Mister Arkadin

DES CH'TIS "PAS REPRESENTÉS" ?

3 Mars 2009, 23:19pm

Publié par Mister Arkadin

Ne m'intéressant que fort peu aux Césars, je n'ai pas encore trouvé le temps d'aller regarder le palmarès en détails (1), mais je parierais que le scénario de Bienvenue chez les Ch'tis n'a pas été distingué. Non pas par mesure de rétorsion envers Dany Boon, qui s'est plaint que le « plébiscite du public » ne se transforme en statuettes multiples - à quoi il a été très justement répondu, notamment par Julie Clarini dans le « Grain à moudre », qu'on imaginerait mal Marc Lévy pleurnicher parce qu'il ne serait pas sélectionné pour le Goncourt -, mais au contraire pour ne pas s'attirer encore plus les foudres du nouvel homme fort du cinéma français. Le directeur des Césars, Alain Terzian, en soulignant que la "nomination" pour le meilleur scénario montrait tout de même « une énorme marque d'affection de la profession » (Le Journal du Dimanche, 22 février 2009, p.27), s'il ne s'est peut-être pas rendu compte qu'il se foutait un peu de la gueule du grand Dany, n'a fait que remuer le couteau dans la plaie. Et pas seulement parce que le scénario aurait pu paraître un lot de consolation. Car, contrairement à ce que supposait notre ami Albert Montagne en se demandant si les deux auteurs qui ont signé le scénario avec Dany colère refuseraient le prix « par solidarité », je crois que Franck Magnier et Alexandre Charlot se seraient fait un plaisir de venir le récupérer. http://www.dirprod.fr/images/FRANCK%20MAGNIER%20ET%20ALEXANDRE%20CHARLOT.jpgPourquoi ? Tout simplement pour narguer leur ancien employeur ! Car, quand Dany Boon déclare que « c'est dommage, c'est la fête du cinéma et on n'y est pas représentés » (d'après Le Monde, 12 février 2009, p.21), ce n'est pas seulement désobligeant pour ses anciens comparses, c'est aussi une manière de rappeler à ceux qui n'ont pas la mémoire trop courte (ce qui n'est guère le cas des journalistes, à moins qu'il n'ait pas voulu froisser son altesse le roi des comiques) le contentieux qui opposa Boon à Magnier et Charlot à propos de la répartition des bénéfices du film (cf. « "Arrêtez d'aller voir les Ch'tis !" », Le Journal du Dimanche, 20 avril 2008).

Mais ce serait prêter quelque mesquinerie au si "foncièrement gentil et sympathique" (2) Dany que de prétendre qu'aurait pu lui déplaire la reconnaissance du travail de ses « compères » (comme dit Albert Montagne) et qu'il ne s'est finalement présenté sur scène (passons pudiquement sur la manière) qu'après avoir obtenu l'assurance qu'il n'en serait rien. Je me garderai donc de le faire.


Notes :

(1) Si j'avais eu la moindre tentation de suivre la cérémonie ou de me soucier des résultats, la liste des films et personnes en concurrence m'en aurait dissuadé, bien rares étant les catégories où un seul nom ou titre me semblait mériter le prix :

- Jacques Gamblin et Tilda Swinton en meilleurs acteurs, mais plus pour l'ensemble de leur œuvre que pour le film de 2008 (et le dernier Chabrol en ce qui concerne Gamblin, Swinton étant en revanche magnifique dans Benjamin Button) ;

- Claude Rich et Edith Scob en meilleurs acteurs dans un second rôle ;

- Marc-André Grondin et Pio Marmai dans Le Premier jour du reste de ta vie ;

- Mascarades comme meilleur premier film ;

- Les Plages d'Agnès en meilleur film documentaire ;

- There will be Blood, Two Lovers ou Valse avec Bachir en meilleur film étranger.

(2) Dixit Elise Ovart-Baratte, auteur de Les Ch'tis, c'était des clichés, pourtant très critique à propos du film et de l'image qu'il véhicule du "Nord".


Complément :

(21 février 2013) Je ne suis apparemment pas le seul à suspecter que la gentillesse légendaire de l'auguste Dany a des limites.