Mister Arkadin

L’ALLOCATION DE BASE ET DE CITOYENNETÉ (UNIVERSELLE ET INCONDITIONNELLE) [ABC-UI]

9 Septembre 2012, 23:19pm

Publié par Mister Arkadin

Ayant peu la tête politique, je n’ai guère d’idées arrêtées en la matière. Il est cependant une mesure que je pense révolutionnaire et dont je m’étonne qu’elle ne trouve pas plus d’écho, en dehors du Net, l’allocation universelle de citoyenneté – qui se doit d’être inconditionnelle pour avoir quelque pertinence que ce soit (Boutin et Villepin, les seuls politiques qui s’étaient lancés dans la course à la dernière Présidentielle en en faisant l’un de leur cheval de bataille, n’en ayant à cet égard pas compris le sens, la dénaturant même en ne la proposant ni universelle, ni inconditionnelle). Aussi ai-je été ravi de constater qu’Étienne Chouard, l’un des penseurs actuels du Politique les plus pertinents (voir une synthèse de ses réflexions en vidéo), interrogé par "Arrêt sur Images", n’ait pas parlé que de son idée principale, celle du tirage au sort comme fondement de la démocratie (contre le gouvernement représentatif fondé sur l’élection, prétendument démocratique alors qu’il est immanquablement oligarchique) (2), mais aussi d’un documentaire Le Revenu de base, une impulsion culturelle, que j’encourage aussi mes lecteurs à regarder (extrait de Chouard sur le revenu de base, et aussi la TVA à... 50 % !).

http://izuba.info/w/local/cache-vignettes/L200xH188/arton511-4d90c.png

Pour en rester aux images mouvantes, que j’ai donc abordées par un biais détourné, je ne rentre pas dans le détail de tous les débats et de toutes les réflexions suscités par cette question (3). Je me contenterai d’un point. Aucune des objections qu’elle suscite ne m’a jusqu’à présent convaincu (4). Il en est au moins une que je puis démonter d’expérience, celle qui voudrait que si l’on était "payé à ne rien faire", plus personne ne voudrait travailler et l’économie s’arrêterait de tourner. Elle ne tournerait certes plus du tout de la même manière. Mais je travaille dans une administration où, de fait, beaucoup de personnes pourraient s’arrêter bien avant l’âge légal de la retraite et recevoir l’équivalent d’une telle allocation. Or, très peu le font, soit parce qu’elles ont peur du désœuvrement, soit parce que, ne pouvant se contenter de l’essentiel, elles ont besoin de revenus supplémentaires pour se procurer l’accessoire, un train de vie plus confortable. Deux raisons qui feraient que la majeure partie des gens ne se contenteraient pas de l’ABC (l'Allocation de Base et de Citoyenneté étant calculée pour que chacun puisse juste assurer sa subsistance minimale).


Notes :

(1) Le terme revenu me paraît aussi inadéquat qu'à Bernard Friot (qui parle pour sa part de "salaire à vie"), vu que "revenu" sous-entend qu’une somme re-vient en échange d’une activité. Je lui préfère pour ma part "allocation", dans la mesure où est ainsi sous-jacente l’idée qu’elle se substituerait à toute une partie de la multitude d’allocations existantes.

(2) On remarquera comment, durant son intervention aux "Rencontres de Pétrarque" le 19 juillet dernier (à la minute 10), le "chien de garde" de service (comme aurait dit Nizan) l'interromp, poliment mais sournoisement (vu que l'intention maligne par l'usage d'une référence infamante n'est qu'implicite), pour évoquer "les forces occultes dont vous parlez" (ce qui renvoie à un film de l'Occupation dénonçant les malversations que menèrait en secret la franc-maçonnerie), alors qu'Étienne Chouard ne pointe pas du doigt des menées souterraines qu'il se ferait fort de démasquer, mais la main-mise éclatante des banquiers et des marchands d'armes sur les médias, parfaitement avérée. Rappelons à toutes fins utiles que la dénonciation de "l'abominable vénalité de la presse" n'est pas l'apanage de la presse classée à l'extrême-droite, vu que l'expression n'est pas devenue proverbiale grâce à La Libre parole, mais grâce à L'Humanité.

(3) Pour ceux qui voudraient en savoir plus, lire une remarquable étude d’Alain de Benoist, parue dans Éléments et qui ne prend pas parti.

(4) Une batterie d'objections dans les commentaires laissés sur le site d'E&R à propos de ce film.


Compléments :

(3 avril 2013) Lire à ce sujet le dossier de la revue Mouvements "Un revenu pour exister" (n°73, 2013).

(20 avril 2013) Autre appelation : la Dotation Inconditionnelle d'Autonomie (DIA).

(11 mai 2013) Lire également le dossier du Monde diplomatique (n°710, mai 2013).

(14 novembre 2013) L'étude d'Alain de Benoist signalée en note 3 peut être retrouvée dans son excellent Au bord du gouffre. La faillite annoncée du système de l'argent (Paris, Éditions Krisis, 2011, p.143-169 : « Instaurer un revenu de citoyenneté ? »).

(14 décembre 2013) Lire aussi « Pour la mise en place d'un revenu universel », tribune que Philippe Van Parijs a publiée dans Le Monde du 14 décembre 2013 (p.17).

(5 janvier 2014) Émission d'"Arrêt sur images" sur la question.

(3 août 2014) Je suis loin de connaître l'ensemble de l'abondante bibliographie sur le sujet, mais il ne me semble pas que l'on insiste beaucoup sur l'importance qu'il y a aurait, comme incitation à rester tout de même sur le "marché du travail", à abolir, parallèlement à l'instauration de l'Abc, à la fois les impôts sur les revenus du travail et les nombreux avantages afférents aux statuts de bénéficiaires de minima sociaux (puisque la plupart de ces derniers seraient remplacés par l'Abc). De ce point de vue, le caractère "libéral" de la mesure est patent.

(24 septembre 2014) « La venue de technocrates au FN n'est donc pas le signe d'un changement idéologique du parti ou de ses hommes. Il s'agit du redéploiement constant de la technostructure, en recherche des capitaux disponibles sans mise en cause de son capital acquis (d'où la volonté de se démarquer du terme d'« extrême droite »). Mais les évolutions du FN sont liées au fait que cette technocratie est issue du secteur public. L'obsession monétaire et l'omission de l'impact sur la dette privée d'un changement de monnaie sont conformes au milieu dirigeant. Demeure en revanche hors programme le thème du revenu minimum universel, défendu au FN par l'ancien professeur d'HEC Bruno Lemaire » (« La stratégie de "dédiabolisation" du FN oppose les technocrates à la base militante », par Sylvain Crepon et Nicolas Lebourg, Le Monde, 20 septembre 2014, p.19).