quand vient la nuit (Michael R. Roskam) ; On a failli être amies (Anne Le Ny) ; Joe (David Gordon Green) ; Welcome to New York (Abel Ferrara) ; New York Melody (Begin Again) (John Carney)

 


Anita Ekberg :

http://www.francetvinfo.fr/image/754tzwbaw-1ef9/1000/562/5411493.jpg

http://s-media-cache-ak0.pinimg.com/736x/89/b5/03/89b5035fd1accb7cdb1787894014a0e6.jpg

http://answersto.files.wordpress.com/2010/09/anita-ekberg-exclamationmark.jpg

http://i.ebayimg.com/00/s/MTAzMVgxMTU5/z/c7sAAOxydB1SkoJ2/$_57.JPG

Voir les commentaires

LJC DU 22 JANVIER 2015 : MARIE-NOËLLE TRANCHANT

21 Janvier 2015, 00:38am

Publié par Mister Arkadin

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/en/thumb/8/87/DrugWarfilm.jpg/220px-DrugWarfilm.jpg

 

L’invité du "Libre journal du cinéma" (LJC) du jeudi 22 janvier 2015, dirigé par Philippe d’Hugues, et auquel je dois participer, ainsi qu’Alain Paucard (au téléphone), est Marie-Noëlle Tranchant (journaliste et critique au Figaro), pour un bilan de l’année 2014.

http://ademonice06.com/wp-content/uploads/2014/12/terre-ephemere.jpg

Il sera également question de l’actualité, des films ("La Terre éphémère" ; "A Most Violent Year"), des disparitions (Anita Ekberg ; Francesco Rosi ; Rod Taylor ; Ninon Sevilla ; Maurice Duverger ; Claude-Michel Cluny), etc.

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/en/thumb/6/61/VictimasDelPecado.jpg/220px-VictimasDelPecado.jpg


Informations complémentaires :

Horaires de diffusion du LJC, sur Radio Courtoisie : de 12 heures à 13 heures 30 – Rediffusions de 16 heures à 17 heures 30 et la nuit suivante, de 0 heure à 1 heure 30.

Des messages peuvent être adressés à la station en cours d’émission (courtoisie@radiocourtoisie.fr ; 01.46.51.00.85).

Radio Courtoisie en modulation de fréquence (MHz) :
Paris et Ile-de-France, 95,6 | Caen, 100,6 | Chartres, 104,5 | Cherbourg, 87,8 | Le Havre 101,1 | Le Mans, 98,8.

Par satellite :
Sur les bouquets satellite Canalsat (canal 199 pour la mosaïque des radios et canal 641 pour l'accès direct à Radio Courtoisie) et TNTSAT.


http://mlm-s1-p.mlstatic.com/ninon-sevilla-y-agustin-lara-perdida-cartel-lobby-card-3747-MLM4633525166_072013-F.jpg

Voir les commentaires

QUAND LE PETIT PARLE...

20 Janvier 2015, 23:45pm

Publié par Mister Arkadin

J'apprends, par la dernière chronique d'Éric Zemmour sur RTL ("Chacun son sacré"), que L'Apôtre fait l'objet de restrictions dans sa diffusion, ordonnées par le ministère de l'Intérieur. Il n'en faut pas plus pour me donner furieusement envie de voir ce film, qui arrivait jusqu'alors très loin dans mes tablettes de films sortis en 2014 à rattraper.

http://fr.web.img1.acsta.net/r_640_600/b_1_d6d6d6/pictures/14/01/27/10/16/000513.jpg

Le plus intéressant, cependant, dans la version vidéo de la chronique sus-mentionnée, est l'attitude du monsieur sur la gauche de l'écran.

On connaît le dicton : "Quand les grands parlent, les petits se taisent et écoutent". En l'occurrence, c'est le minus qui parle d'abondance (on distingue un bout de sa main en bas à droite de la capture d'écran ci-dessous), et le grand sportif qui fixe tout du long ostensiblement le mur d'en face et non le chroniqueur, bras croisés et le plus immobile possible, voulant démontrer que c'est contre son gré qu'il doit subir le discours de quelqu'un dont il ne partage pas les opinions - parce qu'il les juge "criminelles", sans doute. On en déduira, cela va de soi, que le grand fait partie des Tolérants.

http://c1.staticflickr.com/9/8647/16303175796_13bbf27583_z.jpg

Cette "affaire" me rappelle par ailleurs la façon dont Télérama affirme que L'Apôtre serait "nullement innocent..." (entendez "malsain et à déconseiller"), parce qu'il ferait de l'islam « une religion vengeresse et intolérante », alors même qu'un film caricaturalement anti-chrétien trouve parfaitement grâce aux yeux de l'hebdo de Pierre Bergé.

http://c1.staticflickr.com/9/8618/16328273312_9fb4942bb7.jpg


Voir les commentaires

VIEUX GENRE

7 Janvier 2015, 18:49pm

Publié par Mister Arkadin

Nous y sommes, les "vieux-films" constituent un genre en soi, à l'instar des films d'arts martiaux ou des thrillers, d'après la nomenclature d'un site proposant des films en ligne :

http://c4.staticflickr.com/8/7490/15546557803_3af8505a34.jpg

 

(tout serait à commenter, par ailleurs, dans cette liste passablement hétéroclite, la présence de "Concert", la dissociation entre un film de "Walt Disney" et un film d'"animation", l'absence de la catégorie "Erotique", voire "Pornos", etc.).

 


Même "catégorie" sur un site du même type, où toutes les années antérieures à 1950 constituent l'une des huit périodes proposées :

http://c1.staticflickr.com/9/8667/15982059138_6d1574763e.jpg

 

http://c4.staticflickr.com/8/7565/15983438189_0d6ae01182.jpg

 

http://c4.staticflickr.com/8/7550/15982058838_5e0aa88800.jpg

 

http://c4.staticflickr.com/8/7473/16167613021_973508f19a_z.jpg

 

 

Voir les commentaires

KLÉBER HAEDENS, CRITIQUE DE CINÉMA ET DIRECTEUR DE REVUE

31 Décembre 2014, 23:20pm

Publié par Mister Arkadin

J’ai publié en octobre dernier, au sein d’un dossier de la revue littéraire Livr’Arbitres (n°15, automne 2014, p.17-19), deux textes sur le cinéma de ce dernier, précédé par une introduction, sous le titre « 1941-1944 : décadence et résurrection du cinéma, vues par Kléber Haedens ». Je reproduis le tout ci-dessous.

http://livr-arbitres.com/images/stories/couverture_pdf.jpg

Au sein du même dossier, devait paraître un article de Francis Bergeron sur la revue Le Magasin du spectacle, auquel je me réfère dans mon intro. Il a malencontreusement été omis. Je le reproduis par conséquent aussi ici.


 

KLÉBER AU SPECTACLE

 

par Francis Bergeron (1)

 

Le libraire Eric Fosse proposait à la vente, dans l’un de ses derniers catalogues, un lot de revues décrit comme suit :

(Haedens Kléber) Ensemble complet de la revue « Le Magasin du spectacle » fondée et dirigée par Kléber Haedens. R. Laffont Marseille 1946. 7 numéros parus comprenant les contributions de nombreux écrivains (Mohrt, des Forêts, Maulnier, Barjavel…). 7 volumes brochés In-8, très bel état. 140 € 

 

C’est une revue plutôt difficile à trouver, rarement citée, pas étudiée, et l’annonce était alléchante.  Dans son Salut à Kléber Haedens (Grasset, 1996),  Etienne de Montéty nous livre quelques informations sur ce Magasin du spectacle. Il rappelle que l’immédiat après-guerre avait été le temps béni des revues. On pense bien évidemment à La Table ronde ou Accent grave, côté « hussards », et aux Temps modernes, du côté opposé.  Montéty cite pour sa part, Idées et Fusées.

Pour attirer des écrivains, explique-t-il, Robert Laffont avait créé Le Magasin du spectacle.  La direction en fut confiée au jeune journaliste Kléber Haedens. Michel Mohrt y tenait une rubrique intitulée Lettre du Canada, Hugues Panassié traitait du jazz (sa spécialité) et de l’actualité phonographique, Kléber Haedens se réservait plutôt  la littérature, et le théâtre, aussi, car la revue avait une forte identité théâtrale. Chaque livraison s’ouvrait d’ailleurs sur la publication d’une pièce : Garcia Lorca dans le numéro 1 de la collection, la pièce de John Steinbeck, Des souris et des hommes, dans le numéro 2, une pièce d’Audiberti, Le Mal court, dans le numéro 4, Les Taureaux, opéra-bouffe d’Alexandre Arnoux, dans le numéro 5, une comédie-farce de Souhovo-Kobiline dans le numéro 6, et la pièce inédite d’Armand Salacrou, Les Nuits de la colère , dans le numéro 7.  Jean Vilar donne pour sa part une fort amusante et intéressante  « lettre familière au Directeur » dans le numéro 6 de la revue.

Robert Laffont publiait des amis tels Guillain de Bénouville (et son best-seller Le Sacrifice du matin),  Gilbert Cesbron (Chiens perdus sans colliers, un best-seller, lui aussi), Michel Déon, Jean Dutourd, Willy de Spens (auteur à relire, en particulier pour ses souvenirs, parus ultérieurement à la Table ronde), et Kléber Haedens se trouvait en terrain de connivence intellectuelle.

Sept numéros d’une revue, c’est insuffisant pour avoir une idée de ce qu’elle aurait pu être. C’est dommage, mais il semble qu’Haedens se soit rapidement lassé des vicissitudes de cette épuisante périodicité mensuelle, même si la maison Robert Laffont assurait l’intendance.  Dans la Nouvelle Revue de Paris, Willy de Spens a raconté que la collaboration d’Haedens aux éditions Robert Laffont et donc à la revue Le Magasin du spectacle cessa le jour où Haedens mit dans la boite à idées  installée dans les locaux de la maison d’édition un mot sur lequel il avait écrit simplement : « Laffont au poteau ! ». La facétie n’aurait pas été appréciée par l’éditeur. Anecdote peut-être inventée, et non vérifiable, en tout état de cause. Mais la pirouette est plausible de la part de ce « clochard du journalisme et de la littérature » des années cinquante, tel que le décrit Etienne de Montéty. Un moyen aussi de mettre un terme à l’épreuve que devait constituer pour lui la sortie mensuelle d’une revue de 160 pages, aux ambitions rédactionnelles fortes. A la discipline d’une direction de revue, Haedens préférait sans doute les stades de rugby, les bistros de la rue Vavin, et les diners d’amis, orchestrés par Caroline, son épouse.

Il n’empêche qu’au rayon somme toute assez réduit « Kléber Haedens » de sa bibliothèque (onze titres seulement !), il convient donc d’ajouter les sept volumes de ce Magasin du spectacle pour lesquels il sera conseillé de faire réaliser un bel emboitage vert et roses, de la couleur de l’élégant liseré de cette éphémère mais non négligeable revue.

---

Note :

(1) Journaliste, essayiste, dernier ouvrage paru : Paul Chack, Editions Pardès, 2013.

http://mla-s2-p.mlstatic.com/le-magasin-du-spectacle-teatro-cine--5474-MLA4967907908_092013-F.jpg

 


 

1941-1944 : DÉCADENCE ET RÉSURRECTION DU CINÉMA, VUES PAR KLÉBER HAEDENS

 

Introduction de Pascal Manuel Heu


« Kléber Haedens était un géant, une force de la nature. Il aimait l'opéra, le rugby, le cassoulet que sa femme Caroline préparait à merveille et la littérature. Il a écrit une merveilleuse Histoire de la littérature française et des romans inoubliables » ; « un anar de droite qui croyait avant tout au rugby, à la tauromachie, aux amis, au vin et surtout à la littérature ». Jean d’Ormesson et Pierre Assouline oublièrent, quand il s’est agi de le défendre face aux Vigilantes de la Mémoire – tout indignés qu’un maire, celui de La Garenne-Colombes, s’ingéra à croire, voici six ans, qu’il fût possible de baptiser un collège du nom d’un grand écrivain français sans que celui-ci fût adoubé par les Ligues de Vertu – au moins l’une des dilections auxquelles Kléber Haedens s’adonna goulument : le cinéma.

 

Ô, certes, cet oubli n’a rien de pendable si l’on ne prenait en compte que ses articles parus de la Libération, dans le quotidien gaulliste L’Époque, aux années 1950, dans Paris-Presse L’Intransigeant, en passant par ceux qu’il donna à Samedi-Soir. Haedens y accomplissait sa besogne sans démériter, mais sans sembler faire preuve d’une passion démesurée pour le septième art. Pourtant, dès 1936, à vingt-trois ans, il avait rendu compte, dans Les Cahiers du Sud, de L’Histoire du cinéma de Bardèche et Brasillach. C’est toutefois pendant l’Occupation, sous le pseudonyme d’Henri Gérard, que son alacrité coutumière s’exerça le mieux en la matière, dans l’hebdomadaire Présent, dirigé à Lyon par Jean Mistler, ancien député et membre du Conseil national instauré par Vichy. Son dézingage d’une bonne partie de la production lui valut d’être rangé par les journaux corporatifs de cinéma comme l’un de ses jeunes critiques à surveiller de près, tant ils remettaient en cause les valeurs établies et bousculaient le conformisme ambiant dans la profession (1).

C’est sous son nom qu’il publia en Une du Figaro, le 23 avril 1941, la virulente admonestation du cinéma français qu’on lira plus loin. Le titre de cet article, « La décadence du cinéma », annonçait la couleur. C’est une mémorable volée de bois vert qui s’abattait sur les premiers films produits après l’Armistice. Cet article peut être considéré, a posteriori, comme le cri de révolte des jeunes cinéphiles contre la première cuvée vichyste. Que nous soyons nous-mêmes aujourd’hui non seulement plus indulgents pour La Fille du puisatier que pour le Chapeau de paille d’Italie de Maurice Cammage et Les Petits Riens d’Yves Mirande, mais que nous puissions même apprécier le film de Marcel Pagnol beaucoup plus que ne le fit Kléber Haedens ne change rien à l’affaire : ce n’est pas ce type de cinéma qu’appelait de ses vœux une nouvelle génération de critiques qui émergeait alors et qui rejoignit les toujours jeunes, mais expérimentés Georges Blond, Robert Brasillach, Georges Champeaux et autres François Vinneuil. Aussi exprimèrent-ils leur déception, leur « honte » écrit même Haedens, de façon autrement agressive que ne le faisaient leurs anciens, ces Nino Frank, Marcel Lapierre, Roger Régent, Carlo Rim ou Émile Vuillermoz qu’ils respectaient tout de même.

L’impertinent Kléber Haedens n’hésitait pas à donner en exemple des cinéastes partis exercer leurs talents à Hollywood, Jean Renoir et Julien Duvivier, et un cinéaste juif, Pierre Chenal, qui ne pouvait plus travailler et qui fut contraint de partir en Argentine l’année suivante. Si, dans le second texte que nous reproduisons ci-dessous, paru trois ans plus tard, Haedens omit ou ne put plus se permettre de mentionner Chenal (à moins que ce ne fût la direction du magazine qui mania les ciseaux), il récidivait à propos de Renoir et de Duvivier (en y ajoutant Clair), noms beaucoup moins en odeur de sainteté sous Vichy en avril 1944 qu’en 1941. Il persistait surtout, comme si de rien n’était, à donner en exemple le cinéma américain. Entretemps cependant, le cinéma français avait relevé la tête et nombre de films rompaient avec la moraline vichyste qui indisposait au plus haut point Haedens et ses camarades. Derrière les chefs de file Marcel Carné et Jean Cocteau s’affirmaient les surdoués Jacques Becker, Louis Daquin et Claude Autant-Lara, dont les révélations permettaient à Haedens de prédire un glorieux avenir au cinéma français.

Aussi est-ce sans surprise que l’on retrouve de nombreux articles sur le cinéma dans Le Magasin du spectacle, la revue présentée plus haut dans ce dossier (2). Y parurent à la fois une remarquable chronique de Jean Rougeul (se distinguent deux beaux textes sur les films de Renoir Partie de campagne et La Grande Illusion) et de fort riches études (3), sur des problèmes de technique (le premier article qui suit la présentation de la revue par Haedens dans le numéro 1 est une compilation de textes de Vsevolod Poudovkinefil sur le montage et le son ; suivra le relief vu par Louis Chevances, qui publie aussi un bilan sur la télévision dans le numéro 5), sur l’exploitation (le doublage, « Une Hérésie du Film Parlant » selon Charles Ford), sur des genres (le cinéma burlesque, par Jean Fayard), sur des acteurs et réalisateurs (Buster Keaton par Henriette Nizan, Max Linder par Ford et René Jeanne), sur des cinématographies (Henri Vignes sur le cinéma tamoul), sur la théorie du cinéma (extrait de l’ouvrage de Jean Epstein Le Cinéma du diable), sur l’enseignement du cinéma, enfin – c’est René Barjavel qui sent qu’ « un certain public ne se contente plus de voir, mais demande à savoir ». « Il serait bon d’aller au-devant de sa faim » et « il serait bon de donner faim à un public infiniment plus étendu », ajoute l’auteur de Cinéma total. Au sein d’une œuvre aussi protéiforme que celle de Kléber Haedens, ce petit aperçu montre que, même au sujet d’un art auquel il n’est pas spontanément identifié, il sut « donner faim » et satisfaire les gourmets !

---

Notes :

(1) Je me permets sur ce point de renvoyer à l’entretien que j’ai donné à Livr’Arbitres sur un autre de ces "jeunes Turcs" de la critique sous l’Occupation : « Lucien Rebatet, critique de cinéma sous l’Occupation », Livr’Arbitres, n°3 (nouvelle série), juin 2010, p.39-44. Version longue en ligne : http://mister-arkadin.over-blog.fr/article-entretien-livr-arbitre-53341566.html.

(2) L’abondance des matières dans cette revue était telle (près de 1.200 pages pour 7 numéros !) que Francis Bergeron et moi ne pouvons tout mentionner. Je m’en voudrais toutefois que soit omise la chronique « Les Lettres » d’un des meilleurs critiques du siècle dernier, Jean-José Marchand.

(3) Kléber Haedens lui-même n’écrivit pas d’article sur le cinéma pour Le Magasin du spectacle. En revanche, il en avait publié au moins deux dans Le Livre des lettres, « revue littéraire paraissant six fois l’an » qui peut être considérée comme la préfiguration du Magasin, puisque le même duo l’avait fondée à Marseille en octobre 1943 (le catalogue en ligne de la BnF l’associe à la revue Fusées, il faudrait vérifier leur rapport exact) : Haedens en tant que directeur, Laffont en tant qu’administrateur.

 


 

La décadence du cinéma

 

par Kléber HAEDENS (Le Figaro, 23 avril 1941, p.1/2)

 

On a dit beaucoup de mal du cinéma français. Il flattait, nous a-t-on dit, les passions dégradantes, il proposait à la foule l’admiration des déserteurs et des mauvais garçons, l’éclair du coup de feu et du poignard lui donnaient ses principales lumières, il était peuplé de visages sans regards et de corps sans âme, apparitions amères dans la brume des ports, tristes fleurs d’une organisation financière qui était une invitation permanente à l’escroquerie et aux scandales. C’est alors que nous arrivaient les délicieux mirages d’Hollywood. À côté de nos vaudevilles militaires, qui accordaient tous leurs soins à l’adultère demi-bourgeois et à la stupidité des adjudants, nous voyions se dessiner sur la toile blanche les brillants et joyeux exploits de l’armée britannique dont les uniformes rutilaient sous le soleil des Indes. M. Gary Cooper nous apparaissait, tantôt sous les traits d’un cow-boy flegmatique et sentimental, tantôt sous le costume d’un gentleman ahuri et légèrement cinglé. L’Ouest américain entrait dans nos mémoires avec ses chemins de fer héroïques, ses diligences baladeuses et ses constructeurs de cités. M. William Powell, l’œil clair, le cœur amoureux, gardait dans les plus noires aventures policières un sens imperturbable de la discrétion et le long James Stewart promenait sur les mystères du monde un regard doux et transparent. L’Amérique nous envoyait, chaque semaine, des leçons de désinvolture et, dans cette correspondance imagée entre les continents, nous étions loin d’avoir l’avantage. Ah ! nous pouvions nous frapper la poitrine : « le peuple le plus spirituel de la terre » trouvait sa joie dans les plaisanteries de corps de garde, les amours suspectes et les jeux de mots séculaires.

Il y avait une grande part de vérité dans ces critiques. Le cinéma français ne donnait pas l’exemple de la qualité et de l’esprit. Et, cependant, nous nous trouvons contraints aujourd’hui de saluer avec respect notre cinéma d’avant-guerre. Il comptait, après tout, ses hommes de talent. Nous devons à René Clair des films remarquables où Charlie Chaplin lui-même a puisé quelques-unes de ses bonnes idées. Jacques Feyder, Jean Renoir, Julien Duvivier, Pierre Chenal, Marcel Carné, Maurice Cloche ont signé des œuvres dont nous n’avons pas à rougir. De temps en temps, parmi le désordre et la médiocrité, surgissait un film soigneusement construit, où les préoccupations commerciales ne l’emportaient pas, où l’effort vers le bien et le beau était visible. Ces films, les Américains les découvrent en ce moment avec une jubilation sincère puisqu’ils s’y précipitent et qu’ils leur donnent les premières places dans ces classements et ces referendums qui les enchantent. Le cinéma français, en dépit des tares les plus graves, tenait une place honorable dans le monde.

Cette place, il s’occupe actuellement de la perdre. Après la défaite, les producteurs de cinéma nous avaient promis de renoncer à leurs mauvaises habitudes. Ils nous avaient promis de ne plus s’obstiner à lancer des films uniquement composés pour exploiter l’inquiétante naïveté du dimanche soir. Or, nous n’avons encore découvert aucun témoignage concret de ces intentions valeureuses. Nous avons vu les trois principaux films parus depuis l’armistice. Ils nous accablent, ils nous affaiblissent et nous pouvons le dire franchement, nous en avons honte.

La fille du Puisatier de M. Pagnol, où le bavardage vaguement teinté de soleil méridional s’unit à la fausse poésie populaire, nous conduit de l’emphase à la vulgarité. Ce n’est pas un bon film, mais nous ne pouvons pas lui jeter la pierre, car notre mauvaise étoile nous a conduits devant le Chapeau de paille d’Italie de Maurice Cammage, et Les Petits Riens de Yves Mirande. Il est impossible d’imaginer bandes plus laides et plus sottes, où le mauvais goût, la lourdeur s’expriment avec autant d’impudence et d’agressivité. Nous ne voulons pas parler ici des défaillances techniques : photographies maladroites et brouillées, insuffisance du son, etc… Il est possible que les réalisateurs de ces films se soient heurtés à des difficultés techniques que nous n’imaginons pas. Mais la rareté de la pellicule ne saurait en aucun cas servir d’excuse à la vulgarité des intentions. René Clair avait tiré du Chapeau de paille d’Italie un film cocasse et plein d’humour où une noce de daguerréotype se trouvait poursuivie par un dieu moqueur. M. Cammage nous présente une noce grasse et visqueuse, luisante de sauce, prisonnière de la plus méchante aventure qu’on puisse inventer. La décadence éclate. Et je ne sais pas si M. Mirande a jamais été spirituel, mais je suis sûr qu’il ne l’est plus. Ses acteurs eux-mêmes ont l’air découragé. Raimu est las et le pauvre Fernandel n’arrive plus à faire sourire un public dont la docilité est pourtant exemplaire. Fuyons vite les salles obscures.

Le cinéma possède une valeur de propagande qui est reconnue par tout le monde. Nos films peuvent être vus à l’étranger. Il nous est impossible de laisser passer ceux que nous venons de voir sans dire que nous n’en sommes pas solidaires et que nous n’y trouvons aucune trace de l’esprit français.


http://4.bp.blogspot.com/-stseu44dLrw/UbwuF6o5RCI/AAAAAAAAC30/QCREtK2lJhI/s1600/Les-visiteurs-du-soir_portrait_w858.jpg

 

Où va le cinéma français ?

 

Réponse de Kléber HAEDENS à une enquête
(
Filmagazine, Lyon, n°125-126, 13 avril 1944, p.8-9)

 

L’avenir du cinéma français sera très exactement celui que quelques réalisateurs de talent voudront bien lui donner. Après l’armistice, Marcel Carné ayant eu l’idée de tourner un film sur un thème de légende, nous avons vu naître une série de films plus ou moins rêveurs ou fantastiques auxquels la publicité donna généreusement le sens de la poésie. Après Carné, nous avons eu Cocteau et l’influence de ces deux hommes peut déterminer une grande part de l’avenir de notre cinéma. Les Visiteurs du Soir sont l’œuvre la plus inattendue des années d’armistice. Ils ont ouvert un chemin qui s’est déjà fleuri de bandes remarquables comme L’Eternel Retour. Le cinéma français me semble tout à fait capable de donner des films aussi beaux que les anciens mythes.

Dans le réalisme, l’aventure, le comique, nous réussissons assez mal. De même que Zola est bien inférieur à Hemingway, de même nos films réalistes sont bien inférieurs à ceux des Américains ou aux classiques allemands. Pourtant, deux réalisateurs se sont révélés capables, depuis la guerre, d’observer la vie quotidienne et de la traduire en images : Louis Daquin, avec Nous les gosses, et Jacques Becker avec Goupi Main Rouges. Grâce à Daquin et Becker, nous pouvons espérer des réussites exceptionnelles et toutes neuves dans notre cinéma.

Dans le film d’aventures, nous échouons complètement et nous ne sommes pas près de réaliser L’Ile au Trésor ou La Chevauchée fantastique. De même, dans le film comique. Nous pouvons compter deux comiques dans l’histoire du cinéma français : Max Linder et Noël-Noël. Or, Max Linder est mort depuis longtemps, et Noël-Noël est de plus en plus mal utilisé. De ce côté, les espoirs sont minces.

Depuis la guerre, les faits marquants sont, d’une part, le magnifique épanouissement du talent de Marcel Carné et le retour de Jean Cocteau à l’écran ; d’autre part, la révélation de Jacques Becker, de Louis Daquin et de Claude Autant-Lara. Si, à ces noms, vous ajoutez ceux de René Clair, de Jean Renoir et de Julien Duvivier, cela suffit à indiquer que l’avenir du cinéma est plus brillant qu’il ne l’a jamais été.


Nota Bene :

- La revue Le Magasin du Spectacle a fait l'objet d'une substantielle étude dans   La Revue des revues (par Gérard-Denis Farcy, n°32, 2002, p.70-77).

http://fbcdn-sphotos-g-a.akamaihd.net/hphotos-ak-xap1/v/t1.0-9/s720x720/1454923_478756888896231_1440637400_n.png?oh=3d59f9fa2bbf0f178afabeabe00e0580&oe=54FA4FA8&__gda__=1425724385_798b3f9540a9063c2f3957c0e825e0e0

- Page Facebook de "Livr'Arbitres"

- Un épisode des "Carnets filmés" de Gérard Courant intitulé Octobre 2014 à Paris : soirée "Livr'arbitres" du 17 octobre 2014.

http://scontent-a-cdg.xx.fbcdn.net/hphotos-xap1/v/t1.0-9/s720x720/10277688_586113738160545_3155592565115085736_n.jpg?oh=78a2d46e8e526bce6d601c834041cb2d&oe=55429B69

Voir les commentaires

MARILOU, GÉRALDINE, CHRISTIAN, FÉLIX, AGATHE ET LES AUTRES

30 Décembre 2014, 19:06pm

Publié par Mister Arkadin

Dans un très instructif article sur « Hollywood face au nazisme. 1933-1939 », paru dans le numéro 646 de la revue qu'il dirige (Positif, décembre 2014), Michel Ciment rappelle, page 68, qu' « hormis Darryl F. Zanuck, tous les grands patrons de studios [hollywoodiens] étaient juifs, William Fox, Louis B. Mayer, Adolf Zukor (Paramount), Harry Cohn (Columbia), Carl Laemmle (Universal), Jack et Harry Warner », cette « prééminence économique » étant confirmée, dans une moindre mesure, au niveau inférieur, puisque, « sur les 85 noms engagés dans la production, 53 étaient juifs dans les années 30 ». 

Pourquoi l'établissement d'une telle liste, à propos d'une époque révolue, paraît-elle acceptable alors que la liste ci-dessous, publiée dans Faits & Documents (n°388, 15 décembre 2014, p.11), paraîtrait sans doute déplacée dans une revue ayant "pignon sur rue" ?

 http://c4.staticflickr.com/8/7506/15518405824_b3eb2bc739_z.jpg

Et la liste des "fils-et-fille-de", dans un film à venir, a-t-on le droit de la dresser pour suggérer qu'un certain népotisme règne au sein du cinéma français ?

 

http://images.allocine.fr/r_640_600/b_1_d6d6d6/pictures/14/11/14/18/00/137355.jpg


Compléments :

(23 janvier 2015) « "Ces dernières années, l'académie des oscars, a été à 93 % blanche, 76 % masculine et âgée en moyenne de 63 ans, aucune association aux Etats-Unis n'a d'avantage besoin de sang neuf que ce pilier hollywoodien. [...] Quelques mois après les tragédies de Ferguson et [d'autres] un peu partout dans le pays, la question raciale continue toujours d'être un élément de division entre les citoyens." 

David Carr du New York Times, qui a réagi à la blanchitude des oscars 2015 et au peu de nominations obtenues par Selma, le biopic sur Martin Luther King »

(25 janvier 2015)

http://c1.staticflickr.com/9/8629/16176561508_08f3aa6183_z.jpg


Voir les commentaires

LJC DU 25 DÉCEMBRE 2014 : CRITIQUE DE CINÉMA, D’HIER, D’AUJOURD’HUI ET DE DEMAIN

25 Décembre 2014, 14:18pm

Publié par Mister Arkadin

http://static.fnac-static.com/multimedia/Images/FR/NR/7c/ff/5d/6160252/1540-1.jpg

L’invité du "Libre journal du Cinéma" (LJC) du jeudi 25 décembre 2014 (enregistrement [1]), dirigé par Philippe d’Hugues, assisté par Philippe Ariotti, avec ma participation, était Michel Ciment (critique et historien de cinéma ; producteur de l’émission « Projection privée » sur France Culture et directeur de la revue Positif), pour son livre d’entretiens avec N.T. Binh Le Cinéma en partage (éditions Payot-Rivages).

http://www.web183018.clarahost.fr/1184-thickbox/la-critique-de-cinema-a-l-epreuve-d-internet.jpg

A aussi été évoquée l’actualité, des films sortis en salles ("Mr Turner", de Mike Leigh ; "Le Temps des aveux", de Régis Wargner ; "Timbuktu", d’Abderrahmane Sissako), des publications ("Le Cinéma à l’épreuve d’Internet", sous la direction de Gilles Lyon-Caen, aux éditions L’Entretemps ; "Écrits 1945-1983", de Pierre Kast, aux éditions L’Harmattan), des disparitions (Lilli Carati [23 septembre 1956 – 20 octobre 2014 ; actrice] ; Virna Lisi [8 novembre 1936 – 18 décembre 2014 ; actrice]).

http://3.bp.blogspot.com/_wUJGOWr6Ueg/TOI0Z-I9DDI/AAAAAAAAAlo/qFO0CTIfqWU/s1600/VirnaLisiE01.jpg

(Virna Lisi)


Notes :

[1] L'émission peut aussi être écoutée sur le site officiel de la station, librement pendant une semaine, dans les archives pour les adhérents, ensuite. Scripts des anciennes émissions (2005-2014).

http://portail.izibook.com/images/thumbnails/0050/9817/9782343035178r_large.jpg

[2] Rappel d’un site qui permet de se tenir au courant des décès dans les milieux du cinéma (137 personnalités décédées depuis la dernière émission qui comprenait des nécrologies, le 27 novembre 2014) : 2014.


http://it.opinionspost.com/wp-content/uploads/2014/10/lilli.jpg

http://www.ivid.it/fotogallery/imagesearch/images/compagna_di_banco_lilli_carati_mariano_laurenti_010_jpg_efbh.jpg

http://images2.gazzettaobjects.it/methode_image/2014/10/21/Varie/Foto%20Gallery/gr_prof_bahut-02_mediagallery-page.jpg

(Lilli Carati)

Voir les commentaires

LJC DU 25 DÉCEMBRE 2014 : MICHEL CIMENT

22 Décembre 2014, 12:01pm

Publié par Mister Arkadin

http://voyages.ideoz.fr/wp-content/uploads/2010/11/michel-ciment.png

L’invité du "Libre journal du cinéma" (LJC) du jeudi 25 décembre 2014 (enregistrement le 19 décembre), dirigé par Philippe d’Hugues, assisté par Philippe Ariotti et auquel j’ai participé, est Michel Ciment (critique et historien de cinéma ; producteur de l’émission « Projection privée » sur France Culture et directeur de la revue Positif), pour son livre d’entretiens avec N.T. Binh Le Cinéma en partage (éditions Payot-Rivages).

http://www.citebd.org/local/cache-vignettes/L449xH337/Tarantino-3aee7-d8e53.jpg


Informations complémentaires :

Horaires de diffusion du LJC, sur Radio Courtoisie : de 12 heures à 13 heures 30 – Rediffusions de 16 heures à 17 heures 30 et la nuit suivante, de 0 heure à 1 heure 30.

Des messages peuvent être adressés à la station en cours d’émission (courtoisie@radiocourtoisie.fr ; 01.46.51.00.85).

Radio Courtoisie en modulation de fréquence (MHz) :
Paris et Ile-de-France, 95,6 | Caen, 100,6 | Chartres, 104,5 | Cherbourg, 87,8 | Le Havre 101,1 | Le Mans, 98,8.

Par satellite :
Sur les bouquets satellite Canalsat (canal 199 pour la mosaïque des radios et canal 641 pour l'accès direct à Radio Courtoisie) et TNTSAT.


http://ecx.images-amazon.com/images/I/41sxtjvOF6L._SX258_BO1,204,203,200_.jpg

Voir les commentaires